"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 25 janvier 2016

Requiem pour la classe ouvrière...


J’écoutais distraitement aujourd’hui – sur France-Cul’ je crois – les perles mots convenus et promotions réciproques de leurs bouquins venant-de-sortir qu’enfilaient divers experts sur le thème "quel devenir pour la distinction gauche-droite ?" ou quelque chose de ce genre… J’ai assez vite "éteint le poste" mais je me souviens qu’un des guignols y causait en sa qualité de membre éminent de la Fondation Jean-Jaurès, laquelle se veut, notamment, être un conservatoire de la "mémoire ouvrière"…  

Du coup, je me suis mis à repenser à cette pauvre classe ouvrière et au rôle que les prébendiers du système s’échinent à faire tenir en toutes occasions à son cadavre squelettique ressorti vaguement dépoussiéré des pages jaunies de Zola, des trente glorieuses ou des riches heures staliniennes.
Tous autant qu’ils sont, notables bourgeois du syndicalisme sédimentés dans l’intouchabilité de leur statut, politiciens-de-niche de l’ultra gauche ou politiciens-de-gouvernement de droite comme de gauche, tous  raisonnent toujours avec des logiciels fin XIX° vaguement rapetassés à l’aide des cultes du  Front Popu et des lois de 1945. Depuis, hormis des ravalements de façade il n’y a rien eu de nouveau.
Evidemment, à part les plus attardés des potes de Mélenchon, plus personne n’ose parler ouvertement de "classe ouvrière", et même pas de "classe" tout court. Au mieux, on dira peut-être "masse laborieuse" chez les gauchos et "milieux modestes" chez Macron-Juppé-Marine... Mais, l’un-dans-l’autre, tous causent encore de ça avec-Zola-au-fond-des-yeux et la certitude que la pérennité de leur position sociale et/ou leur avenir électoral dépend de leur capacité à promouvoir et favoriser les sans-dents. A cet égard, non seulement ils ont tous un train de retard puisque la classe ouvrière n’existe plus, mais ils en ont déjà deux puisque la classe moyenne n’existe plus non plus…
Les notions de "classe" ou de "masse" n’ont de sens que pour évoquer un "groupe" suffisamment cohérent, homogène, pour faire communauté, faire corps et réagir en conséquence. La notion de "milieu" est certes moins éloignée du réel d’aujourd’hui mais n’a de sens que sociologique et statistique sans aucune portée pour l’action.

Regardez ce qui s’est passé :
- Avant-hier soir (pour moi qui vous cause mais on dirait une éternité…), vous aviez le flot de types avec casquette, musette et vélo à la main qui franchissaient à la même heure les grilles de la Régie Renault ou de l’usine de fonderie sous le regard soupçonneux du pointeau et, surtout, des délégués syndicaux. Pareillement, vous aviez les femmes, jupes à fleurs, socquettes et fichu sur les cheveux, qui franchissaient les portes de l’usine textile… Certes, les soirs de paie, les mecs faisaient un détour au bistro (il faut bien que le gosier exulte !) où l’on refaisait le monde (ou la tronche du contremaître), mais, au final, hommes et femmes regagnaient leur HLM dans le 18° ou à Saint-Ouen…
- Aujourd’hui, vous avez quoi ? Le chauffeur livreur, seul dans son fourgon, avec sa fiche de livraisons à faire, son GPS et le souci de devoir justifier les minutes passées en trop pour regagner le dépôt en fin de tournée. Pareillement, vous avez la vendeuse de prêt-à-porter en CDD à temps partiel, seule avec sa patronne dans la boutique franchisée Pimkie… Et au final, homme et femme n’ont qu’une hâte : plonger en vitesse dans la bouche de métro pour regagner leur petit pavillon en placo au terminus du RER…
- Et, sans même attendre demain, le salariat va s’uberiser vitesse grand V. Hors responsables d’équipes, par exemple, les entreprises du bâtiment n’embaucheront plus sur les chantiers des ouvriers en CDD, mais feront appel à des autoentrepreneurs ; plus de fiche de salaire, de charges et de convention collective ; juste un contrat de service, une facture et que le type se démerde. Le "CDD de projet" en est une première approche...

Comment voulez-vous les tenir avec ça ? D’autant que l’effet conjugué des baisses de dotations budgétaires aux collectivités et les basculements de majorités aux municipales ont fait disparaître les mises à disposition de cars à l’œil pour les emmener défiler de la Bastille à la Nation !

Malgré toussa, malgré le maintien, sous divers prétextes bidon comme la gestion paritaire de la formation, des droits acquis à la manne subventionnaire pour entretenir les prébendiers syndicaux ("ouvriers" et patronaux), la "classe ouvrière" n’existe plus en tant que masse de manœuvre… Vous me direz que Terra Nova l’a compris depuis longtemps. Eh ben non ! Ils n’ont rien compris. Ces têtes d’œuf n’ont pas plus cogité qu’un élève de 6° rédigeant sa première dissertation : Bien sûr, ils savaient qu’il leur fallait remplacer la classe ouvrière par autre chose ; ils ne l’ont pas inventé puisque c’était ça le sujet de la dissert’ ! Et sur leur copie, en s’en tenant au cadre laissé par les grands anciens donné par le prof, ils ont simplement, bestialement, remplacé le terme "classe ouvrière" par ce qu’ils avaient sous la main : "immigrés-banlieue" et "élite bobo"… Sans se poser vraiment la question de savoir si ça fonctionnait pareil 
Bon. Une fois que j’ai dit tout ça, il nous reste à inventer le logiciel politico-social qui pourrait répondre aux besoins et aux enjeux d’une société économiquement viable pour tous dans une manière de vivre-ensemble identifiée et cohérente. Et cela pour la première moitié du XXI° siècle (ne nous avançons pas plus loin…)  

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’avec la short-list de as-been formés dans les années 60-70 du précédent siècle qui se profile pour 2017, nos enfants ne sont pas rendus…

Tenons-nous en donc à la nostalgie en déposant une bougie et un petit bouquet de fleur sur la tombe de la classe ouvrière. Pour sa contribution à ce que nous sommes aujourd’hui, elle le mérite plus que les morts du Bataclan… 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire