"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 25 novembre 2016

Juppé ou le naufrage d’un vieillard…



La vieillesse est un naufrage avait méchamment dit De Gaulle (je crois) en parlant de Pétain lors du procès d’icelui…

Alain Juppé a l’air d’être encore en pleine forme pour son âge. Il est vrai que, de nos jours, les progrès de la science et la contribution de la Sécu au Produit Intérieur Brut lui assurent encore, statistiquement, une bonne dizaine d’année d’espérance de vie. Sachant que nous avons le même âge, il semble en effet être en bien meilleur forme que moi ; ce qui, il est vrai, est assez facile… Et pourtant ! Tout n’est pas dans l’usure de la machine, surtout quand on peut mettre le prix pour l’entretenir. Il y a aussi ce qui vous alimente le ciboulot.

- L’animal a tout ramassé : Lauréat en grec ancien et latin au Concours Général, prépa à Louis-le-Grand, Normal sup’ à 19 ans, agrégé de lettres classiques à 22 ans, puis Science-Po Paris et intègre l’ENA à 25 ans. Inspecteur des finances, Jérôme Monod le fait venir au cabinet du Premier ministre (Chirac) C’est parti !
- Et il tout été : 1° adjoint et plus proche conseiller de Chirac à la mairie de Paris, député, ministre du budget sous cohabitation, ministre de l’écologie, de la défense, des affaires étrangères. Et premier ministre. Président du RPR puis de l’UMP, etc. On en attendait pas moins de l’un des premiers lauréats des Young Leader, ce bidule du soft power américain visant à s’attacher par moult avantages la… gratitude de jeunes dirigeants repérés comme à fort potentiel (aujourd’hui, on trouve surtout des divers dans les promos, comme c’est curieux…)
- On passera vite sur quelques bricoles judiciaires ; c’est agaçant mais fallait bien pour compléter un CV crédible, sauf à passer pour une oie blanche inadaptée à la fonction. On passera aussi sur son gouvernement d’estrade de 1995 où l’acuraba s’esbaudissait d’y compter 12 femmes !  … Deux mois plus tard, les "jupettes" n’étaient plus que quatre…  

Bref, il était à n’en pas douter "le meilleur d’entre nous" de l’aveu de son mentor Chirac qui était la parfaite incarnation du Rad-Soc multicarte ratissant large pour-que-demain-soit-comme-aujourd’hui…    

Rendez-vous compte ! C’est impensable qu’on ose lui refuser la magistrature suprême tant attendue depuis tant d’année et tant méritée ! Ce n’est pas possible et même Joffrin en est persuadé.

Et brusquement, comme souvent lorsque vient le troisième et bientôt le quatrième âge, le naturel revient au galop ! L’animal ne pense plus qu’à lui-même et peu lui chaut les autres et leur avenir ; seul compte la satisfaction de son caprice ultime. Il ne se retient plus et tant pis s’il bave ou se pisse dessus. Si ce n’est pas la manifestation d’un gâtisme précoce, c’est la mise à jour d’un caractère totalement égocentré de petit marquis rongé d’ambition.

Tous les moyens sont donc bons pour décrocher le Mickey. Et il ne lui en reste plus qu’un : la fantasmagorie de rameuter deux millions de sympathisants de gauche apeurés, invités à jouer dimanche comme un Mystère du Moyen-Âge le "Front Républicain contre Pire-que-le-FN" !

Supposons qu’il y arrive… Il devra alors tout à ceux qui nous gouvernent depuis cinq ans et, se sentant leur obligé, il ne fera rien durant les cinq prochaines années. Forcément… Et ça se terminera comme le 2° mandat de Chirac.
D’ailleurs, regardez : 216 députés et sénateurs de la droite-et-du-centre (dont nombre de ses soutiens) lui ont adressé dès mercredi un appel à arrêter son cirque. 216 ont signé. Mais vous n’y trouverez ni Christian Estrosi ni Xavier Bertrand, qui n’ont tous deux pu être élus Présidents de Région que grâce à un apport massif de voix de gauche…

S’agissant d’un scrutin partisan de la droite, le comportement de cet individu devrait lui valoir un beau 0 % des voix (non, disons 0,1% avec lui, sa famille, la Coqueluchco-Machin, Raffarin, Le Maire et quelques autres…)

A jeter.

4 commentaires:

  1. Ah non, vous vous trompez : Le Maire est pour Fillon, à présent. Mais il y a Copé à la place, qui n'a pas bien digéré une certaine bousculade pour prendre la tête de l'UMP ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui, je m'en suis rendu compte une fois "envoyé". C'était logique : Le Maire toujours du côté du manche.

      Supprimer
    2. kobus van cleef27/11/2016 11:55

      tu parles d'un manche!
      c'est 'xactement comme ça qu'on peut le définir
      ceci dit , j'ai voté pour lui aujourd'hui tant tellement Ali Jupépé m'insupporte

      Supprimer
  2. Kobus, faites attention à la construction de vos phrases. J'ai cru au départ que vous aviez voté pour lui...

    RépondreSupprimer