"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 26 février 2016

On rigole avec ce qu’on peut…



Mon Dieu ! Que sont donc devenus tous ces chers petits ?

Que sont ces amis devenus
Qui m’avaient de si près tenus
Et tant baisés…
C’était pourtant des réfugiés
Je crois le vent les a ôtés
Comment le croire…

Bref. Jusqu’ici, on n’avait de-ci-de-là que des rumeurs et des "paroles verbales". Parce que, hein, c’est comme les agressions de Cologne, on sait d’où viennent tous ces fantasmes… Mais en Schleueland, le gouvernement répond aux questions écrites de ses parlementaires. Le gouvernement de sa gracieuse chancelière a donc admis par écrit que les autorités ne savaient pas où se trouvaient 13 % du million et quelques migrants enregistrés en 2015, ceux-ci ne s'étant pas présentés dans les foyers où ils devaient se rendre… Soit la population communale d’une ville comme Amiens ou Limoges qu’on a perdu dans la nature… Selon le Bundesinnernministerium où c’est qu’en général ça rigole pas, on donne comme causes possibles, par exemple, "un retour au pays d’origine" (oups ! je le suis trompé) ; "la poursuite du voyage vers un autre pays" (sachant que ne sont comptabilisé là que ceux qui, souhaitant déposer une demande d’asile, se sont vus attribuer un foyer) ; et… "ou bien qui ont plongé dans l’illégalité" (ben oui). Ah ! Il y a aussi des possibilités de "doublons dans les enregistrements" (ce qui voudrait dire aussi dans la distribution du papelard appelé "preuve d’arrivée"dans l’espace Schengen) Ben oui, voyez-vous, on sait pas… Vous savez, M’sieurs-Dames, on a été un peu débordé. On a pris des mesures pour 2016, mais "il est encore trop tôt" pour en évaluer les effets…

Bien sûr, il s’est trouvé assez de méchants au Bundestag pour voter jeudi une loi prévoyant notamment  que le migrant ne se présentant pas dans le foyer qui lui a été attribué ne bénéficiera pas de toutes les aides sociales. Mais, rassurez-vous, le porte-parole du ministère l’a rappelé : "Il n'y a pas en Allemagne de bases légales pour priver ou limiter la liberté des demandeurs d'asile "…

Donc, pour résumer, la République Fédérale Allemande, cette grande nation industrieuse et si longtemps sérieuse, temple de l’efficacité germanique, héritière d’une civilisation casque-à-boulon paradis des décalitres de houblon et des bagnoles en béton, la RFA, donc, reconnaît tout ce qu’il y a de plus officiellement avoir paumé rien qu’en une année dans la rue l’équivalent de la ville de Limoges… Ou peut-être de Bordeaux vu que, hein, à la louche on n’est pas à 100 ou 150.000 guignols près…
Enfin, quand je dis perdu… ils sont toujours par là ; à Hambourg ou ailleurs, peut-être à Calais… ou à Bar-le-Duc…

Et pendant ce temps-là, le canard Schengen est toujours vivant.

Que sont ces amis devenus
Pourtant si bien entretenus
Et tant aimés…
On dit qu’on va m’en retrouver
Avec Kalash’ à la mosquée
Comment le croire…


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire