"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

mardi 27 décembre 2016

L’embarras du choix… Vraiment ?



Ça n’a pas raté ! Dès le 25 décembre en début d’après-midi, les sites de "e-commerce" généralistes se sont précipités - tant la concurrence est rude -  pour accroître leur part de marché sur le créneau en plein développement de la revente des cadeaux non désirés.
Chez moi, cette année, c’est Mr PriceMinister qui a été le plus rapide à me proposer ses services, alors-même que ça doit faire au moins cinq ans que je ne me suis plus adressé à lui (pour un achat ordinaire, je précise…)

Il y a là, n’en doutons pas, des gisements de croissance considérables pour de nouveaux business-plans de nature à conforter le produit intérieur brut. La livraison sous emballage-cadeau d’origine non défait avec la ficelle à gâteau dorée non froissée serait éventuellement un bonus valorisable pour le prix de revente nonobstant le risque de trouver dessous la carte de Noël kitch amoureusement calligraphiée par la tante Adelaïde pour le petit Kevin, le sale môme de sa belle-sœur. Mais cépagrave.  
Le goût de la spéculation et le succès non démenti des produits de la Française des Jeux pourraient aussi, pourquoi pas, susciter dès la rentrée de septembre un marché animé de vente et achat à terme de cadeaux espérés (financièrement espérés…)

Mais bon, restons sérieux. Qu’allez-vous essayer de revendre de tout ce qu’on vous a forcé à acheter à l’approche "des fêtes" ?
Et combien espérez-vous en tirer ?


4 commentaires:

  1. Perso: même reçu en double, ça ne me viendrait pas à l idée d'aller refourguer un truc que l on m a offert la veille

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Boa l'aut', hè ! Deux fois 1,60 m de plumard, quel pied !

      Supprimer
  2. je touve ça très mal élevé et insultant pour celui ou celle qui a fait l'effort de chercher un truc pour faire plaisir; mais c'est l'époque des trous du c...

    RépondreSupprimer