"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 21 décembre 2015

Que la France était belle…



Oui, que la France était belle quand les juges sortant de leur école de Bordeaux savaient encore écrire !
Certes, ça faisait déjà plus d’un an que le Mythe Errant avait rallumé la lumière. Mais quand-même ! Par sa vitesse acquise, le radeau, tout médusé qu’il fut, courait encore sur son erre dans un vivre-ensemble désormais révolu et sans devoir encore codifier les cinq fruits et légumes par jour.

Saurait-on encore aujourd’hui, sous la houlette de Mam' Taubira, rédiger d’aussi savoureuses petites choses comme il y a trente-trois ans ? Presque une éternité…

Jugement prononcé le 13 octobre 1982 par le Tribunal correctionnel de Chalons-sur-Marne sous la présidence du bon magistrat M. Gelle :

« - Attendu qu'il appert des pièces de la procédure, des débats à l'audience et des déclarations de N. que Dlle D., lors âgée de 17 ans et demi, servait des boissons dans l'auberge dont la femme R. était la tenancière, lorsque, sur le minuit, arrivèrent quatre hommes et deux filles ;
que le sieur N., à l'époque âgé de 18 ans et 3 mois, qui était parmi ceux-ci, convia la mineure à la danse et, envisageant ses attraits, fit d'icelle prompte conquête ;
qu'enhardi par l'absence de toute barrière que la jouvencelle eut pu dresser contre son entreprise et même conforté par l'accueil sans nuance qu'elle réservait au projet de son fier vainqueur, N. ne balança point à rechercher ses grâces secrètes et ses faveurs ultimes ;
que Dlle D.les lui prodigua d'ailleurs sans différer aucunement ni les restreindre davantage ;
que cependant, dame B., ci-devant Joséphine D., instruite dans le même temps de l'aventure et mue par le désir tardif de préserver sa fille d'une atteinte qu'elle croyait peut-être originelle mais qui n'était que nouvelle, la mineure ayant en effet déclaré aux procès-verbaux qu'un tiers avait déjà bénéficié de ses suffrages trois mois auparavant, vint heurter à la porte du logis où s'étaient retranchés les amants, interrompant ceux-ci en leurs ébats avant même qu'ils en eussent atteint le sommet ;

- Attendu que le sieur N. bien qu'il ne laissât point de confesser la connaissance entière qu'il avait de l'âge de la donzelle, fait néanmoins plaider aujourd'hui sa relaxe au motif pris de ce qu'il n'aurait pas eu la volonté durable de la soustraire à la parentale autorité ;

- Attendu, en droit, que si le délit d'enlèvement ou de détournement de mineure est constitué nonobstant l'adhésion que la victime ait pu y mettre, pour ce qu'un mineur, en effet, ne peut point valablement consentir, encore faut-il qu'il existe chez son auteur un élément intentionnel consistant en la conscience d'une part, de soustraire ledit mineur des lieux où l'avaient placé ceux à l'autorité ou à la direction desquels  il était soumis ou confié et, d'autre part, de l'en retirer d'une manière sinon définitive, en tout cas durable ;

- Et attendu qu'en la cause, il n'est pas certain que le prévenu N. eût d'autres desseins que de satisfaire à une impétuosité momentanée devenue fugitive dès son assouvissement; que dès lors, non seulement n'est établie à son encontre nulle intention de ne plus représenter la mineure, mais que, de surcroît, la preuve n'est pas rapportée que le détournement se fût prolongé au-delà du temps habituellement nécessaire à l'apaisement d'un désir d'autant plus vivement consumé qu'il était ardent.

- Attendu qu'il n'est donc point en l'espèce de rapt de séduction ;

Et considérant que le fait poursuivi ne saurait recevoir aucune qualification pénale ;

Par ces motifs, statuant publiquement, contradictoirement et en premier ressort, relaxe Stéphane N. des fins de la poursuite sans peine ni dépens". »

Ce sera tout pour aujourd’hui. 


5 commentaires:

  1. oh dis donc ! les temps ont bien changés ! c'est beau comme du Molière

    RépondreSupprimer
  2. Si la belle langue et la belle écriture t interessent, achète le dernier bouquin de notre ami Rémi Les enfances de Charlemagne que je suis entrain de lire, c'est exclelent

    RépondreSupprimer
  3. !!!!!
    On savait relativiser à l'époque !
    Et non sans humour !
    Excellent !

    RépondreSupprimer