"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 25 octobre 2016

Le Maire au top de la Soap Academy…



On a beaucoup glosé sur l’émission Ambition intime chez M6 où une "journaliste" convenablement carrossée fait chaque fois longuement "passer à confesse" un de nos pantins de l’estrade [1], tous avides de venir se déculotter devant nous, tant ces aliens d’un genre particulier ont besoin, quelque part, de ressembler à des humains
Certains ont vivement critiqué ces petites pièces de théâtre en déplorant une piipôlisation outrancière du live-story politique. Mais ce n’est là que de la posture de Tartuffe ; car toulemonde en redemande et personne ne se serait senti obligé de s’en plaindre si le Cohen [celui qui est le tenancier des listes noires de l’audiovisuel] n’avait pas relevé le scandale : l’animatrice du truc avait trinqué "façon copines" avec Marine Le Pen…

Dans la même catégorie, Pujadas sur France2 tente de faire vivre une émission tardive sur le même thème avec Léa Salamé. Déjà, ça s’appelle L’émission politique, ce qui est quand-même plus érotofuge qu’Ambition intime quand il s’agit de retenir l’œil de l’acuraba feuilletant Télé7Jours pour meubler sa soirée. C’est certes là un handicap initial que les programmateurs s’emploient à compenser par le choix des interviouvés. Ceci-dit, il y a parfois de mauvaises pioches…
C’est ainsi que jeudi dernier l’invité était Bruno Le Maire et que l’émission a réalisé à cette occasion le pire score d’audience obtenu, toutes catégories d’émissions confondues, par la chaîne publique généraliste France2 depuis cinq ans !

Et pourtant ! Nous ne sommes pas naïfs et nous savons que ce genre d’émission est négociée en amont avec les communicants de l’invité, tout est millimétré, tant en ce qui concerne le scénario que la position des acteurs sur scène, les éclairages et les mouvements de caméra… Or, la manière de filmer (en direct) cette 4° émission était totalement différente des trois premières (Sarko, Montebourg, Juppé) Il est évident que cela n’a pu se faire qu’en accord avec les exigences de l’invité.

Nous savons que Le Maire fait feux de tous bois pour incarner le renouveau… Bon. Ayant jusqu’à maintenant été infoutu de nous présenter quoi que ce soit de nouveau pouvant nous laisser espérer un renouveau, il est désormais avéré que, pour lui, seule la forme pourra tenir lieu de fond !

Et pour ce qui est de la forme, quel genre de superficialité à sa portée reste-t-il au "gendre idéal" pour retenir l’attention de la ménagère de cinquante ans, de la bourgeoise délaissée et de la shampouineuse mal baisée ?

Allez lire l’analyse faite par Ingrid Riocreux de la prestation Léa-Bruno. Vous vous ferez ainsi une petite idée de l’épidermisation progressive des arguments politiques…

Ne nous soucions pas de l’avenir de Bruno Le Maire. Il pourra toujours faire danseur mondain.


2 commentaires:

  1. "Ayant jusqu’à maintenant été infoutu de nous présenter quoi que ce soit de nouveau"
    1200 pages de propositions,excusez du peu(je blague,)

    RépondreSupprimer
  2. Un futur " vrai " président a un programme
    de dix lignes , pas de deux kilos .
    La valetaille s ' occupe du reste , elle est
    payée pour ça , ce qui ne l ' exonère pas
    d ' être honnête et d ' aimer la France , vraiment .
    C ' est là que les choix du président deviennent
    plus délicats ...

    Labolisbiotifool

    RépondreSupprimer