"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 4 décembre 2015

Réagir en cas d’attaque…



Je trouve ça de retour de guerre :

Les commandos de tueurs et de nettoyeurs de couloirs de l’ennemi terroristes savent à quoi s’en tenir. 
Le manuel de procédure que doit suivre la chair à canon d’en face est précis :
1°- Se replier dare-dare.
2°- Se planquer. Faire en sorte de cesser d’exister.
3°- Faire savoir mais seulement si ça ne vous fait prendre aucun risque…
___

Mais je m’égare…

Faut dire que le dit manuel ne m’aurait été d’aucune utilité lors de l’attaque dont, perso, j’ai été l’objet dans la nuit de dimanche à lundi dernier. J’ai réagi comme je le devais, quoiqu’encore trop tardivement cette fois-ci aux dires des forces spéciales d’intervention. Quatre jours et demi d’hosto donc.
Puis, martial, j’ai réintégré cet après-midi mes pénates montagnardes, déposé par un VSL facturé à la Sécu, à l’heure même où un hélico financé par le contribuable déposait notre Pédalonaute (martial ?) sur le pont du Charles-De-Gaulle…

Séjour, donc, en liquette fesses à l’air de rigueur, encombré de câbles et tuyaux avec la vanité de savoir mon importante personne connectée à distance H24 aux écrans d’une salle de garde où caquetaient une brochette d’accortes nanas… Plus que l’angoisse de savoir les résultats de certains examens et même que le ouf ! qui a suivi leur annonce, je retiendrai de ce séjour deux anecdotes aussi prosaïques que bestiales :

La première, c’est le discours véhément que j’ai tenu mardi au pauvre interne Roumain en présence de deux infirmières venues le soutenir, discours motivé par l’obligation qui m’était faite de conserver la position allongée sur mon lit  quoi qu’il arrive : Pisser passe encore, disais-je ; mais j’exigeais qu’il m’explique scientifiquement en quoi il était moins épuisant et risqué pour le muscle cardiaque de déféquer à l’horizontale en restant allongé que de déféquer à la verticale en étant assis ou accroupi ! Il n’a pas su me répondre et je suis navré de ne pouvoir vous en dire plus sur cette grave question. Encore que la réponse est peut être donnée par le fait que j’ai obtenu au bout de deux jours – de guerre lasse sans doute – le droit d’agir selon les coutumes ancestrales de mon espèce…    

La seconde date de ce matin même : Le protocole en vigueur pour mon cas dans ce genre de maison, prévoit de vous imposer la visite d’une mercenaire subsidiaire qu’on appelle une diététicienne, aimable dame supposée vous apprendre la vie. Après l’avoir longuement et sagement écoutée, n’étant plus un perdreau de l’année en ce qui concerne mon cas pathologique et au vu de mes analyses les plus récentes, je lui ai demandé pourquoi non seulement elle me faisait un souk pas possible sur le sel, mais pourquoi on m’avait mis depuis cinq jours à un régime drastique sans sel ?  Euh… Après avoir farfouillé dans ses papiers, elle m’a dit "Excusez-moi un instant, je reviens…"
Revenue d’aller consulter mon dossier, elle m’a annoncé avec un grand sourire : 
"- Excusez-les, c’est une erreur de transmission aux cuisines."
P’tain ! Ils m’ont fait bouffer pendant cinq jours potage sans sel, viande, poisson, légumes, féculents et pain sans sel ! Et c’était une erreur !

C’est vrai que je suis le sel de la terre…

Ce sera tout pour ce billet de reprise à la con.   

12 commentaires:

  1. Prends soin de toi, qu'on te revoie en pleine forme pour le prochain déjeuner, promis, on te mettre une Enorme salière
    bises

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef04/12/2015 21:38

    deux jours à tenter de dépaqueter allongé ?
    ha la vache , quel courage !
    j'ai peine à imaginer ce que vous avez dû endurer ....en même temps, futur cancéreux du colon, je ne vais du corps qu'une fois la semaine....
    mais trêve de détails sordides , racontez nous les accortes infirmières de l'USIC ou du stroke center qui étaient à vos côtés .....blondes, rousses , brunes ? piquantes ? piqueuses ? fortes en gueule ? fortes en croupe ? avantagées par l'uniforme ?
    c'est des détails comme ça qui devraient fugurer dans les palmarès des hôpitaux et non le taux de réussite de telle intervention à la con ( que de toutes façons on cessera de pratiquer dans peu de temps, la mention de cette pratique chirurgicale étant un produit d'appel exigé lors du changement de direction des hôpitaux....voui , ma chère épouse a vécu ça en direct , sa réponse fut aussi belle que celle des cosaques zaporogues au sultan de constantinople )

    RépondreSupprimer
  3. L'essentiel est que vos articles continuent de ne pas en manquer... de sel! Bonne rémission.

    RépondreSupprimer
  4. Ben mazette quels sont les gueux qui ont osé s en prendre à un homme tel que toi ?
    Remets toi vite et ravi de savoir que tu peux a nouveau déféquer comme bon te semble
    bises

    RépondreSupprimer
  5. Bon.
    J'ignore de quel mal vous souffrez.
    De la vieillesse sans doute. En France il semble que nous soyons de plus en plus nombreux à en souffrir.
    Merci toutefois de nous faire connaître le parfait manuel du "vivre-ensemble", cette expression qui en fait veut dire "dégage et laisse la place". Nos enfants apprécieront.
    Bon rétablissement.
    Fredi.

    RépondreSupprimer
  6. Bon rétablissement.
    Votre cas n'est pas nouveau...
    "Au cours de la guerre de 1870 un officier français, ayant reçu une balle dans la cuisse, fut transporté à- l'ambulance, où les premiers médecins furent appelés. Pendant huit jours ils ne firent que sonder et chercher. L'officier, qui souffrait beaucoup, leur demanda ce qu'ils cherchaient.
    — Nous cherchons la balle qui vous a blessé.
    — Mille bombes! s'écria l'officier, il fallait donc me dire cela plus tôt; je l'ai dans ma poche."
    Homo-Orcus

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les mauvaises langues, voire les "langues de pute" ayant porté l'uniforme, ont coutume de dire que la médecine militaire est à la médecine ce que la musique militaire est à la musique...

      Popeye

      Supprimer
  7. Les anglo-saxons préconisent le run, hide, fight.
    Pour nous, on nous recommande l'alerte.
    Deux conceptions différentes du rôle de l'individu et de la légitime défense....
    rétablissez vous bien.
    Droopyx

    RépondreSupprimer
  8. Si vous avez des problèmes de cœur, n'hésitez-pas, changez-en.

    RépondreSupprimer
  9. Bon rétablissement !

    RépondreSupprimer
  10. Ô pauvre ! J'espère que ça va mieux et je te souhaite un prompt rétablissement.

    RépondreSupprimer
  11. Dites, sans jeu de mots, on a besoin que vous soyez d'attaque. On a besoin de vous, tiendez bon, avec ou sans sel ! Guérissez, je le veux...

    RépondreSupprimer