"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 8 mai 2016

De la double-peine à la demi-peine.



Je vous avais promis d’assurer le service après-vente de mon billet du 26 avril.  
Or donc, ce cher Ramzi Khachroub, notre aimable compatriote de la commune de Carros, a bien été jugé et condamné par la Cour d’assises des Alpes-Maritimes. Ah Carros ! J’y ai tant de bons souvenirs ! Autant d’innocentes sorties de boy-scout que de virées d’affichages musclés lors de mes riches heures (post) adolescentes ! Carros, municipalité qui fut 26 ans communiste puis 43 ans socialiste avant de tomber dans l’escarcelle de l’UDI grâce à une tête de liste ci-devant communiste tant le recyclage est une des mamelles qui fournit le pain dont s’abreuvent nos élus locaux… Mais je m’égare grave...

Ramzi Khachroub, donc. Droitier ou gaucher, on s’en fout, Ramzi a été condamné à 15 ans de prison avec mandat de dépôt pour le braquage de la bijouterie Turquoise. Pour les jurés, c’était donc bien lui et non un de ses frères qui avait méchamment tabassé Stephan, l’arme à la main puis s’était fait la malle avec 2 kg d’or et 100.000 € de bijoux en laissant son pote agoniser dans le caniveau. Faut dire qu’indépendamment de son pédigrée antérieur, outre cette histoire d’ADN, il avait curieusement estimé nécessaire de partir dès le lendemain se mettre au vert deux mois en Tunisie…   
Son présumé complice pour la logistique a été acquitté faute de preuves jugées suffisantes.
Quant à sa victime Stephan, toujours "sous contrôle judiciaire", elle ne sera jugée pour "homicide volontaire" qu’au plus tôt en fin d’année, voire en 2017…        

Bon. Toussa est sans grand intérêt, mais c’est l’occasion de faire le point sur les perspectives d’avenir de ce pauvre Ramzi. Le procureur avait réclamé 16 ans de taule et il en a pris 15. Une ristourne de seulement 6% ça fait un peu mesquin de la part des jurés. Sa culpabilité étant confirmée, ou ça méritait 12 ou y avait qu’à suivre le Procureur ! Cette année de moins, ça fait un peu la pièce donnée le dimanche, un peu gêné, au clodo à la sortie de l’église, histoire de ne pas avoir l’air inhumain
Mais bon. Comment va se traduire effectivement cette peine de 15 ans de privation de liberté ?

- D’abord, il y a les "remises de peine automatiques" : 3 mois pour la 1° année et 2 mois pour chacune des suivantes. En cas de comportement inapproprié en prison, on n’en supprime qu’un mois par an.
Ce qui veut dire que si Ramzi se montre supportable, ses 15 ans de taule ne sont d’ores et déjà que 12 ans et 5 mois…  
- Ensuite, il y a les "remises de peine supplémentaires" : 3 mois par an accordés en plus à tous détenus faisant preuve d’efforts de soins, acceptant de travailler, suivant des formations…
Si c’est le cas de Ramzi, ses 15 ans de taule se limiteront à… 8 ans et 8 mois…
- Enfin, il y a les "libérations conditionnelles" : Systématiquement demandées par les condamnées à des  peines longues, elles peuvent l’être dès que l’on a purgé la moitié de sa peine (de sa peine prévisionnelle nette, c’est-à-dire remises déduites…) Et cette libération (certes assortie de diverses contraintes) est statistiquement accordée dans environ 50% des cas (source Ministérielle)…

Bref, en ce beau dimanche, j’ai saisi l’occasion du cas particulier de notre Ramzi pour vous rappeler qu’une peine de 15 ans de prison prononcée par un jury de citoyens "au nom du Peuple Français" se traduit souvent dans la pratique par une peine de 4 ans et demi de prison par la grâce d’arrêtés et de circulaires prises entre-deux par d’obscures sous-ministres et fonctionnaires.

Ce sera tout pour aujourd’hui.    


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire