"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 17 janvier 2016

La plaque des goûts…



Je ne consulte pas assez les chroniques désabusées de Nicole Estérolle. On y trouve pourtant de ces petites choses pouvant nous rassurer et revivifier notre confiance quant à l’avenir de l’espèce en dépit des évènements de Ouagadougou et du relatif désœuvrement d’un dimanche après-midi solitaire et neigeux.    

Passant par hasard chez elle, j’ai pu découvrir à quel point la Communauté Urbaine du Grand Nancy était attentive à développer ses compétences dans les domaines culturels et artistiques pour le plus grand bien de ses administrés. Et je ne doute pas que le nouvel exécutif de-la-droite-et-du-centre front républicain de la nouvelle région Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine (reprenez votre respiration) saura la conforter dans cette voie.

Or donc, les élus du Grand Nancy ont inauguré au mois d’octobre dernier le premier jalon du grand œuvre consacré au développement de la dimension artistique de l’environnement urbain. Au total, c’est un budget public de 800.000.€ (80.000 plaques…) sur trois ans qui sera consacré, outre  à la création d’un site internet, à la mise en œuvre de cinq projets "participatifs et vivants" dûment sélectionnés par une commission aussi démocratique et paritaire que d’habitude.
Ainsi, grâce à leurs impôts locaux, les Nancéens disposeront, entre autre, prochainement d’un "Vanity Market" (installation en dur que, si j’ai bien compris, on appelle d’ordinaire bêtement un vide-grenier), de "Chair de Poule", atelier "d’entretien du corps" installé dans un poulailler (avec poules pondeuses intégrées nous dit-on…) et d’un module "Second Life", traduisez un atelier public de réparation (vélos, électroménager) Toussa, bien évidemment, répond aux vœux de décideurs désireux de promouvoir "une audace rare et un décloisonnement des savoirs inscrits dans le cahier des charges"…

Mais revenons à l’inauguration du mois d’octobre car les arts plastiques et, notamment, l’art urbain n’ont pas été oubliés dans le programme. C’est donc en présence des deux artistes "porteurs du projet" que les édiles du Grand Nancy ont procédé à la "pose de la première pierre", je veux dire à la mise en place concrète de la première œuvre d’art d’une série d’une quarantaine d’exemplaires similaires qui contribueront à la conscientisation kulturelle des usagers du centre-ville.  


Cette plaque d’égout "inaugurée" place Blandan, a bel et bien été rehaussée d’or, ce qui lui vaut le beau nom de "Rond d’Or", sans doute la proposition la plus originale retenue d’un concours contraint entre les classes de CP des écoles… Matière et main d’œuvre, ça n’ajoute que quelques euros à la valeur unitaire intrinsèque de l’objet, mais j’imagine la marge incluse dans la facture…

Il n’est pas douteux, cependant, que ça méritait bien ça. Il s’agit là, à l’évidence, d’une création artistique qui fait sens ! Il est certain que, d’ici à ce qu’on la vole et que, privée de son bestial mais rassurant rond de fonte Pont-à-Mousson habituel, une vieille retraitée à cabas se casse les deux cols du fémur en tombant dans le trou ; d’ici-là, disais-je, il est certain que fouler occasionnellement ces Ronds d’Or de leurs baskets contribuera grandement à faire prendre conscience aux acurabas lambda et à certains d’entre eux en particuliers, de la sensibilité de l’art, de l’identité culturelle du lieu, de la sérénité d’un vivre-ensemble partagé dans la contemplation d’une permanente créativité… Enfin de toussa

Notre chère Nicole a tort : Les édiles du Grand Nancy ont bien mérité de la Culture la Civilisation la Patrie France ce-pays ce territoire… enfin vous voyez…



9 commentaires:

  1. c'est ordurier, en effet.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ordurier ?? Les égoutiers (corporation que je salue) ne pataugent pas dans les ordures mais dans les "effluents" ! Nauséabond, oui je sais...

      Supprimer
  2. kobus van cleef17/01/2016 22:00

    si vous me lancez sur l'art comtanpourien , on en a pour des semaines....
    sommet de la jobardise , les crétins qui portent soulages aux nues...
    mais y en a beaucoup d'autres , en particulier cette plèbe qui se pense artiste , übermensch par rapport aux incultes comme vouzémoi et se croient en outre investis ( et non invertis) de la mission d'élever l'humanité grâce à la kultur...

    RépondreSupprimer
  3. c’est un budget public de 800.000.€ (80.000 plaques…)

    Ça fait combien en francs ce foutage de gueule ?
    Ils en disent quoi les Nancéiens de voir partir leur pognon dans les égouts ?
    N'en éprouvent-ils pas un légitime dégoût ?

    RépondreSupprimer
  4. comme si les gens étaient informés du budget.

    RépondreSupprimer
  5. Essayez de regrouper vos ébauches de commentaires avant de poster, merci.

    RépondreSupprimer
  6. je ne suis pas formée pour

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef30/01/2016 09:00

      réplique lue dans une bédé de martin veyron "marivaudages"
      la plaignante, une policière ( jeune et rebondie )est palpée par un aveugle , qui , le pauvre ,en est réduit à ces extrémités pour pouvoir se déplacer ( proverbe de Choron "un doigt qui touche vaut mieux qu'un oeil qui voit")
      elle éclatte en sanglots "je suis pas formée"
      les badauds autour d'elle "mais non , vous êtes très bien formée , ma foi" ( allusion à ses rotondités exagérées par le treillis bleu qu'on leur impose , pauvres malheureuses )
      la fliquette "je suis pas formée pour "
      l'aveugle "mais si mais si vous êtes formée"
      la kébourdine "je suis pas formée pour gérer les agressions"

      Supprimer