"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 29 janvier 2016

Taubira, quand j’écris ton nom…



Je disais hier qu’on n’en aura pas fini avec Mme Taubira. Ne prenez pas le fallacieux prétexte que, par sa seule et souveraine volonté, elle n’est plus ministre de la République pour vous exonérer de fléchir le genou devant celle qui reste Mme le la ministre, de son vivant comme pour l’éternité dans les manuels d’histoire. Tartuffe et ses dévots sont toujours aux affaires. En conséquence, Dame Taubira reste et restera l’incarnation statufiée du Tabou absolu. Le seule être, que dis-je, l’Être par excellence qui, quoi qu’il arrive, a le privilège unique dans notre République laïque de vous valoir le cas échéant une condamnation pour blasphème ; ce délit crime qui n’existe plus dans notre droit pour toutes autres divinités

Nul n’oserait, donc, même tout seul dans sa cave à charbon, au risque d’être ouï par une famélique souris grise prête à vous dénoncer pour une croute de fromage, nul n’oserait, disais-je, murmurer dans un souffle à l’endroit de la Dame un mot, aussi flatteur et obséquieux soit-il, qui pourrait être interprété par quelque sulpicien d’aujourd’hui comme un soupçon de recel de complicité d’amorce d’une ébauche de propos raciste…

La confirmation nous en est donnée par Le Monde, la référence par excellence. Et cela dès le premier jour alors que Dieu lui-même en avait eu besoin de sept pour boucler le dossier.

Figurez-vous donc que je-ne-sais-quelle stagiaire sous-payée du Monde a naïvement cru malin pour grimper dans la hiérarchie de poster le touïtte ci-après :


Peu après, en catastrophe, le gazouillis a été supprimé et la même photo repostée avec comme titre :
"Christiane Taubira, encensée et contestée"
ou quelque chose de ce genre…

Il n’est pas rare que des expressions populaires bien-de-chez-nous disparaissent par obsolescence ou évolution de la langue parlée. C’est souvent la perte de la mémoire historique ou le progrès technique qui les ont rendues incompréhensibles au commun. En revanche, hormis la suppression sans peur du ridicule de certains mots trop politiquement connotés par les guillotineurs de 1793, on n’avait jamais vu comme aujourd’hui cette autocensure hystérique des expressions populaires les plus anodines.

Vous n’aurez donc plus de bêtes noires. Croiser le fâcheux, voisin de palier aux mains moites qui vous colle, votre Hilarion Lefuneste à vous ; vous farcir Hollande à la télé ou Caroline Fourest sur France-cul’ ; ce ne peut plus être votre bête noire. Votre bête blanche ? En principe ça devrait passer mais méfiez-vous !    

Taubira ne peut pas être votre bête blanche ! Ce serait comme l’appeler Blanchette ! Imaginez ! Vous seriez bon pour aller directement au gnouf !

Alors quoi ? Rien. Elle est celle qui est, dont on tremble à prononcer le nom et à laquelle aucun adjectif ne peut-être accolé. Un peu comme YHWH pour les porteurs de kippas...



3 commentaires:

  1. N'oubliez pas Sainte Simone W la terreur des berceaux intouchable aussi 99?9% d'excellentes opinions

    RépondreSupprimer
  2. N'oubliez pas Sainte Simone W la terreur des berceaux intouchable aussi 99?9% d'excellentes opinions

    RépondreSupprimer
  3. kobus van cleef30/01/2016 08:45

    j'ai bien goléri ( verlan de rigolé)
    pour la bête blanche, un minimicule bidet ( ou binet on sait plus trop , ces folliculaires se ressemblent tous) a commis un roman sur reinhard heidricht , aussi connu comme "la bête blonde" ( le titre du pensum? HHHhH , oui oui ,comme je vous le dit )
    ça devrait être injurieux, réveler l'animalité et donc l'inhumanité du type , ça n'est qu'infantile comme dénomination
    genre injure de cour de récré
    quoique ça pourrait s'appliquer à la fille du monophtalme , là , ça irait , tous les journaux ne bruisseraient que de ça....
    pour en revenir à l'injure de cour de récré , la plus fameuse fut "conservateur américain à passeport français" , appliquée à sarko par le traître du ps dont le nom m'échappe ( y en a tellement , voyez vous, on s'y perd......), qui dans son genre puéril , était désopilante

    RépondreSupprimer