"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 16 novembre 2016

La nécrose par le Macron…



Ça y est ! On sait quel va être la vedette du troisième et ultime débat télévisé de la "primaire-de-la-droite-et-du-centre" demain soir. Oui, l’invité surprise qui permettra une fois de plus (ouf !) de ne pas y traiter des sujets qui fâchent. La dernière fois c’était Bayrou et on l’en remercie. Cette fois ce sera Macron !

Bien des naïfs trop classiques dans leurs têtes pour avoir un peu d’imagination attendaient que le gendre idéal pas encore andropausé comme Juppé ne se déclarerait que dans quinze jours. Imbéciles !

Monté en sauce et financé par les milieux d’affaire et gardé sur le feu par les médiacrates comme roue de secours pour se maintenir aux manettes, c’est le parfait pantin de l’estrade qui sera à leur main comme Hillary l’était sous d’autres cieux. Et, parallèlement, dépourvu d’appareil militant suffisamment consistant et enraciné pour pouvoir s’imposer sérieusement dans un scrutin à circonscription nationale unique, il ne fait pas peur aux grands fauves du cirque qui ont la vue basse comme on sait. Voilà donc un gandin pouvant servir avec profit de pantin polyvalent à tous et l’annonce officielle de sa candidature rebat les cartes :

* La "primaire à droite" tout d’abord :
- Conjuguée avec le sondage OpinionWay opportunément publié ce matin par Atlantico, l’annonce Macron va tuer le dernier débat de demain. - Sarkozy se servira de Macron comme il l’a fait de Bayrou pour va faire feu de tout bois à la fois contre Juppé et Fillon. - Juppé, Le Maire et l’autre fofolle se sentiront sous les bombes de Mossoul. - Surtout, ni Poisson ni même et surtout Fillon n’arriveront à en placer une d’intéressant…
- Que pensera le couillon de base "gauche et centre-gauche" prêt à aller voter dimanche pour 2 euros ? Va-t-il continuer à vouloir sauver le soldat Juppé ? Ou voter Sarko, seul espoir (ténu) qu’un progressiste puisse le doubler pour affronter la Le Pen au vrai 2° tour ?

* A gauche ensuite :
- Hollande, ne l’oublions pas. Peut-être à l’origine de la manœuvre, il se serait pris les pieds dans toutes les ficelles de son machiavélisme de canton à la Solferino. Son seul espoir était d’apparaître la seule solution de dernier recours dans un pandémonium Macron-Valls-Montebourg-Mélenchon-Jadot-Bayrou-etc. contre le "21 avril bis". C’est vrai qu’il peut encore raisonnablement penser faire à leur primaire de janvier mieux que Coqueluchco-Machin, Jean-Fred’ et Copé dimanche prochain…
- Pour Cambadélis, toussa est "embêtant"… Valls serre la mâchoire…

* Au total, le Macron n’est pas un problème en soi. Il va répétant autonomie, choix, décentralisation, déconcentration, dévolution des pouvoirs, initiative, évaluation… Il parle de temps de renaissance, pas de réformes mais de profonde transformation. Il dit : mon ennemi, c’est la peur, le repli, le cynisme (pas la finance). Et il refuse de se prononcer quand on le questionne précisément sur son programme… Bref, c’est un hologramme circonstanciel.
Certes, dans le contexte actuel de rejet général du système "tout est possible". Mais "l’hypothèse Macron" reste politiquement un cas d’école à probabilité faible sinon nulle tout juste bonne à faire se masturber les experts désœuvrés.

Au demeurant, même s’il va, selon moi, n’être qu’un ballon captif appelé à se dégonfler au fil des mois comme un Le Maire, son agir ici et maintenant aura une influence sur les autres acteurs, au point d’être peut-être le déclic qui, à l’insu de son plein gré, modifiera complètement le tableau du premier tour de la Présidentielle tel qu’on se l’imagine aujourd’hui… et donc le résultat final.


1 commentaire:

  1. Depuis le début, je pense qu'Hollande est à l'origine de la "manœuvre" Macron, comment "va-ce" évoluer ?
    Bref, l'intello s'adresse-t-il aux "illettrés" ? Les experts n'ont pas fini de se "masturber"...

    RépondreSupprimer