"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 4 novembre 2016

Constante Macabre…




La "constante macabre"… Vous ne connaissez pas ? Cépagrave C’est sérieux. Va falloir vous y mettre !  Oui, on en apprend tous les jours, surtout à l’Educ’ Nat’. Grâce à Causeur et à Laurent Cantamessi, j’ai pu m’instructionner là-dessus. C’est important vous savez. Ça serait même scientifique. Un peu comme le théorème de Pythagore ou la courbe de Gauss. En fait de théorème, ce serait plutôt un postulat, mais bon…    

Les enseignants des collèges et lycées ont reçu après la rentrée de septembre, un courrier les invitant à suivre des sessions de formation animées par le MCLCM, c’est-à-dire le "Mouvement Contre la Constante Macabre" ; cela avec le soutien du Ministère et en partenariat subventionnaire avec la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire. Il s’agit, semble-t-il, d’amener les profs à prendre conscience de la constante macabre qui préside à leurs manières de noter d’évaluer leurs élèves ; et de s’en défaire. Pour résumer, cette constante macabre théorisée par un dénommé Antibi, "chercheur en didactique", n’est autre que la tendance bestialement inconsciente du prof à attribuer un taux quasi constant de mauvaises notes, ce qui discrimine injustement l’échantillon d’apprenants concernés…
Pour sortir de cette constante macabre, le MCLCM propose donc des formations en journées pédagogiques pour initier les enseignants à la pratique de l’EPCC, c’est-à-dire à "l’Evaluation Par Contrat de Confiance", ce qui fait quand même plus sexy quand on commente les copies corrigées.

Lors, quoi prévoit de nouveau l’EPCC dans la pédagogie préparatoire aux épreuves de restitution des acquis, quels qu’ils soient ? Quels sont les étapes à respecter avant et après le traditionnel "- Vous avez deux heures" ?  - Ça :

« 1) la présentation claire et précise des objectifs que les élèves doivent atteindre, ce qui leur permet de mieux suivre la leçon, pour le professeur d’obtenir une meilleure attention de la classe, mais également, pour les parents, de mieux accompagner leurs enfants dans leurs apprentissages, et donc leur scolarité ;
2) une séance de « questions-réponses, avant l’évaluation, accompagnée au besoin, d’une "fiche de révision", afin de cibler les éventuelles difficultés des élèves et donc d’agir en amont sur l’évaluation ;
3) l’évaluation en elle-même qui doit reprendre pour 3/4, les objectifs de la séquence (phase de restitution), et pour 1/4, "aller plus loin" (phase de transfert), c’est à dire, soit de réinvestir des connaissances ou des capacités déjà acquises lors de précédentes leçons, soit d’évaluer des connaissances ou des capacités supplémentaires "hors programme" selon le désir de l’enseignant. »

Euh… Essayons de vous traduire ça en français simple en veillant de n’en pas trahir le sens :

1) Indiquer clairement aux élèves sur quelle leçon on est en train de travailler et indiquer tout aussi clairement avant le devoir quelles parties de la leçon il faut réviser.
2) Organiser une petite séance de révision avant le devoir, revenir sur les difficultés rencontrées par les élèves et au besoin résumer à nouveau les notions principales.
3) Faire en sorte que le jour du contrôle, les questions reprennent si possible ce qui a été vu en cours.

Bref, la seule valeur ajoutée justifiant le temps qu’y passeront les profs comme la rémunération par le Ministère des intervenants du MCLCM, c’est le titre : "Evaluation Par Contrat de Confiance"

On se croirait chez Darty

La divine Najat… hasta siempre !


6 commentaires:

  1. Je goûte là le genre de gourmandise dont l'Education nationale nous régale avec bonheur.
    J'ignorais l'existence de ce MCLCM. J'ai l'impression qu'après avoir gavé le primaire de ces merveilles, l'Ed Nat a décidé de s'occuper du secondaire. Je leur souhaite d'avoir l'estomac solide.

    RépondreSupprimer
  2. Et il paraît que l'enseignement en France est moins bien noté que certains à l'étranger. C'est à n'y rien comprendre ...

    RépondreSupprimer
  3. kobus van cleef05/11/2016 20:35

    le MCLCM est un acronyme , qui est en fait dans son acronymie , un palindrome
    sympa , non?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ce qui est bizarre, c'est que le mot "palindrome" n'est pas un palindrome ... c'est pas très logique

      Supprimer
    2. kobus van cleef06/11/2016 17:18

      ha oué , effectivement,ça manque de logique

      Supprimer