"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 29 juin 2017

Le Roi-solaire…



Regardez-bien. Tout y est. Depuis Giscard, chaque photo officielle nous dit quelque chose qui synthétise le personnage (cf. ici) D’abord, bien sûr, il va falloir comme sous Giscard, changer le format des cadres dans 36.528 communes de France et d’Outre-mer. Mais c’est un investissement à amortir sur cinq ans qui n’est rien à côté des 600.000 € du coût d’une réunion du Congrès à Versailles juste pour écouter un discours. Et c’est mesquin de ma part d’évoquer ce détail. Choisi par l’intéressé, n’en doutons, pas, ce portrait travaillé et retravaillé, millimétré, nous dit tout. En fait, non ; sûrement pas. Mais ce qu’il ne nous dit pas n’en est que plus angoissant…

Symétrie parfaite ; esprit de géométrie sans esprit de finesse... Tous les vieux schnocks étaient sur fond de bibliothèque, l’homme à talonnettes aussi pour se rassurer... Giscard était sur fond tricolore, donc sur rien, déjà hors sol… Chirac avait choisi d’être au grand air, maître en son jardin Hollande semblait aller pisser au fond du jardin, sans qu’on sache s’il partait chercher une salade au potager ou faire ses courses chez Auchan… Le cyborg, lui est à la fois dedans et dehors : Symbole d’ouverture mais-pas-trop, la porte-fenêtre est largement ouverte sur des arbres touffus et un ciel qui pense printemps mais-sans-forcer. Ouverte donc, mais-pas-trop, sur la nature à laquelle il tourne résolument le dos ; on sent que ce n’est pas son problème.
Dedans maintenant : Les deux drapeaux de rigueur sont bien là, plantés comme des hallebardiers d’opéra recrutés chez pôle-emploi, intermittents nécessaires du spectacle. En parfaite symétrie, à égalité, côté cour et côté jardin… L’accessoiriste a scrupuleusement posé les bricoles meublantes comme on le lui a indiqué ("- Un cm plus à gauche, oui c’est ça…") : Gadget résiduel de temps anciens, le coq gaulois surmontant le bouchon de ce qui semble être un encrier vide ressort judicieusement sur le rouge du drapeau fanion national, celle de nos trois couleurs faisant croit-on encore pour un temps mémoire du sang du peuple à la mode 1848 et de l’obsolescence ouvrière… En revanche, le gros œil blanc et froid de la pendule, celle du "maître des horloges", ressort beaucoup mieux sur le bleu-sérieux de la bannière européenne…        
Et, bien sûr, des bouquins… Et, surtout, un livre ouvert ; c’est important ça, le livre ouvert. Il est en train de consulter

Mais venons-en à l’homme. Il est de face, totalement de face, artificiellement de face. Et là aussi, totalement symétrique. Seul le boutonnage de la veste et le canapé de la Légion d’Honneur nous confirment qu’on n’a pas inversé la photo au tirage. Qui sait si le cœur est à droite ou à gauche ? Ou ce qui en tient lieu ; on n’a pas la radiographie… Même l’alliance a son symétrique à la main droite. Il nous regarde droit dans les yeux Seule la couleur glaçante de ceux-ci atténue cette impression de cruauté qu’on trouve dans l’œil des rapaces planeurs diurnes… Quant aux sourcils et au rictus des lèvres, l’ambiguïté prévaut : nul ne peut y distinguer la part de volonté et de ténacité attendues du personnage de tout le reste qu’on peut soupçonner dans la rigidité de sa mimique : Condescendance amusée, voire mépris pour les intelligences forcément inférieures qui le contemplent ? Certitude de monarque absolu ? Tentative de masquer la boursouflure de l’ego ? Je ne sais mais je m’interroge…
Quoi qu’il en soit, les mains crispées sur le rebord de la table nous disent quelque chose… Quoi ? Je crois qu’on va le savoir très vite…   

PS : Le dévoilement (dans les médias de ce soir, on croirait l’annonce d’une ostension du Saint Suaire de Turin…) de la nouvelle icône à baiser m’a coupé la chique et enterré mon projet de billet sur les riches heures de l’Assemblée Nationale. Merdalors !

6 commentaires:

  1. Dame Ginette29/06/2017 16:38

    Glaçant !
    Cela n'augure rien de bon pour notre Nation.
    Il s'accroche au bureau comme s'il s'agissait de pour lui de prendre son élan pour mieux nous détruire.
    Son regard aussi fait peur. Aucun sentiment, une dureté dans la détermination de réaliser ce pourquoi le N.O.M. l'a placé là... On va morfler !

    RépondreSupprimer
  2. Je dois avoir mauvais esprit, mais cette photo à la con m'évoque instantanément une chanson grivoise, "Ouv' la f'nêtre". Pleine de jeux de mots :
    L'fils du maire de mon pays
    oui oui oui oui
    N'est pas l'plus bête du canton
    non non non non
    Seules les mauvaiz' lang' dit-on
    Prétend' qu'il a l'air d'un
    Ouv' la f'nêtre qu'on respire un peu
    Qu'il a l'air d'un orgueilleux...

    Etc...

    RépondreSupprimer
  3. Texte complet avec premier couplet en mp3, ici : http://www.paillardes.com/index.php?param1=PA0161.php

    RépondreSupprimer
  4. C'est vrai qu'il inspire une sympathie instinctive ... Non, je déconne, mais pas lui, c'est évident : il s'y croit réellement.

    RépondreSupprimer
  5. kobus van cleef02/07/2017 16:30

    à genoux devant votre maître , mécréants !

    RépondreSupprimer