"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

jeudi 9 mars 2017

Défense de rire !



Maintenant que Fillon est (présumé) dans les choux et que Macron est (présumé) bien fermement sédimenté en position d’être au second tour, donc (présumé) victorieux, le Canard Enchaîné peut enfin se permettre de "sortir" quelques petites choses sans conséquences au sujet du cyborg de saison. Parce que, hein, faut bien ne pas trop pousser et faire en sorte qu’aux yeux des couillons qui le lisent chaque semaine le Canard continue à paraître indépendant de tous bords et hors système

Figurez-vous donc que l’an dernier, lors d’un salon du numérique à Las Vegas, à la demande expresse du cabinet du ministre Macron, fut organisé un raout chic de 500 invités axé sur les Français de là-bas pour la promotion de la French High Tech en général et du ministre en particulier.  L’organisation de ce barnum qui aurait coûté 381 759 € a été confié à Havas sans qu’aucun appel d’offre n’ait été lancé.
En décembre dernier, devenu entre-temps ministre des Finances, Michel Sapin soi-même demande à l’Inspection Générale des Finances d’enquêter sur le sujet…

Vous noterez "en décembre". Donc, à une époque où le Pédalonaute ne savait pas encore s’il allait se représenter ou non. Et où Macron passait donc encore aux yeux de beaucoup comme Brutus voulant tuer le père…

L’IGS a fait son boulot et transmis ses conclusions à Sapin : "La commande de la prestation est susceptible de relever du délit de favoritisme". Bon. Ensuite ? – Rien.

Et voilà que le Canard fait coin-coin !

Réactions immédiates :

- Du si fameux "Parquet National Financier" par son porte-parole :
« Le Parquet National Financier a pris connaissance de l’article du Canard enchaîné. Il s’est rapproché de l’Inspection Générale des Finances pour obtenir plus d’informations. Dès que nous aurons plus d’éléments, nous envisagerons avec le parquet de Paris les suites éventuelles à donner »

- Du ministre Sapin à l’AFP :
« M. Macron est totalement hors de cause » « Si l’Inspection Générale des Finances concluait à l’existence d’un non-respect des règles, elle devrait saisir la justice, mais cette saisine ne concerne en aucun cas Emmanuel Macron, son cabinet ou le ministère. »

Des questions ?

1 commentaire: