"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 9 novembre 2016

Dans le château de Barbe-bleue.



- Sœur Anne, ne vois-tu rien venir ?

- Je vous la route qui poudroie
   d’où Hillary apparaîtra.
Je suis Charlie, t’inquiète pas.

- Sœur Anne, pourquoi n’as-tu rien vu venir ?

- Rien n’est "normal", je comprends pas !

Et voilà Barbe-Rouge…

Bon. Restons sérieux. L’hypothèque de la fauconne de l’unilatéralisme impérial du moralisme américain étant levé, on va devoir faire avec un imprévisible qui ne l’est pas sur un point essentiel : Il va pleinement assumer qu’il est là pour défendre les intérêts bestialement prosaïques du peuple américain ; point-barre.
Les choses seront donc plus claires. Et le fait que les soi-disant dirigeants européens se soient tant investis en parole contre lui devrait les faire se calmer et permettre enfin de dire et agir en fonction du réel. Et le réel, c’est que les intérêts de l’Europe – sur tous les plans – ne sont pas ceux des Etats-Unis…

Ceci-dit, sur un plan diplomatique, on a bonne mine. Je ne m’étendrai pas sur l’info de RTL affirmant que l’Elysée n’avait préparé qu’une lettre de félicitation à l’intention de dame Clinton. Rien de plus normal dans le monde irénique du château pédaloïde. Il y en a un qui fera des heures sup’ pour pondre un télégramme de condoléance au peuple américain.  

Non, ce que j’ai retenu, c’est le grand savoir-faire professionnel de notre ambassadeur à Washington. Gérard Araud, donc. Nommé à ce poste en 2014, diplomate au CV impressionnant, polytechnicien, énarque, toussa, et homosexuel assumé as usual, c’est en catastrophe que notre Gérard a dû supprimer cette nuit de son compte un de ses tweets n’étant… euh, plus de saison…   

Dans le cadre d’une campagne électorale un peu… "chaude" où l’on fait feu de tout bois mais parfaitement démocratique (et qui est de toute façon une "affaire intérieure"), qu’un candidat défenseur du 2° amendement de la Constitution (le port d’arme) et susceptible de l’emporter, profite du drame du Bataclan pour touïtter :
« N'est-il pas intéressant que la tragédie de Paris ait eu lieu dans l'un des pays où le contrôle des armes à feu est des plus dur au monde ? », il n’y a pas vraiment de quoi en faire une pendule…

Eh bien, s’agissant d’un diplomate incarnant la voix de la France aux USA et, surtout, en responsabilité professionnelle de maintenir le contact et la possibilité de se parler entre nos deux pays, notre ambassadeur s’était dépêché de réagir en traitant Trump de vautour répugnant…

Après la Lybie, la Syrie, le Donbass et compagnie, avec une telle diplomatie on n’a pas besoin d’ennemis.

Mais bon. Je vais quand-même ouvrir une bonne bouteille. 


4 commentaires:

  1. A la vôtre, mon cher; la mienne était déjà au frais.
    Sans avoir à me réjouir de la victoire de D. Trump, je suis bien satisfait de la défaite de l'autre.
    Quoi qu'on en dise, les élections présidentielles des USA ont toulours eu un effet direct sur la situation du reste du monde. Avec Trump, la troisième guerre mondiale est toujours possible; avec Clinton elle était assurée. Je préfère le moindre mal et que le code nucléaire soit donné à un roublard plutôt qu'à une folle.
    Quant-à notre "ambassadeur", je préfère n'en rien dire que d'être vulgaire.

    RépondreSupprimer
  2. les vierges ??? laudatrices d'il y a 8 années se versent des cendres sur la tête

    toujours là à se tromper à nous tromper
    et puis elles s'écrasent au sol comme des flaques

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qu'est-ce que les vierges viennent foutre (euh) là dedans ? Il n'y a ni puceaux ni pucelles dans cette affaire ?

      Supprimer
  3. Santé !
    Pour ma part, je viens de me resservir un autre double whisky, en écoutant les explications vaseuses et fallacieuses de nos journaleux et pisse-copies tentant d'expliquer les raisons du vote, aux infos. Un régal, il ne faut pas bouder son plaisir... c'est trop rare.
    Je n'avais pas vu la diatribe de notre représentant: j'en était resté à son propos sur "le monde qui s'effondre, la fin d'une époque...le vertige..." vu sur le huffintong post (lorsque j'ai suivi cette nuit mémorable), vite effacé (ben pourquoi ? comme dirait virenque).
    je ne sais pas pourquoi, cela me fait penser à des propos tenus par un ambassadeur en Tunisie, il y a qques années. (sans doute parce que formé ds le même moule sans doute ?).
    Merci au Plouc de pointer là où ça fait mal. Bon je me ressert...
    Gillen

    RépondreSupprimer