"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 26 avril 2016

" Si ce n’est toi, c’est donc ton frère ! "…



Je reviens sur mon billet du 16 septembre 2013 faisant suite à un de ces braquages ordinaires comme on en connaît chaque semaine dans ce beau pays au vivrensemble© que le monde nous envie. Celui-là avait en effet défrayé la chronique ; non pas parce qu’un des "jeunes" canaillous avait morflé une balle fatale, mais parce que la page fessbouc ouverte dès le lendemain en soutien au commerçant "mis en cause" avait bénéficié de plus de 1,5 millions "j’aime" en trois jours. Aussi sec, les médias-comme-il-faut avaient relayé des soupçons de manipulation, des histoires de "like" robotisés en rafale venus des antipodes, ou encore qu’on vous proposait du fric pour liker

Pourquoi vous en recauser ? Ben parce que l’affaire est inscrite à l’actuelle session de la Cour d’Assise des Alpes-Maritimes et que c’est l’occase de vous montrer que vous êtes ici dans une maison sérieuse qui assure l’après-vente de ses produits.  

- Hier lundi a commencé le procès du braqueur-présumé survivant et d’un vague complice-présumé. Aujourd’hui âgé de 22 ans et déjà connu-des-services-de-police pour 14 occurrences, le dénommé Ramzi Khachroub, gentilé de l’aimable commune de Carros comme-son-nom-l’indique, comparait donc, accusé de "vol avec arme", "port ou transport prohibé de matériel de guerre" et "recel de vol". Un certain Alexandre de Matos, prévenu libre, plus âgé et connu-etc. pour seulement 4 affaires, lui tient compagnie dans le box comme présumé complice fournisseur des cagoules et des gants… Le bijoutier Stephan Turk, pour sa part, étant pour le moment sur le banc de la partie civile…
- Une fois cette affaire de braquage jugée, prochainement et devant la même Cour, le dit Stephan passera à son tour dans le box des accusés pour répondre du crime d’"homicide volontaire" sur la personne d’Anthony Asli, autre Carrossois, alors âgé de 19 ans. A 69 balais, le cas de Stephan est clair et sans bavure : il a sorti son flingue et tiré à trois reprises vers le scooter sur lequel ses deux braqueurs s’enfuyaient, tuant le pauvre gosse d’une balle dans le dos, toussa pour avoir reçu quelques coups et s’être fait faucher 124.000 € de marchandises… Bref, pas de légitime défense et cépabien.

Mais revenons au procès en cours. Si la participation du pauvre Anthony (déjà connu-etc.) ne fait hélas aucun doute, c’est pour lui déjà facturé. En revanche, les deux autres guignols nient évidemment les faits. Ramzi était alors "avec sa copine" et Anthony n’était pour lui qu’une vague "connaissance de village"…
Bien sûr, l’accusation "croit le reconnaître" sur les deux caméras de surveillance de la boutique. La corpulence, la taille et le gabarit athlétique conviennent. Et… son ADN a été retrouvé sur le bouchon du bidon de javel ayant servi à nettoyer ensuite le scooter (sans doute du sang de son "pote"…) Mais avec cagoule, casque de moto et gants, Stephan admet ne pas pouvoir affirmer le reconnaître…
Toute une partie de la première journée d’audience est passée à visionner et re-visionner la bande vidéo, les flics concluant que le braqueur (et cogneur) devait plutôt être gaucher et la défense affirmant que Ramzi est droitier…  Beaux débats en perspective jusqu’à jeudi…

Je sens que le "doute raisonnable" va peut-être profiter à ce cher Ramzi, naïve et blanche brebis perdue dans ce monde… On va voir ça…  

Un de mes aïeux avait été juré au procès de la bande à Bonnot. Il y avait alors dans le box un quasi-môme, sous-fifre de la bande en des temps où l’on avait la veuve facile. Certes, le gosse devait faire le guet et aider à fourguer la marchandise mais n’était jusqu’alors pas "connu-etc."... L’ancêtre, disait-on dans la famille, n’en dormait plus la nuit.
Pourtant, dans le cas dont s’agit aujourd’hui, que le "doute raisonnable" n’oublie pas l’adage "si ce n’est toi c’est donc ton frère" ne m’empêcherait pas de dormir…

Bon. Sans vouloir singer Léon Zitrone, je tâcherai de vous informer des suites…

 

3 commentaires:

  1. Relisant votre ancien billet (l'archéologie, que voulez-vous...), je me suis rendu compte d'une chose (et ce n'est pas que JV Placé n'était pas encore au gouvernement) : vous êtes (peut être) le génial inventeur du "je suis" (après Spartacus et Kennedy). J'espère qu'on vous obtenez de croustillants droits...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh ! En tout cas je viens chronologiquement bien après Celui qui a dit derrière le buisson à Moïse (ou à Abraham, je ne sais plus… c’est si vieux) : « Je suis Celui qui suis » (ou plus exactement au mot à mot hébreu : « Je suis celui "je suis" ») Et surtout, "Je ne suis pas Charlie" !

      Supprimer
    2. N'est-ce pas son fils qui dit aussi (plus récemment mais pas hier quand même) "je suis celui que tu persécutes". Elle a sa place dans l'actu en tout cas...

      Supprimer