"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 17 mai 2016

Les Toilettes-Pour-Tous…



Si on se réfère (sous toutes réserves !) à la jactance validée par Wiki-sa-race : « Être transgenre est le fait pour une personne de s’identifier au moins en partie à d’autres genres que celui attribué à sa naissance et d'en adopter le mode de vie ; et cela sans nécessairement subir de chirurgie de réattribution sexuelle. »
« Le terme transgenre peut également désigner toute personne qui rejette en tout ou en partie son identité de genre initialement assignée ou qui ne s'identifie pas aux règles des genres masculins et féminins "traditionnels" (travestis, transsexuels, "troisième sexe", "queer", personne intersexuée…) » Z’avez compris ? z’êtes toujours là ? Bon.

 J’admets bien volontiers que ces personnes diverses et variées doivent rencontrer quelques difficultés, contrariétés, hésitations, bref être perturbé(e)s lorsqu’elles se trouvent en présence d’un de ces choix binaires qu’impose au quotidien le vivre ensemble la société "traditionnelle" ; comme par exemple cocher une case sur un formulaire ou, surtout, choisir "au fond à droite" ou "au fond à gauche" quand elles sont prises d’un besoin pressant… Perturbations qui, à n’en pas douter,  constituent pour ces braves gens des violences inouïes.     

Eh bien figurez-vous que chez l’oncle Sam, entre deux négos sur le TAFTA et la Syrie, l’avenir de Guantanamo et l’élaboration du programme d’Hillary, l’obamesque administration s’est saisie du problème de ces braves gens au niveau fédéral : Elle a pondu la semaine dernière une directive demandant aux établissements scolaires publics de laisser leurs élèves transgenres utiliser les toilettes de leur choix. Bien que s’affirmant "incitative", cette directive suggère que les établissements qui s'opposeraient à son application pourraient être poursuivis en justice ou se voir supprimer les aides fédérales…

Dont acte. Et on s’en fout… Eh bien moi pas vraiment.
Certes, s’agissant du "visible", il en est parmi ces personnes qui sont… comment dire… Mais l’écrasante majorité des ressortissants de cette minorité marginale présentent une apparence physique sinon toujours un comportement social apparent qui les "rattachent" sans problème à l’un ou l’autre des deux genres reconnus depuis la nuit des temps comme d’ordre public pour assurer la cohérence sociale. Citez-moi une seule de ces personnes, y compris un simple travelo avec pompe et sacoche, qui n’a pas trouvé à temps une solution pour aller pisser ?

Tiens ! Ça me rappelle une petite cousine super sympa. Une vraie fille des bois. A l’adolescence, c’était la caricature la plus achevée du "garçon manqué" (je rassure ; après avoir été… bûcheron, elle est aujourd’hui épouse et mère…) Au collège, elle se vantait "- Je suis le seul mec qui peut aller voir dans les WC des filles ! "… Mais je m’égare.

Les trans peuvent donc aller où "ils" veulent. "C’est mon choix, c’est mon droit, parce que je le vaux bien"… Et les autres ? Qu’en pensent-ils ? Vous les mecs, quelles remarques voire cris d’orfraie n’avez-vous pas entendu en vous trompant de porte dans les vestiaires ? Les trans, cette nouvelle noblesse du slip, peuvent dire "ça me gêne ici et je préfère là" En revanche, au plus grand nombre, à la multitude des ploucs et des acurabas qui ne demandent rien, on ne leur demande jamais si ça peut les gêner, si ça peut les déranger…

Si j’éprouve le besoin d’en causer, c’est parce que j’y vois deux choses :
- D’abord, évidemment, cette directive est une petite touche qui se rajoute à tant d’autres pour consolider le pouvoir pris sur la société par les lobbies d’infimes minorités agissantes et narcissiques au détriment des nécessaires vrais élites qui font défaut. Prise isolément, cette décision gouvernementale est dérisoire et même risible. Mais elles sont toutes sans importance. Et c’est ce qui fait que ça va continuer car jamais rien ne fera déborder le vase !
- Ensuite, que l’endettement comme le déficit étant ce qu’ils sont, nous avons là une piste pour obtenir la fusion en un seul local et disposer enfin de "toilettes-pour-tous" sans urinoirs (avec WC turcs de préférence) Cela permettrait tout à la fois de lutter contre les discriminations sexistes et de réduire les coûts d’investissement et d’entretien des établissements collectifs. Revendiquons !  


4 commentaires:

  1. Quand les turcs ont pris d'assaut Canstantinople, on était en train de doctement y débattre du sexe des anges, paraît-il ... Et il paraît aussi que l'Histoire ne se répète pas. Moi, je commence sérieusement à en douter ....

    RépondreSupprimer
  2. Au départ, le "chiotte à la turque" était invention belge.
    Ce n'est que bien après que les Turcs on pensé à creuser un trou.

    RépondreSupprimer
  3. Alors ,allons bientôt des choitards à la turc pour tous et la question sera résolue
    et avec les turcs on aura aussi les " muets du sérail" pas bête non ?? la question transcende sera tranchée

    RépondreSupprimer
  4. kobus van cleef18/05/2016 22:05

    les chiottes à la turque sont des trucs pour analphabètes
    essayez de lire votre journal dans des conditions pareilles....
    notez bien que nulle part il n'est dit que lors du tanzimat on a tenté de substituer à ces chiottes des trônes bien relaxants....

    RépondreSupprimer