"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 6 mai 2016

- C’est où la France ? - La quoi ?



Aujourd’hui, c’est le six mai. La nuit fut saturée de vocifération de joie… il y a quatre ans…

Souvenez-vous de la place de la Bastille. Le changement était maintenant ! D’ailleurs, il suffisait de regarder les drapeaux : Le pays légal-autorisé comme le pays réel pavoisaient ! Surtout le réel…
Quatre ans déjà ! Quatre années de RSA, de GPA, d’Aide Médicale d’Etat, de Taubira, de Leonarda, de… de joie quoi !
Sûr qu’on va fêter ça ce soir ! Y a qu’à voir, quoi ! Il est vrai que la place de la République a remplacé celle de la Bastille mais c’est ça le changement, que voulez-vous. Aujourd’hui, la lumière est rallumée et "ce pays" apaisé ! Les papiers gras et les pavés, les canettes vides et les barres de fer, le shit et le sperme ont certes aimablement remplacé les drapeaux vulgairement nationalistes innocemment communautaires de la Bastille, mais rassurez-vous, les drapeaux sont toujours là avec les troupes derrière…

Bref, je ne pouvais pas laisser passer cette date sans la rappeler à votre attention parce que, hein, je soupçonne que beaucoup d’entre vous l’ont oubliée et cépabien. Je vous la rappelle donc (ma charité chrétienne, que voulez-vous) mais ne vais pas pousser le vice jusqu’à vous dérouler le florilège des merveilles et des victoires contre l’obscurantisme qui parsèment ces quatre années de lait et de miel ; d’autres le font très bien.

En revanche, cela me rappelle que dimanche prochain c’est le huit mai. Là, ça doit vous dire quelque chose Ne serait-ce que parce que la résistance héroïque des syndicats et des socialos a vaincu le blasphématoire caprice de Giscard qui voulait supprimer cette journée (blasphématoire pour les droits acquis, je précise) Le 8 mai, donc. Occasion pour moi de repenser à cette journée du précédent siècle où nos anciens, en dépit de ventres pas encore très pleins, profitaient du prétexte tant attendu pour danser, s’embrasser et pavoiser (d’autant qu’ils avaient déjà eu le temps de se lasser de tondre les femmes…) Journée de grande communion (disons-le vite) Perso, je n’en ai aucun souvenir vu mon jeune âge à l’époque^^ ; encore qu’être né le jour de la mort de Goebbels pourrait en troubler certains (les croyants en la réincarnation s’abstiendront de poster des commentaires…) Mais je m’égare.   

Le 8 mai, donc. L’occasion de méditer sur la France. Terre de vivants et de morts, pré carré d’une Nation, notion intellectuelles… chacun s’en fait une idée, parfois confuse, parfois très concrète. Mais au final, que ce soit il y a un siècle ou trois lustres, une écrasante majorité des pékins qui s’y trouvent arrivaient à s’entendre sur un plus petit commun multiple qui était loin d’être rien. Sans doute parce qu’ils ne se contentaient pas d’y résider mais parce qu’ils l’habitaient, voire, quelque part, parce qu’ils en étaient habités

Ouais. Et aujourd’hui ? Vous ne me ferez pas dire que ça ne date que des quatre merveilleuses années que nous venons de vivre. Mais celles-ci ont sûrement contribué par ses efforts louables à l’accélération exponentielle de ce que nous observons. Et c’est difficile de définir en quelques mots ce qui est arrivé. De toute façon, ce serait trop long, j’ai la flemme et je suis las.

J’ai quand-même trouvé une anecdote qui résume toussa :

Dernièrement, la fédération des Bouches-du-Rhône des Ellères ("les Républicains" je crois que ça s’appelle) n’a rien trouvé de mieux pour faire sa pub qu’une campagne d’affichage 3x4 avec la tronche de ses élus ou candidats locaux sur fond de drapeau français avec comme seul slogan :

AIMONS LA FRANCE

C’est (un peu) court, c’est cher mais ça ne mange pas de pain vu que ça ne devrait fâcher personne (et donc ne sert à rien) Eh bien, pour tenter d’évaluer le retour sur investissement, j’ai fait le tour des réactions sur touïtter et j’ai sélectionné deux réactions qui me semblent assez bien résumer l’ensemble :

- « Visuellement ça fait un look totalitaire, avec la taille du drapeau, la façon dont les visages sont disposés. C’est limite je trouve » et « Ça fait patriotisme de bas étage » (Killian)

- . « C’est horrible [...] Je pensais de loin que c’était l’extrême droite, mais c’est la droite » et « On peut aussi ne pas l’aimer, ça ne fait pas de nous quelqu’un de mauvais » (Julia)

Voilà… 


Et pendant ce temps-là, des foules de Russes de tous âges et de toutes conditions se préparent activement pour participer le 9 mai la "Marche du Régiment immortel" où tous porteront des photos de leurs ancêtres qui ont participé à leur "Grande Guerre patriotique". L’an dernier, ils étaient plus 10 millions à défiler dans les villes russes…


3 commentaires:

  1. kobus van cleef06/05/2016 21:00

    mais se lasse-t-on de tondre les femmes?
    se lasse-t-on de pendre, fusiller , étripailler , égorger , ouaque barrer ?
    au vu des récents développements des diverses actualités , et même de plus anciennes , il semblerait que non
    c'est même une activité qui apporte une source toujours renouvelée de distractions et de satisfactions , personnelles ou collectives ( quoi de mieux qu'une lapidation collective de femmes infidèles pour créer du lien zozial , je voul'demande , hein?)

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef06/05/2016 21:04

    en ce qui m'concerne, votre affiche des élères ,ça me semble une effroyable forgerie
    pas de votre part bien sûr
    mais bon, les républicons, c'est bien les héritiers de chirac, l'homme du regroupement familial et de sarközy , l'homme de l'abolition de la double peine?

    bon

    tout est dit

    RépondreSupprimer
  3. Il y a quelques années, on allait enfin pouvoir marier les mecs ! Et comme aurait dit Armstrong (pas Lance, Neil !) : un grand pas pour l'humanité. Oui, Monsieur - non, pas vous, votre mari !

    RépondreSupprimer