"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 4 mai 2017

Désespérant…



Je sais, on fait avec ce qu’on a…

Ce "débat" calamiteux a été un parfait résumé de ce qu’est devenu le débat politique dans ce territoire qu’est désormais une France cuisinée au coin du feu depuis des décennies par les producteurs de divertissements sous le parrainage du profit et de l’indulgence frétillante des larves qui nous gouvernent.

Sur le ring, la dame de peu qui pourrait être notre voisine de palier affrontait le fort en thème dont on nous persuade que le monde nous l’envie. Elle aurait pu parler avec le cœur, avec les tripes, du pays charnel et de son quotidien au ras du bitume. Non. Pas assez bordée sur les questions monétaires jusqu’à s’emmêler les pinceaux, n’arrivant pas à s’imposer sur les thèmes où elle aurait légitimement dû écraser son adversaire, elle n’a jamais pu s’affirmer face au donneur de leçon habitué à couper la parole aux subalternes, à la fois arrogant et sachant manier la condescendance amusée d’un maître d’école sûr de son fait. Très vite, c’était plié de chez plié. Bref, le système reste le système et l’histoire suit son cours…

Il n’en demeure pas moins que, pour préserver l’avenir, il ne nous reste qu’à voter pour la dame afin de rabaisser autant que faire se peut le caquet du cyborg et de ses commensaux, et les contraindre à se limiter dans leur capacité de nuisance. Je dis ça, je dis rien…

Pour conclure, ce qui ressort du spectacle affligeant d’hier est bien résumé par Maxime Tendonnet dans son billet de ce matin dont je vous copie la fin ci-après :

« Cette émission de télé-spectacle était le résultat de longues années de conditionnement médiatique. Il n’est pas question à mes yeux de "complot" ourdi sciemment par les hauts responsables médiatiques qui se réuniraient secrètement pour accomplir un projet. Mais le résultat est le même. Un esprit de conformisme, de mimétisme et d’impératif moral qui souffle sur la France d’en haut et pousse le pays, à travers une propagande insidieuse, une pression subliminale, dans une direction unique. Il consiste à imposer à la France, à travers une surreprésentation médiatique, un parti "maudit" du fait de son histoire, de son identité, de son essence même, qui sert ainsi à diaboliser toute idée, toute position dissidente, sur l’Europe, sur l’autorité, sur l’Etat, sur les frontières en absorbant comme un trou noir toute esquisse de rébellion pour la noircir en la "lepénisant". Et en parallèle, cette même France d’en haut pousse avec une puissance et une efficacité vertigineuse un candidat sorti de presque rien, inexpérimenté, jamais élu, parfaitement transparent et télégénique, incarnation même de la pensée médiatique dominante dans tous les domaines, économie, Europe, migration, frontières…
L’affrontement caricatural d’hier soir n’était rien d’autre que le résultat de ces années, décennies de propagande du parti des médias. Il exprime un infini mépris de la France dite d’en haut envers la France dite d’en bas, et l’effondrement démocratique dès lors que ce scrutin, trafiqué de bout en bout, ne laisse strictement aucun doute quant à son résultat. Il est annonciateur du grand chaos qui approche à grand pas. »

5 commentaires:

  1. Au train où vont les choses, "lepéniser" sera devenu un verbe du 1er groupe avant que les derniers membres de cette famille ne disparaissent...

    Ainsi se fabrique l'Histoire.

    RépondreSupprimer
  2. Le grand travail des médias dans les années qui viennent sera la délepénisation des esprits (qui ne fonctionne pas très fort, il faut quand même le reconnaître). Pour résumer ils vont tous se comporter délepénisationnellement ! Mais en 2022, attention à Marion, sauf si la guerre civile et la révolution ont déjà eu lieu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Sauf guerre et révolution préalables, soyez sûr qu'en 2022, à l'instar de Juppé du fond de son EHPAD, Macron, jeune quadra plus très fringuant, appellera à soutenir et voter MLP "pour faire barrage" à Marion jugée pire...

      Supprimer
  3. kobus van cleef06/05/2017 18:53

    pourquoi débat calamiteux?
    il n'a de miteux que l'appréciation des journaleux qui l'ont jugé
    c'est à dire des rédacteurs stipendiés au service des puissants qui nous gouvernent
    faites le tri mon bon ami

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non seulement l'essentiel (immigration, Europe, école) est passé à la trappe ou traité par dessus la jambe mais MLP s'est complètement plantée dans ses angles d'attaque et n'était pas au niveau pour contrer le cyborg.

      Supprimer