"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 6 juillet 2017

En voiture, Simone !



(titre à la con, oui je sais…)

A l’évidence, Sa Sublime Scintillance Emmanuel Macron, 8° Président de la V° Gueuse et 1° Cyborg de la série, s’est montré à la hauteur de la situation.
- 1° Cyborg, disais-je, car il n’a échappé à personne qu’il a été expressément configuré, construit, pour répondre au mieux aux exigences de la fonction. Pour se faire, il a judicieusement bénéficié au montage de pièces à incorporer d’origines diverses élaborées en laboratoire et usinées par des entreprises a priori au moins concurrentes, voire aux objectifs carrément contradictoires… Mais en apparence seulement car le produit fini répond finalement aux objectifs commerciaux de chacun des investisseurs ayant mis des billes dans le projet…
- Quoi qu’il en soit, adossé à des algorithmes très élaborés, le logiciel de DAO (Décision Assistée par Ordinateur) dont est doté le Cyborg lui permet d’éviter de faire les genres de conneries dont son prédécesseur immédiat était coutumier, notamment quand il faut réagir vite-fait à une de ces pipeulémotions inattendues et surjouées dont les Fwançais ont le secret…

 Mme Simone Veil est décédée. Chose qui arrive à tout le monde et c’est, comme souvent, l’occasion d’honorer la mémoire du de cujus, sa-vie-son-œuvre… Sa vie fut exemplaire ; oui, exemplaire.  Pour ce qui est de son œuvre, je ne m’étendrai pas. Je balance entre les effets d’une psychorigidité idéologique à courte vue ou ceux d’une naïveté compassionnelle tout autant à courte vue. Je pencherais plutôt pour la deuxième hypothèse, ce qui en ferait - en synthèse finale – un parfait exemple de cocue magnifique, non seulement couillonnée jusqu’à l’os, mais réduite à servir jusqu’à plus soif non seulement d’icône mémorielle accessoire de la dénonciation des HLPSDNH, mais surtout d’héroïne à la gloire de tout ce qu’elle ne voulait pas ! Un peu comme si Jeanne d’Arc avait été recyclée héroïque Bourguignonne conchiant la Nation pour la plus grande gloire des Anglais ! Tout ce qu’il faut, avouez-le pour finir au Panthéon...
Mais je m’égare. Revenons au Cyborg.

Pas même deux mois après sa prise de fonction, Emmanuel I° n’a pas hésité. Répondant à l’immense vague d’émotion populaire montant du tréfond du peuple en marche, oui, du tréfond des autorités morales, de la société civile, des sans-dents et même de ceux qui ne sont rien, il a annoncé que Simone sera inhumé au Panthéon "en même temps que son époux Antoine pour ne pas les séparer". Que c’est beau !

Nous avons là un exemple parfait d’une décision parfaitement réfléchie, calibrée, millimétrée, prise sous l’habillage naturel d’une prise de décision venant du cœur. C’est tout bénéf’ à tous égards :

Le fait de transférer en même temps au Panthéon les restes de son époux qui pourrissent depuis quatre ans au Père-Lachaise n’est pas neutre et même particulièrement judicieux :
- D’abord, ça ne mange pas de pain puisqu’il y a déjà eu des précédents. Je ne pense pas aux époux Curie dont l’un comme l’autre avaient des droits personnels à la reconnaissance de la Patrie. Je pense à Marcelin Berthelot dont l’épouse l’a accompagné "en hommage à ses vertus conjugales"… Et à Victor Schœlcher qui était vieux garçon et a eu droit à la compagnie de son papa…
- Ensuite, ça envoie un signal aussi brumeux que confus qui peut satisfaire en même temps celles-et-ceux de tous bords : Quelque part, on rend hommage à la paritéQuelque part, aussi, on rend hommage à la vie de couple, à la notion de famille, euh, "on ne sépare pas sur terre ce que Dieu a uni pour l’Eternité…" et, quelque part aussi, en même temps, on ne séparera pas les os de Pierre Bergé et ceux d’Yves Saint-Laurent… Je dis n’importe quoi, oui je sais…

Mais surtout, surtout, on ne tombera pas dans le ridicule de la pantalonnade kitch que fut en 2015 le transfert des cendres de Germaine Tillion et Geneviève De Gaulle-Anthonioz ! (cf. ici) Au moins avons-nous un Président qui ne se laisse pas aller à ce genre de triste clownerie :

"Sans se concerter et en dépit des pressions qu’on imagine, les familles de ces deux dames avaient farouchement refusé qu’on vienne exhumer leurs proches de leurs caveaux de famille pour aller les balader en spectacle et les fourguer dans un recoin de ce mausolée glacial où il est interdit aux familles de venir mettre un pot de chrysanthèmes à la Toussaint ! Et toussa, pour servir peut-être de fond d’écran aux selfies de quelque Japonais de passage… Bref, le plus grandiose c’est qu’on a rentré en grande pompe dans ladite nécropole deux cercueils vides lestés, paraît-il de terre de leurs vraies sépultures*" [*la République laïque adepte des reliques…] Germaine est restée chez elle à Saint-Maur-des-Fossés et Geneviève auprès de son époux Bernard à Bossey en Haute-Savoie…

Le fils de Simone et Antoine a peut-être réagi comme les familles des deux autres dames : - Vous prenez les deux ou rien… Le Cyborg, lui, ne mange pas de pain frelaté, il prenait les deux ou passait pour un monstre aux yeux de celles-et-ceux  C’était tout vu…

Au moins une chose est sûre : On aura doit à une cérémonie qui aura de la gueule. On se contente de ce qu’on peut…

Il reste à espérer que le logiciel du Cyborg sera aussi performant pour les dossiers où il n’est pas seulement question de com’

Prions…  

3 commentaires: