"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 27 juin 2017

Il y aura toujours un Raffarin…



Ah ! Qu’il est doux sur ma terrasse de mes montagnes de me températurer à 22° alors qu’on m’annonce que, en même temps, les Gônes lyonnais transpirent à 32° ! Surtout lorsque (limite à enfiler un sweet’) les dits 22° sont confortabilisés par un coulis de brise fraîche filtré à travers mes épicéas dont les extrémités des branches, quoi qu’encore vert tendre, me disent qu’il n’est déjà plus temps de "penser printemps"…
Si j’insiste là-dessus, c’est juste pour faire envie aux guignols du boboland urbanisé ; kss, kss… Que voulez-vous, c’est le côté "sale affameur de la classe ouvrière" qui sommeille en moi. Ne le réveillez pas, j’y suffit…
Mais je m’égare.

Or donc, Sa Suffisance Raffarin du Poitou et autres lieux vient d’annoncer qu’il "quittait la vie politique élective". Tout arrive et son intérêt bien compris lui a fait judicieusement penser que la saison était propice pour s’éclipser en coulisse côté jardin avec une dignité de sénateur, plutôt que de tenter un dernier tour de piste, voué à se viander comme Bayrou dans la fosse d’orchestre. Car Raffarin, lui, n’a jamais rêvé du panache d’Henri IV ou des moulins de l’autre hidalgo cher à Cervantes. Raffarin, lui, s’en est toujours tenu à son rang de noblesse d’épiciers. Giscardo-compatible, UDF-compatible, UMP-compatible, LR-compatible, Juppé-compatible, Fillon-compatible, Macron-compatible, poly-compatible, c’est un "multi-pass" comme répétait bêtement Milla Jovovich dans "Le cinquième élément" de Luc Besson… Ça ne lui pas mal réussi et il a tout été : Elu et patron local, départemental, régional, député européen, sénateur, trois ans Premier ministre… "Il y aura toujours un Raffarin pour faire l’appoint"… Il va me manquer… Mais pas forcément :

Car vous aurez noté qu’il a dit quitter la vie politique élective. Il quitte donc le Sénat où se sédimente la lassitude des ambitions d’arrondissement et ne postulera plus aux ors de la République. Bon.
Mais l’ajout de l’adjectif "élective" est une petite restriction qui n’est pas dénué de sens. Cette rétention a comme un parfum de coïtus interuptus, fréquent chez le centriste restant toujours au milieu du gué…
En arrière-plan de cette déclaration courageuse, on sent bien que l’animal espère bien continuer à être consulté et reçu dans les débats tels les vieux sages et vieux bonzes récurrents toujours-pas-morts…  

Rassurez-vous. Ça n’aura qu’un temps ; et par les temps qui courent, ça risque d’être assez court…
______

PS : Avant qu’on l’oublie, rappelons quelques-unes de ses déclarations ayant permis à certains de tirer à la ligne au cours de ces quinze dernières années :
 « Il est curieux de constater en France que les veuves vivent plus longtemps que leurs maris. »
 « Je ne suis pas énarque, je parle directement comme je suis. »
« L'avenir est une suite de quotidiens. »
 « Les jeunes sont destinés à devenir des adultes. »
 « Le tour de taille n’est pas un handicap au Sénat. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire