"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 18 juin 2016

Radio Paris ment…



Ça on le savait. Les vieux postes à galène l’ont crachouillé à nos anciens pendant près de quatre ans il y a longtemps. Ils se sont arrêtés de dire ça quand je suis né ; curieux… Et on se demande pourquoi. Parce que, hein, on sait bien que c’est toujours le cas…

Bon, c’est juste le titre. Il m’est passé par la tête parce que le 18 juin, ça n’est plus porteur. Dites-moi au doigt mouillé combien d’entre nous, ce matin au saut du lit, avant ou après le tir de pantoufle sur le radioréveil, au petit dej’, avant de se raser, avant de partir bosser, en gros avant dissipation des brumes matinales, ont eu une pensée pour l’asperge moustachue qui causa il y a 76 ans dans le poste des Rosbifs ?  Faites-moi une estimation…

Revenons à nos moutons qui-sont-nombreux. Donc, ce 18 juin d’aujourd’hui clôture une semaine durant laquelle notre Pédalonaute s’est carapaté d’est en ouest, plus-gaulliste-tu-meurs : Bien entendu, le rituel annuel de ce matin au Mont Valérien pour l’anniversaire de l’Appel fait partie des obligations de la fonction. En revanche était ridicule l’aller-retour de lundi dernier en hélicoptère avec ministre de la Défense pour un cinq-à-sept à Colombey avec dépôt de gerbe, toussa, en dernière année de mandat. Surtout en rajoutant une couche vendredi prochain où il a prévu d’aller inaugurer à Versailles une exposition sur Charles De Gaulle…   

Mais toussa est sans intérêt et je n’en aurais rien dit si je n’avais pas eu besoin d’épaissir d’un préambule ce billet qui aurait été vraiment trop court et j’y viens enfin :

Un sondage-à-la-con a demandé à un échantillon représentatif de nous-autres quelles personnalités avaient le plus de points communs avec De Gaulle. On s’occupe comme on peut…
Dans les réponses à la question, c’est sans surprise que François Hollande obtient un score de 2 %. Le minimum incompressible donc, compte tenu qu’il faut bien des bienheureux pour les béatitudes.

Eh bien figurez-vous que, selon la vox populi, l’homme ayant de très loin le plus de points commun avec De Gaulle, c’est… Jacques Chirac !

Personne n’est allé voir si la momie du Général avait inversé les pôles dans sa boîte funéraire.

Ce pays est vraiment foutu.

8 commentaires:

  1. "Le grand con" comme disait le Général.
    Homo Orcus

    RépondreSupprimer
  2. "l'asperge moustachue" ? Je lie et j'aime vos billets, mais je pense et j'espère que ce coup-là, vous n'avez pas été tout à fait maître de votre clavier . Le reste de vos écrits d'aujourd'hui est bien, malgré les 2% qui soi-disant ont ou avaient le plus de points communs avec de Gaulle (hollande, ce propre à rien à 2 % ! ?) quant à Chirac... Pardonnez-moi, je suis un gaulliste de 1958, le 18 juin 40 j'étais trop jeune (un an). Respect a ce grand Homme (pas par la taille) qui par deux fois a sauvé notre bon vieux Pays. Cordialement et sans rancune.Jean-Pierre 55

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Vous excuserez l'inélégance de ce "dérapage de clavier" dû au besoin irrépressible de sortir une, euh... "formule" dont souffre un à peine moins vieux que vous qui restera jusqu'à la fin un "sale môme"...
      Pour le reste, je confirme qu'il s'est trouvé 2% de l'échantillon pour trouver que Hollande avait bcp de points communs avec le Général; 1 sur 50 ! Ce qui ferait bien 10 millions en comptant les enfants des écoles ! Pauvre France! Pour ce rad-soc endormi de Chirac, ils seraient 43%. Et... Mitterrand 24%, Giscard 20%...
      Mais je crains que ça ne va pas vous consoler...

      Supprimer
    2. Je vais me permettre d'être désagréable mais j'estime que De Gaulle tient plus de la légende, de l'auto-émerveillement sur une figure charismatique après une défaite douloureuse, d'un "accident" de l'histoire plus que du "grand homme".

      Je veux bien croire que le Monsieur ait eu une présence, un savoir vivre et un style qui impose le respect en sa présence. Je dirai que pour un officier, c'est bien le moins.

      Maintenant quand on décortique froidement, de manière neutre, son parcours et certaine... anomalie comme le refus des allemands de lui rendre ses insignes d'officier ou son sabre, je ne sais plus, pour une aristocratie militaire un peu a cheval sur les convenances, c'est un peu singulier et traducteur.

      Je rappelle que le Monsieur à laissé le pays clefs en main aux communistes et a la SFIO, les mêmes premiers qui sabotaient son matériel en usine en 1939 ou qui alimentaient les ennemis de nos gars en indochine ou en algérie les mêmes second qui se sont cachés derrière Pétain.

