"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 27 mars 2016

Pâques, malgré tout…



Oui, il est vraiment ressuscité !
La preuve ?
Il continue à emmerder les cons et Il continuera jusqu’à la fin des temps !

Ils sont nombreux comme les grains de sable de la mer ceux qui n’ont pas encore compris le film.
Il y en a même parmi ses fidèles

Comme saint Paul l’écrivait à sa manière aux Galates, nous ne sommes désormais plus des enfants mineurs soumis à nos pédagogues. Nous sommes désormais majeurs et c’est à nous de faire le job en adultes libres et responsables, donc sortis des bêtises de l’adolescence, donc conscients de notre filiation. [Gal.III.25 - IV.6]

Bien plus que Noël, c’est aujourd’hui l’anniversaire de l’entrée dans la Nouvelle Alliance. Elle marque le basculement de l’homme dans l’âge adulte. C’est-à-dire que le Patron n’est plus là pour nous tenir la main au quotidien. Son Fils est juste venu pour nous prévenir que nous étions désormais libres ; libres aussi d’assumer nos conneries… Et, après avoir partagé avec nous le pain, nos conditions de vie et les plus atroces de nos souffrances, Il est parti vite-fait ailleurs… Ailleurs ? Chose étrange, Il est parti et Il est toujours là, près de nous, en nous… Mais devant la porte comme dans l’Apocalypse de Jean. Dehors. C’est à nous d’ouvrir la porte, ou pas…

A nous, donc, de faire le job ; en assumant notre liberté et notre dignité sous un ciel où rien ne luit puisque la lumière est en nous. En vrais adultes, nous n’avons plus à obéir bêtement, infantilement, pulsionnellement, émotionnellement, aux modes et prétendues lois circonstancielles que veulent nous imposer sans limites des gourous d’estrade sous prétexte qu’il faudrait être comme tout le monde dans un présent sans souci d’avenir. Un peu comme des mômes n’osant pas être montrés du doigt dans la cour de l’école…
"Un homme, ça s’empêche" disait le père d’Albert Camus. Aujourd’hui bien plus qu’avant, bien plus que depuis des millénaires, ce n’est pas l’attribution par le calendrier d’une "majorité légale" qui fait basculer d’un seul coup d’un seul un jeune mec dans l’âge adulte ; tout juste dans l’adulescence, et encore….
Un adulte, un vrai, ça se distingue par son aptitude enfin acquise à discerner non seulement ses limites, mais surtout les limites du réel et de sa finitude…

Y a du boulot…

C’était ma catéchèse de sortie de Carême.
C’est réchauffé ? Oui je sais. Mais il y a tant de brebis perdues, pas qu’à l’Elysée…

Joyeuses Pâques à tous. 


1 commentaire: