"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 30 avril 2016

Mon œil !



Au cours de cette énième "journée d’action" de la "convergence des luttes", 78 fonctionnaires de police et gendarmes ont été blessés, dont au moins trois grièvement, dont un qui finira peut-être en fauteuil roulant. Ayant reçu la mission d’assurer la sécurité des manifestants en faisant preuve de toute la retenue souhaitable, ils ont stoïquement fait le job avec les résultats que l’on sait. Curieusement, les minorités irresponsables étaient présentes partout, que ce soit à Paris, à Nantes ou ailleurs, en tête comme en queue de cortège. Où sont passés les gros bras de la CGT d’antan ?  Poser la question est y répondre… Bref, ils ont tous été touchés dans leur chair par des jets de bouteilles, de lourds morceaux de parpaings et de plaques de macadam dont des hectomètres carrés seront à refaire à vos frais… Des armes létales par destination…
Bien sûr, cette journée s’est conclue as usual par une déclaration du ministre de l’intérieur laissant entendre quecépabien, par une crispation de mâchoire de Manu-chose (de plus en plus chose) et – comme d’hab’ quand ça gêne – par un silence assourdissant du côté de ce qui sert de chef de l’Etat.

Comme il fallait s’y attendre et par la force des choses, on recense aussi quelques blessés parmi les "manifestants". Compte tenu de la violence observée, leur nombre limité peut d’ailleurs être porté au crédit du professionnalisme (et du stoïcisme) des forces de l’ordre.
Bien sûr, l’annonce qu’un policier grièvement blessé à la tête se trouvait en situation "d’urgence absolue" ayant ému l’acuraba de base, il fallait pouvoir changer la Une. On a donc vite trouvé à Nantes un étudiant de 20 ans ayant perdu un œil dans l’affaire. Pour s’être trouvé sur la trajectoire d’un tir de flash-ball dans le contexte d’une situation de violence au contact où la Police en vient à utiliser ce type d’arme, le brave garçon devait être dans les premiers rangs et aurait dû savoir que tout peut y arriver à ses risques et périls. Mais c’est vrai qu’il faisait partie était entouré par des irresponsables... Certes, ce genre d’arme et de munition offre une puissance d’arrêt à courte distance équivalente à celle d’un cal. 38 spécial. Mais ces balles de 28 gr. de caoutchouc faites pour s’écraser à l’impact n’ont jusqu’alors occasionné en dix ans qu’un seul mort (en Belgique, impact au thorax sur un manifestant souffrant probablement déjà d’insuffisance cardiaque) et une dizaine de blessés (dont un œil perdu) Faute-à-pas-de-chance, donc. Mais, bien entendu, le Ministère a illico annoncé qu’une enquête était diligentée par l’IGPN…

On en reparlera sûrement.

"Mon œil", c’est aussi le mien qui regarde les photos proposées par les médias aux acurabas divers et variés. Si ont assez largement circulées sur les réseaux sociaux les vidéos nous montrant (avec le son…) l’hystérie de tous ces "jeunes" excités dépavant les chaussées au burin, préparant des stocks de projectiles et les lançant, en revanche, les médias ont largement privilégié les photos classiques de cortèges avançant vaillamment sous la pluie et les lacrymos, comme celle-ci par exemple :


Mais je n’en retiens qu’une qui a été publiée par Le Monde.fr. C’est celle-ci :


Elle est parfaite ; oui, parfaite. Le cadrage est équilibré. Un vrai tableau du Caravage qui ne néglige ni la profondeur du décor ni la fumée ni le macadam au premier plan. A droite, des "cognes" ; ils ne sont pas à la fête mais eux sont armés et protégés par leurs armures de scarabées bleus. A gauche, deux manifestants dont un équipé genre black block, un habitué, et un autre, tête nu qui donne à la fois la touche intergénérationnelle et offre la tronche du monsieur tout-le-monde guichetier de la Sécu ou prof de SVT à qui on donnerait le Bon Dieu sans confession. Il a l’air de supplier le gendarme qu’on en oublie qu’il veut lui arracher sa matraque…
Au centre dans l’axe du tableau, la pose christique du grand barbu. Lui ne fait rien ; mais son regard est un jugement… Le sage flanqué de ses disciples : d’un côté le rouquin qui fait un doigt d’honneur et l’index vengeur de l’encapuchonné en mouvement ; de l’autre la véhémence des supposés syndicalistes de la CGT (la bière à la main), histoire de montrer qu’ils-sont-venus-ils-sont-tous-là…
Et encore, et toujours, les appareils photos des journalistes, lanceurs d’alerte à l’affut des bavures policières...

Chapeau ! Tout y est. Sauf l’essentiel…

4 commentaires:

  1. "Tout y est. Sauf l’essentiel… "
    Il manque encore quelques éléments habituels, mais rien que je peux qualifier d'essentiel. Je dirais : la pancarte au slogan bref qui donne la légende à l'image ?
    Amike

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef01/05/2016 11:08

    effectivement , la photo apparaît quasiment posée ....
    elle a une valeur apologétique ( j'ignore ce que ça peut bien signifier et peu me chau , mais le mot fait riche, donc....) avec , 'ffectiv'ment le futur crucifié au centre ( quoique la barbe soit trop courte et la cuisse trop lourde.....zoziété de konsommation de mairde!) et les deux larrons à coté ....
    celui qui retient l'attention, c'est le porteur de badge "cgt" ( crétin , goret , torve ?) , genoux demi fléchis , l'oeil exorbité et la moustache de rat d'hotel...une vraie tête de crétin médiéval .....le mec a vu le démon et lui crache au visage "vade retro ,satanas!"
    les centurions républicains sont bien croqués , ne leur manque que la lance et la position décontractée du tueur sachant la situation bien en main....
    plus qu'une crucifixion , ça m'évoque le "dos de mayo"....une loupiote posée au sol et une volée de plomb ne gâterait pas l'ensemble

    RépondreSupprimer
  3. « Crispation de mâchoire de ManuLaChose»..début du tétanos !
    UnLorrainDu55

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef02/05/2016 21:14

      crise hémorroïdaire aigüe?
      ou bien, tout simplement , se trouve-t-il beau comme ça , les mordasses bien serrées , l'oeil charbonneux, les sourcil sourcilleux?
      on le rassure, il est bien le seul

      Supprimer