      Rappelé sans trop de blessures à l'égo après l'épisode Algérien, Monsieur préfère...abandonner le département, judicieusement drapé dans un pragmatisme qui a je crois un peu échappé à un bon million de harkis...

      L'épisode de 68, première révolution de couleur...à nouveau la fuite pour aller pleurer sur l'épaule de Massu, trouvant un appui dont il ne fera rien.

      Tout çà mélangé ne fait pas pour moi une statue de commandeur vénéré.
      A.g.

      Supprimer
    3. Merci de votre compréhension ! Je suis et je serais toujours un peu outré lorsque l'on touche à la mémoire du général de Gaulle. Il était venu dans mon village en 1947 saluer les veuves et les orphelins (dont je fais partie) victimes d'un massacre commis par une horde de sauvages en déroute le 29 août 1944. 51 fusillés, coupables de rien à Robert-Espagne Meuse, 87 en tout dans la vallée de la Saulx. Le général avait avec un mot de réconfort, serré la main de ma mère veuve avec sept enfants. les Allemands avaient incendié les trois quarts du village nous étions sans effet à la rue. Vous comprendrez mieux pourquoi je garde une belle image de cet Homme-là, mais pas seulement pour cet épisode-là, bien sûr ! Il a fait respecter la France dans le monde LUI ! Vous êtes évidemment excusé.

      http://martyrsdelasaulx.blogspot.fr c'est l'adresse de mon blog qui montre ce qui c'est passé dans mon village, il a été élaboré avec l'aide d'un ami hélas décédé maintenant. Bon dimanche.Jean-Pierre 55

      Supprimer
    4. @ A.g. : Dont acte. Il n’y a rien à retirer (sinon à nuancer) dans ce que vous écrivez mais il n’y a pas eu que ça. Perso, élevé dans une famille qui planquait des juifs tout en étant profondément pétainiste (nul n’est parfait) et très "Algérie française" pro OAS dans ma prime jeunesse, je comprends votre réaction. Pardonner n’est pas oublier et j’ai du mal avec sa phrase sur les harkis : "Ils souffriront…"
      Au demeurant, avec le recul, malgré ses défauts, De Gaulle a été un vrai chef d’Etat. C’est-à-dire que ce n’était pas un "gestionnaire" mais, s’il savait "faire avec", il pensait à long terme pour la pérennité dans la souveraineté du peuple français. Donc forcément un Créon, pas une Antigone…
      Vous évoquez l’Algérie. Imaginez ce que ça aurait donné aujourd’hui : Un pays "unifié" de 100 millions d’habitants dont 45 millions de citoyens musulmans (40 au sud et 5 au nord, ou… 20 et 25…)
      Alors que politiciens et intellectuels étaient alors dans leurs rêveries démocratiques, il savait que deux peuples ne peuvent être mélangés sans que l’un bouffe l’autre et a su trancher en dépit du sang et des larmes. Et si son œuvre a été bousillée par des égos à courte vue comme par exemple un Giscard et un Chirac avec leur regroupement familial, De Gaulle n’y a été pour rien.
      Aujourd’hui, des types de son envergure, ça manque…

      Supprimer
    5. Je force le trait caustique par nature mais...çà tient de l'intuitif. Le décalage cognitif entre la légende et l'observation, je sais pas, çà colle pas. Pourtant je suis né 20 ans plus tard les derniers soubresauts de la carrière du Monsieur, mais non. J'achète pas.
      Evidemment il y a eu de grande réussite, je pense au programme nucléaire, je pense a la sortie de l'Otan mais voyez, le deuxième point peut être vu, encore, comme un refus de la confrontation, l'amertume US étant largement un moindre risque qu'une confrontation avec l'URSS...

      De l'incompatibilité des peuples...j'en convient encore que j'ai connue une algérienne très compatible mais passons... La guerre d'algérie étant militairement gagnée, qu'il n'ait pas eu la poigne pour la conserver politiquement et géographiquement nous a privé de ressources naturelles, de gains territoriaux, de positions stratégiques, de zones d'influences bref de tout un tas de positif qui fait que nous ne serions pas où nous en sommes aujourd'hui (mali, islam, immigration etc...).
      A.g.

      Supprimer
  3. De Gaulle..Little big man ?
    @ A.G. vous trouverez explication de l'humiliation de De Gaulle par les allemands lorsqu'il fut fait prisonnier en 14-18,trop facilement,il hissa drapeau blanc alors qu'il devait tenir une position.
    Allez sur lumiere101 ecoutez la charmante Catherine Gourin,lectures de lettres de poilus,là est le «détail de l'histoire»a propos de De Gaulle.(ce site,la page d'accueil depuis peu,a littéralement explosé,sur mon smartphone cela dit,je ne puis y retourner de ce fait).
    UnLorrain.

    RépondreSupprimer