"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 28 août 2016

Le burkini nous nique…



C’était son tout petit petit burkini,
Qu’elle mettait pour la première fois !
C’était rien qu’un nouveau monokini
A qui manquait juste masque et tuba !

Ce qui devait arriver est arrivé : L’état de droit reste l’état de droit.  Les arrêtés municipaux "anti­burkini" seront tous cassés par le Conseil d’Etat. Et une éventuelle loi ayant le même objectif serait censurée par le Conseil Constitutionnel. C’est parfaitement logique et imparable…  

Résumons : Il paraît que nous sommes en guerre… Mais contre qui ? – Contre personne. Contre quoi ? – Contre le "Terrorisme" ; seulement contre le terrorisme dont on admet du bout des lèvres qu’il est le plus souvent favorisé par l’islamisme radical qui-n’a-rien-à-voir-avec-l’Islam…
En conséquence, rien ne peut juridiquement entraver le libre prosélytisme de l’Islam.  
Car nous sommes en guerre sans l’être tout en l’étant ; en ce sens qu’à part un "état d’urgence" qui fait rigoler tout le monde puisqu’il a pour seul objectif que rien ne vienne contrarier la vie quotidienne de chacun. Or on ne fait pas la guerre sans mobilisation sous une forme ou une autre, sans propagande, sans que cela n’implique quelques suspensions de droits individuels, instauration de la loi martiale, etc.

Les muzz peuvent donc continuer à avancer tranquillement leurs pions en bénéficiant de la protection des lois de la République qui ne manquera pas de condamner avec zèle les humeurs islamophobes des souchiens…  

Bref, rien ne change pour que demain soit comme aujourd’hui (pour après-demain on verra)

Alors que faire ? Comme à son habitude, l’ami Aristide a fort bien exposé la situation en deux billets (ici puis ), et comme il faut bien sourire un peu malgré le pessimisme las de sa dernière phrase, je recopie ci-après son dernier paragraphe :

« (…) Mais on peut aussi envisager de se passer carrément de l’intervention des pouvoirs publics, ce qui serait encore mieux.
Imaginons par exemple que dès lors qu’un burkini apparait sur une plage, la famille musulmane en question se voit promptement entourées de nudistes (de préférence plutôt des hommes, de préférence jeunes et costauds, vous m’avez compris) … Elle pourra bien sûr protester, faire appel aux forces de l’ordre… qui se verront contraintes de demander aux contrevenants de se rhabiller, mais le temps que tout cela se fasse, surtout si lesdites forces de l’ordre sont "compréhensives" et font preuve d’une sage lenteur, la baignade sera gâchée. On pourrait aussi imaginer que, plutôt que de se déshabiller devant nos pieux musulmans, des couples viennent poser leurs serviettes juste à côté d’eux et se mettent à s’embrasser et se peloter langoureusement et indécemment. Encore mieux si ce sont des couples homosexuels (ou qui font semblant de l’être… soyez courageux, fermez les yeux et pensez à la France !). Nos musulmans désirant musulmer comme en pays conquis pourraient aussi entendre résonner à leurs oreilles, sur les serviettes d’à côté, du rock identitaire français, humer le fumet des saucisses grillées ; la chaste épouse qui craint tant de montrer un morceau de chair tentatrice aux mâles alentour (enfin, en général c’est surtout son mari qui le craint pour elle) pourrait se voir soumise à une drague très insistante, "eh, mam’zelle, t’es charmante, t’as pas un 06 ? Allez, zyva, fait pas ta pute ! ", juste retour des choses…
En bref : l’imagination au pouvoir. Il existe cent façons de faire passer le goût du burkini à celles qui seraient tentés de l’exhiber sur nos plages sans avoir besoin de recourir à des arrêtés municipaux. Bien sûr, la société française étant ce qu’elle est aujourd’hui, cela nécessiterait de l’organisation, des gens déterminés et n’ayant pas peur de la violence (sans pour autant être des têtes brulées, ce qui serait contreproductif), de la constance. Et aussi de bons avocats, au cas où. Mais il me semble que la région PACA n’est pas la plus mauvaise pour espérer mobiliser ce genre de personnes. Et si l’on ne peut plus trouver ces qualités chez une toute petite partie au moins du peuple français, autant tirer l’échelle tout de suite et se convertir à l’islam. On gagnera du temps. »



3 commentaires:

  1. Allez donc voir sur Riposte laïque : il paraît que le prochain truc à la mode, pour cet hiver, c'est le burkiski ! Pour mouquères désireuses de polluer visuellement nos belles montagnes de France.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. l'islam soit une religion laïque, renseignez-vous sur le sens du mot laic ? Napoléon s'est convertit à l'islam et la France roule déjà à l'heure de la sharia depuis 200 ans.

      Supprimer
  2. kobus van cleef31/08/2016 09:27

    le bourequini me fait toujours penser au costume de spermatozoïde qu'arbore Woody Alen dans "tout ce que vous avez voulu savoir sur le sexe sans oser le demander" ....au moment où , dans l'homme reconstitué , l'ordre de sauter parvient aux couilles....on les voit , tous alligné les uns derrière les autres en bourequini blanc , un peu inquiets , en train d'échanger des bobards
    Woody Alen, lui, arbore sa tronche d'abruti avec ses lunettes de taupe


    un must!

    ça donne envie d'aller à la plage avec, et de coudre une petite queue derrière

    si quelqu'un ( et surtout pas quelqu'une) ici a envie de reprendre l'idée et de la populariser pour , l'été prochain, venir en masse sur les plages où sévissent nos embourequinées , c'est cadeau !

    un genre de flash mob , voyez , avec des respectables moukères ( ou de criardes éthaïres ) reculant devant la vision de dizaines de gros spermatozoïdes blancs ( velus et ventrus) , hurlant sur la plage "un ovule , un ovule!"

    RépondreSupprimer