"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 19 avril 2016

Où est Aziz ?



C’est le titre parce que, hein, "Où est Charlie ?" ça commence à bien faire ! Et tant pis si l’occurrence ne génère aucune visite supplémentaire céans via les moteurs de recherche… Où est Aziz ? donc.
Voilà pour le titre.

Pour le thème, cépapareil.  Il n’est qu’une retombée (un dommage collatéral) du quasi étouffement de rire (jaune) dont j’ai été victime en entendant ce mot d’ordre:
"- Nous voulons vivre ensemble !"

Evidemment, j’ai tout de suite pensé le mettre en titre. Mais mes quelques lecteurs auraient pu se méprendre à mon sujet. Une telle affirmation à l’indicatif présent assénée d’entrée de jeu en ce lieu, ça aurait pu être un truc à déprécier tout le stock… Et puis Aziz, ça fait bien dans la déco.

C’est à Bruxelles, au cours du rassemblement précédemment annulée par principe de précaution et qui a finalement eu lieu dimanche que cette affirmation, que dis-je cette certitude "Nous voulons vivre ensemble" a été assénée à la ville et au monde par un des organisateurs.

Intitulée "Pour les victimes et contre la haine", ce rassemblement a vu affluer quelques milliers de nounours bien propres sur eux. Relayé par la patate d’assocs’ sorties de partout, l’initiative de la chose est venue, dit-on, du curé de Molenbeek et de résidents de la commune. On ne présente plus Molenbeek, commune bruxelloise de près de 100.000 habitants dont on ne sait pas exactement la proportion d’allochtones comme on dit, sinon qu’ils sont largement majoritaires, d’autant que les Marocains d’origine représentent à eux seuls 50% de la population totale. On ne doute donc pas que les Molenbeekois ont eu à cœur de répondre en masse à l’appel.

D’ailleurs, ça s’est vu. Regardez-les comme ils sont mignons. Tout bien pâle et beaucoup de cheveux blancs. C’est normal, c’est dû au choc des attentats ; aucun rapport avec ce qu’ils sont ou ce qu’ils ne sont pas… 


On notera que sur les marches servant de gradins pour afficher l’unité de la Belgique pleurant ses morts et s’insurgeant contre la haine, on n’a pas oublié d’accrocher aux grilles tous les drapeaux de la victoire façon Bastille-2012. Fallait ça pour honorer les morts de l’aéroport et faire peur aux haineux à la haine. On alors on n’a pas osé les enlever vu-que-ça-ne-se-fait-pas. Surtout, on a pensé à mettre bien en évidence aux meilleures places de la devanture quelques symboles en chair et en os de la Diversité (mais oui, on en a trouvés) Sachant que le Manneken pissera la paix sur les bombes, "la haine" n’a qu’à bien se tenir…  

Mais bon, toussa est sans importance. Le plus intéressant, le plus signifiant, ce sont les mots. Je ne vais pas m’étendre sur le "Pour les victimes et contre la haine". Les Belges nous ont habitués aux marches blanches et c’en était une à voir le parterre de fleurs et de bougies. Bien sûr, on y avait ajouté "contre la haine", ce qui ne mangeait pas de pain puisque être "contre la haine" n’est pas être "contre x ou y"…

Le plus signifiant, en revanche, ce qui a fait remonter le café dans mes naseaux quand je l’ai entendu, c’est ce "- Nous voulons vivre ensemble !" Le vivre ensemble, on connaît et ce n’est pas ça. La pointe de la phrase est là, dans le verbe à indicatif présent, 1° personne du pluriel : "Nous voulons" 

Qui est ce nous ? Ce sont évidemment ceux que l’on voit sur les photos ; et seulement ceux-là.
Et que veulent-ils ? Ben vivre ensemble avec…. Avec qui ? Ben avec ceux qui ne veulent pas ; sinon pourquoi faire une manif’ ? Nous voulons vivre ensemble avec l’Autre ; cet Autre qui, lui, ne veut pas, justement parce qu’il est autre

Regardez ces Autres : Ils n’ont aucune envie d’aller visiter nos monuments, cathédrales et musées, de contempler les merveilles de nos sculptures (qu’elles soient de Michel-Ange, de Maillol ou de Franz West…), de s’inviter normalement aux bals du 14 juillet, de manger du cervelas en buvant un canon, de réveillonner à la Saint-Sylvestre ou d’encombrer nos cimetières… Ils veulent juste être eux, entre eux (avec carte Vitale, etc.)

Et tous ces couillons d’Européens trouvent ça normal. Ils leur tournent autour comme le caniche qui fait fête à son maître et bave sur son pantalon en croyant qu’ils sont pareils, niant leurs identités respectives… Et quand son maître lui flanque une raclée, il fait quoi ce caniche fin de race ? Ben il va, la queue entre les jambes, tourner en rond dans le jardin pour faire sa petite manif’ entre soi en brandissant des pancartes condamnant les violences du facteur et de la SPA !
Avant de finir à l’équarrissage ou au chenil…





8 commentaires:

  1. J ai entendu aux infos qu ils n avaient été que 70 000 a défiler, c'est tout de même bien peu sur 11 millions d habitants pour affirmer ce " nous voulons "

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 7.000, pas 70.000...

      Célestin

      Supprimer
  2. C'est l'ennemi qui nous choisit, et pas le contraire !
    Alors à quoi bon protester de nos bonnes intentions ?
    bien d'accord avec vous !
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  3. Louis pauwels avait il y'a longtemps diagnostiqué le SIDA mental fou bien des petits verts marrons qui dévorent le cortex
    choisissez !
    pas de traitement comme pour la myxomatose

    RépondreSupprimer
  4. une fois hein ! c'est leur problème, je suis pas belge de toute façon !

    RépondreSupprimer
  5. C'est beau comme tout quand même ! Des drapeaux, des défilés, des slogans, des dessins, des bougies, des fleurs, de la diversité (du moins en théorie). Rien de méchant ou de contondant. On ne peut que rester baba devant une telle organisation ! Quelle défense, mes aïeux ! C'est la ligne Maginot contre la haine...
    Enfin, je jalouse leur bonne conscience. Ils sont persuadés, en rentrant chez eux, qu'ils ont fait le bien et même le nécessaire, qu'ils sont exempts du crime de Haine. J'aimerai partager cet bonne conscience, ça doit être reposant... Mais je ne risque pas d'y arriver en restant içi...
    Antiloque

    RépondreSupprimer
  6. kobus van cleef20/04/2016 19:22

    ça ressemble à un slogan d'haruspice, oui oui , les sacrificateurs de l'ancien temps, lorsque Zeuss , Athéna et Apollon n'avaient pas encore été détrônés par mickey maouss' et games of throne

    "pour les victimes" ça je peut comprendre, le sacrificateur en veut toujours plus, pour que l'odeur des chairs cuites montent aux narines des olympiens et les apaisent

    mais "contre la laine" , je pige pas

    en quoi le fait de sacrifier des moutons plutôt que des boeufs ( de réforme le plus souvent) pourrait indisposer Era ou Ephaïstos ?

    non non, faut garder la laine
    utile lorsque les nuits sont fraîches , déjà , mais en plus , ça peut se filer façon Pénélope , voyez , on reste dans l'antique

    RépondreSupprimer