"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 16 juillet 2017

Le petit chef…



Quand ça branle dans le manche, quand la "chaîne hiérarchique" prend du mou et que le "petit personnel" râle en sourdine contre "la direction", ça n’est bon ni pour le rendement, ni pour la qualité des prestations, ni pour les résultats commerciaux Et ça se vérifie partout et à toutes les époques, quelle que soit l’activité et la taille de la boîte. J’ai connu ça…

Le cyborg-Président a publiquement et sèchement "recadré" le général Pierre de Villiers, chef d'état-major des armées. Le chef de l'Etat a en effet reproché au général (en Macron dans le texte) d'avoir mis "de façon indigne" une polémique budgétaire "sur la place publique" et l'a rappelé au "sens du devoir et de la réserve". Notez bien le vocabulaire utilisé. Lisant ça dans la presse ou oyant ça dans le poste, l’acuraba couillon de base a pu s’imaginer que notre général-en-chef-maxi-étoilé s’est assis sur le devoir de réserve comme sur l’absolue discipline requise des militaire en s’épanchant devant des journalistes sur ses états d’âme. Cépabien. Rien du tout ! Le général s’est exprimé devant les députés de la commission de Défense du Parlement qui l’avait expressément convoqué pour l’auditionner. Interrogé sur son sentiment quant à la question des moyens octroyés à l’Armée, c’est certes avec un vocabulaire d’une virilité toute militaire que Pierre de Villiers a répondu aux élus de la Nation. Il s’exprimait devant le pouvoir législatif à la demande de celui-ci ; pouvoir législatif indépendant et constitutionnellement plus souverain que le pouvoir exécutif ! Son devoir de militaire, c’est-à-dire de plus-que-fonctionnaire, était de répondre en vérité aux représentants du peuple (même si, perso, j’en juge beaucoup sans légitimité…) Et cela quoi qu’il en coûte (à l’instar d’un certain général ancien patron de la Gendarmerie…) Certains diront que ce n’était que sa vérité, mais c’était bien la sienne que la représentation nationale voulait entendre dans le cadre de ses travaux…

Sentant monter la bronca, chef suprême des armées, le cyborg-Président ne pouvait laisser passer ça. D’autant moins que ce sont ses propres revirements qui étaient la cause exclusive des critiques formulées par son chef d’état-major : Ayant promis la sanctuarisation des budgets de défense déjà exsangues et leur relèvement, en pleine guerre menée sur trente-six fronts extérieurs comme… à l’intérieur, au bout d’à peine un mois, d’un trait de plume sur un coin de table, il supprime 870 millions d’euros pour pouvoir recapitaliser Areva, réduire de moitié la recette fiscale tirée de l’ISF, etc. Le budget de la défense reste donc, (avec et avant le contribuable) la seule variable d’ajustement budgétaire. Normal ou En Marche, l’exécutif reste l’exécutif et l’histoire suit son cours…  

Bref, le cyborg-Président n’a fait que rappeler qu’il était le chef et qu’on n’avait qu’à obéir. En soi, il a certes parfaitement raison ; sinon c’est le bordel assuré. Vous me direz que ça l’est déjà…
Mais il ne l’a pas fait en chef. Non. Il l’a fait en petit chef. Dans notre vie active, nous avons tous au moins une fois eu à faire avec un de ces petits chefs qui n’ont pas d’autre argument définitif et sans appel pour tenter d’imposer leur autorité que leur place dans l’organigramme…

Il a pu oser dire : "- Je dis ce que je fais et je fais ce que je dis, ce n'est pas plus compliqué que cela." Personne ne peut lui répondre qu’il se fout du monde puisque "c’est comme ça, c’est le règlement"…
Et il a dit que Pierre de Villiers "avait toute sa confiance". On ose espérer que c’était le cas puisqu’il l’avait prolongé à son poste il y a à peine un mois ! Et à ce niveau de job, on ne renouvelle pas la mission d’un type mis en place par d’autres sans un entretien personnel préalable…

Confiance… Mot terrible… Je me souviens de mon premier supérieur hiérarchique direct du temps de mon premier job. Il me répétait souvent : "- La confiance n’exclue pas le contrôle." Il voulait dire par là que la confiance ne dure et ne se justifie que si elle se prouve régulièrement. Mais il ne parlait là que de la confiance que l’on a dans ses subordonnés. Or, la confiance n’a de consistance opérationnelle que si elle est réciproque. Et la confiance du subordonné dans le chef doit aussi être testée régulièrement pour se justifier. J’ai aussi vécu ça plus tard…

La frontière entre la confiance qui peut se prouver dans les deux sens et la confiance obligatoire à sens unique est le meilleur discriminant qui permet de distinguer un chef d’un petit chef

Il me semble que pour le moment nous avons un petit chef…  

9 commentaires:

  1. Dans cette histoire il me semble que les états de service de l'un des deux justifient infiniment plus la confiance que ceux de l'autre. Je vous laisse deviner lequel.

    RépondreSupprimer
  2. Cet homme démarre mal dans sa "fonction suprême" ! Je ne le sens vraiment pas et cela risque fort, de très mal se terminer...

    RépondreSupprimer
  3. Le moins que l'on puisse dire, c'est que Macron ne fait ni dans la délicatesse, ni dans l'efficacité. D'une part, il se ridiculise, d'autre part il se grille auprès des armées et de pas mal d'autres. Stupide.

    RépondreSupprimer
  4. Quand on est dans l'obligation de "crier" qu'on est le chef, c'est la preuve aussi aveuglante qu'implicite qu'on n'en a ni la stature ni la légitimité.

    Au fait, ce gamin, gâté et capricieux, n'a jamais eu l'occasion de passer quelques temps au piquet ? Regrettable ! Cela lui aurait au moins appris à réfléchir par lui-même...

    RépondreSupprimer
  5. Clin d’œil : votre avertissement est au goût du jour ! ;o)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef18/07/2017 16:38

      à se pisser dessus....
      "chef suprême des armées...."

      ouais ,enfin, chef suprême si on veux , hein

      premier chef de l'état qui n'a pas fait de service militaire ( pour ce que ça vaut) ni pris le risque de fonder une famille ( et ça, oui, ça a de la valeur , eût égard à la somme d'emmerdes qu'on peut en retirer, voilà pourquoi , à cette heure, on préfère assurer le truc en laissant d'autres en gérer tous les aspects , de la conception aux éventuels ratés )

      quelle autre dénomination que cyborg pour le décrire?

      parce que ,oui, ses adversaires étaient humains, connement humains, connement humaine, Marine, qui s'est laissée entraîner dans cette polémique du débat d'entre deux tours au lieu de clamer "putain,mais regardez le ! il sue pas, il pète pas, il a pas de caries, il fume pas , il n'a jamais fait de gosse ni porté un sac à dos et un flingot, il a autant d'humanité qu'un wagon de
      charbon -et encore ,à l'époque,le charbon s'extrayait à la pioche , il a dû en rester quelques traces , de la peine et de la sueur des hommes- et c'est ça que vous voulez comme président ? il vous mettra vous , vos anciens et vos gosses en esclavage , toutes vos possessions , propriétés et avoirs seront portés sur l'échéancier de la dette infinie , et vous savez un truc? ça ne lui fera ni chaud ni froid !"

      alors, les armées , hein, là où on cause de la mort des gusses qu'on a sous ses ordres et des lettres qu'on envoie à la famille lorsque ça tourne mal....voilà, on s'est compris

      Supprimer
    2. kobus van cleef20/07/2017 19:40

      foin de flatteries !
      j'ai laissé parler ma juste colère

      Supprimer