"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 19 juillet 2016

Les entours du Tour…



Bon. En ce moment, je suis infoutu d’écrire quoi que ce soit sur la situation de notre pauvre pays où l’impuissance avérée du gouvernement dans tous les domaines s’illustre par une suffisance totalement hors sol et des trépignements infantiles jamais relatés par les chroniqueurs depuis avant la guerre des Gaules….

Il faut vous dire que je me suis enfin replié sur les hauteurs de mon douar d’élection comme chaque année à pareille époque et que ceci explique peut-être en partie cela. Las ! Le pays d’ici bénéficie cette année du passage du Tour de France qui, comme chacun sait, contribue amplement à la cohésion du vivre-ensemble
Mais si ce n’était que le passage ! Jeudi, le truc va faire un contre la montre de Sallanches à Megève en passant par chez nous puis, vendredi, une étape Saint-Gervais-Albertville en repassant encore par chez nous. Et enfin, samedi, re-départ de Megève pour Morzine ! Autant vous dire que toutes les routes concernées vont être bouclées, y compris jeudi et vendredi celles nécessaires pour que, bon type avec mes pinces à vélo, je puisse ne serait-ce que faire quelques courses au supermarché Casino le plus proche… Et la livraison de vin que j’attends pour finir l’été (livrée sur palette…) est différée d’une semaine…
Et j’ai constaté dès hier que nos bords de routes sont déjà saturés de camping-cars en stationnement sauvage trois jours à l’avance…
Mais bon. Ayant su écouter attentivement les souvenirs de mes grands-parents qui ont connu d’autres temps, j’ai rentré de l’huile, du sucre et du café (et des clopes) pour tenir jusqu’à la Libération (du Tour seulement…)

Ceci-dit rien n’est simple. Ayant expédié sa tendre moitié en vacances dans son douar d’origine au pied des Highlands avec les enfants et son gros ventre de sept mois, le fiston dernier né a eu l’idée loufoque de venir céans avec un pote pour faire quelques courses en montagne. Etant précisé qu’il doit impérativement repartir vendredi en avion de Genève pour arriver juste à temps au mariage d’un cousin de Madame célébré dans ces nordiques contrées exotiques. Certes, il voyage léger, sa moitié ayant pris soin de lui emporter non seulement un costard et une chemise neuve mais surtout sa tenue des grandes occasions : kilt de laine plus-lourd-tu-meurs au tartan du clan, spencer, sporran incrusté d’argent, etc. De quoi remplir une malle-cabine…
Etant précisé surtout, esprit de clan exige, que l’absence du fiston à la noce serait considérée comme un casus belli, voire une cause de divorce…
Etant précisé encore que le fiston n’a nulle intention d’abréger sa course en montagne s’achevant vendredi…

Etant précisé enfin que tous les transports réguliers entre notre fond de vallée en cul de sac et l’aéroport de Genève s’annoncent modifiés, voire totalement désorganisés le vendredi en question. Sans compter les temps de parcours imprévisibles compte tenu des bouchons pour vidanger la vallée de son stock de camping-cars. Que je sache, Easy-jet n’attend pas…

Comme quoi, aussi super soit-elle à tous égards, on n’épouse pas une Ecossaise impunément…

Je vous laisse pour aller étudier avec le fiston le plan de bataille de vendredi soir. On occupe ses vacances comme on peut…

2 commentaires:

  1. Si je comprends bien, tu vas être grand père une fois de plus, ce numéro supplémentaire va-t-il désorganiser la balance filles-garçons ?

    RépondreSupprimer