"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 26 décembre 2015

Déprime post Nativité...



Oui, Un enfant nous est né. Il est parmi nous et laissez-Le vivre !

Après la fête, retour maintenant à notre quotidien...

Et c’est toujours la même chanson…

Nombre d’entre vous espèrent toujours que la "droite raisonnable" cesse de se tirer des balles dans le pied et de courir après le centre-mou. Espérez, bonnes gens ! Rien ne change pour que rien ne change…

J’apprends que la propulsion de Laurent Wauquiez à la place d’Ennkâhèm dans le staff de la rue de Vaugirard – décision que j’applaudis - n’est pas allée de soi. C’était même un 3° choix ; autant dire faute de mieux…
En effet, l’homme aux talonnettes aurait d’abord consulté Rachida Dati. Bon. C’était un peu risqué, la nana étant plutôt du genre incontrôlable (souvent du bon côté) mais ça aurait un peu rafraîchi la vitrine en allant plutôt dans le bon sens. Mais voilà : Outre le fait qu’elle ne sentait pas trop le truc et ne voulait probablement pas être trop tenue la bride courte, c’eut été un casus belli majeur avec la Ennkâhèm qui reste – on se demande pourquoi – chef de l’opposition à Paris et à qui on estime avoir déjà fait trop de misères !
Bon. Qui alors ? Et ben, tenez-vous bien, le poste de n°2 aurait ensuite été proposé sur un plateau à… Virginie Calmels ! L’inconnue de chez anonyme sinon à Bordeaux où elle est la pouliche cornaquée par le vieux Juppé. Le genre gauche du centre-droit qui vient de se prendre une belle gamelle aux Régionales en n’étant même pas en tête dans son fief de Bordeaux !. Et vous savez quoi ? Elle n’aurait renoncé au poste que parce que Juppé lui a défendu d’y aller (interrogée par les journalistes, elle n’a pas démenti)…
Et nous voilà quand même avec Wauquiez.

Pourquoi vous causer de ça ? De ces basses cuisines politiciennes ?

Parce que, après le-choc-des-Régionales-que-ce-ne-sera-plus-jamais-comme-avant, c’est l’occasion de constater que rien ne change.

- D’abord, pour choisir son n°2, le premier reflex du chef du plus grand parti d’opposition susceptible de revenir aux affaires (le Effhâine étant sur l’étagère, hein !) a été de faire une opération de window-dressing (femme-issue-de-la-diversité et forte en gueule…) sans considération quant aux orientations de la donzelle (que j’apprécie d’ailleurs en général), aux équilibrages de tendances au sein du parti, etc. Bref, n’en doutons pas, avant tout dans un souci de com’ !
- Et ensuite, pourquoi demander à une gonzesse qui pue la défaite ; sans aucune considération, ni pour ses fondamentaux ni pour son charisme d’huitre ? Uniquement et seulement pour envoyer un Scud à Juppé et tenter de le déstabiliser dans son business-plan en vue de la primaire dont on ignore toujours quel sera la consistance réelle du corps électoral ! Le vieux crouton de la chiraquie a bien évidemment vu le piège…
- Pour enfin se résoudre à donner le poste à Wauquiez.

Qu’en conclure ?
Que la petite cuisine continue… Que le combat des chefs qui-ont-déjà-été reste le seul horizon indépassable qui renvoie aux calendes grecques la formulation d’un projet ; que les années perdues ne se rattraperons pas et que le peu de temps qu’il reste pour espérer monter sur le ring de la finale exclue dorénavant de pouvoir voir émerger à temps une tête nouvelle disposant de la profondeur stratégique (en terme d’audience médiatique, de réseaux, d’appareil militant…) minimale indispensable pour faire plus que figurer… On fera donc avec ce qu’on a ; donc avec les deux as been qu’on a en stock susceptibles de virer en tête dans cette foutue primaire à la con : Celui qui maîtrise plus ou moins l’appareil militant le moins inefficace* et celui que les media ont ressorti de sa préretraite bordelaise pour nous l’imposer.

Je disais l’autre jour à je-ne-sais-qui que ce n’était pas le 1° tour de la présidentielle mais la primaire-de-la-droite qui allait décider des finalistes du 2nd tour de mai 2017. J’avais tort.
Vu comment la-droite-et-le-centre préparent leur truc, leur primaire n’aura aucun effet concret sur la Présidentielle :

On va tout droit à un match entre la Madelon d’Hénin-Beaumont et le Pédalonaute. C’est de plus en plus plié.

Heureusement, "Il" est parmi nous...

* Lors de cette immense connerie juppéo-chiraquienne que fut la création de l’UMP, je ne sais plus qui – Pasqua, je crois – avait dit : "Le RPR apportera les électeurs et l’UDF les élus…" Surtout, l’analyse historique le montre très bien, l’avènement de ce monstre aura marqué – dans notre camp - l’arrêt de toute réflexion politique, de toutes recherches et formulations de projets novateurs, quels que soient les domaines économiques et sociaux touchant au bien commun

1 commentaire:

  1. NKM en cheftaine d'opposition! Anne doit trembler comme une feuille sous son bonnet... :cry:

    RépondreSupprimer