"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 21 novembre 2017

Les pauvres chouchous ont du mal à suivre…



Certains sont bien affutés – ou connaissent déjà bien toutes les ficelles – pour faire mine d’être à la fois au four et au moulin ; ce sont les recyclés ex-PS, ex-UDI, ex-LR, ex-tout… Mais voilà, il y a aussi tous les petits nouveaux qui sont sortis de la société civile… ou de l’œuf. Déboulant parfois de nulle part et souvent élus les doigts dans le nez par la grâce d’une simple affiche avec Jupiter en fond d’écran, ils s’y croyaient et tombent de la chaise en découvrant que ce n’est pas si simple… Paraîtrait même qu’ils tombent comme des mouches…

C’est vrai que le Cyborg-Président leur en fait voir à un rythme endiablé : Tenez, rien qu’aujourd’hui, ils avaient, au menu de la même journée, à discuter sur les ordonnances réformant le code du travail, à voter le budget 2018 en première lecture et à débattre du projet de loi réformant l'accès à l'université… Les pauvres ! Ils s’imaginaient être devenus des législateurs pressés de se plonger sérieusement dans les dossiers. Alors que tout ce qu’on leur demande, c’est de rejeter en bloc sans les lire les amendements de l’opposition et de voter comme un seul homme euh… femme-et/ou-homme, le texte du Gouvernement (z’auront le temps de le lire après pour le défendre en circonscription. Mais ils sont bien discrets en circonscription…).

Bref, au bout de quatre mois sans congés ni RTT, coups de fatigue, épuisement physique, démotivation, interrogations, signes de fébrilité, déprime…  Du coup, inquiets d’un risque d’éventuel tsunami de burn-out chez les petits jeunots que-ça-ferait-pas-sérieux, quelques élus LREM mieux rodés au schmilblick ont constitué un groupe ("informel" mais autorisé, sinon missionné, par Ferrand) pour servir de cellule de soutien psychologique à leurs petits camarades ! Ils sont dix pour se répartir la tâche ; paraît qu’il faut ça…
Ce groupe de députés "psycho-consultants" s’appelle le "Care" Ce qui me rappelle mois l’Obama-truc que le ci-devant programme du PS vite enterré qui était si cher à Martine Aubry. Mais je m’égare…

Le médecin-chef de cette cellule de soutien psychochose à usage interne de le start-up LREM est un certain Pacôme Rupin. 32 ans, prépa à St-Jean de Passy, ESSEC, ci-devant secrétaire de section et élu d’arrondissement PS, recyclé député LREM de Paris et s’affichant ouvertement homosexuel. Le type coche toutes les cases qu’il faut. Ça rassure.

C’est vrai qu’aujourd’hui, les pépinières où c’est qu’on fait pousser les politiciens ne sont plus ensemencées qu’avec des graines germées dans l’Educ’ Nat post… post quoi au juste ? Et sous atmosphère dépourvue de temps de guerre depuis un demi-siècle. Il est heureusement fini le temps où l’Auvergne produisait des pelletées de Rad-Soc pas toujours fréquentables mais bien solides.

Sans l’avènement macronien, nous aurions négligé ça : Il est nécessaire de veiller à la santé mentale de nos représentant. D’autant plus que, sans préjuger de leur obsolescence programmée, ils sont heureusement de moins en moins rustiques donc moins solides et de plus en plus sophistiqués donc plus fragiles.

On n’en fait jamais assez dans l’accompagnement.

lundi 20 novembre 2017

La Jamaïque ou le n’importe quoi…



Mais la Jamaïque étant dans les choux et le n’importe quoi théoriquement plus de saison, on s’achemine avec horreur vers la guillotine du retour aux urnes, ce que personne ne veut…
Bien sûr, ce bon M. Steinmeyer, Bundespräsident de la Groβe Germania va probablement demander ce soir qu’on fasse un dernier petit effort. La peur que tous ont d’être éjectés du fromage les rendra peut-être raisonnables, hein ? Pour que demain soit comme aujourd’hui D’autant que de nouvelles élections ne devraient que confirmer en l’accentuant l’ingouvernabilité actuelle.

Résumons :
- La solution "jamaïquaine" qui vient de capoter consistait à réunir dans une même équipe les noirs (CDU et CSU), les jaunes (FDP) et les verts (die Grünen) s’engageant tous à soutenir et appliquer un programme de gouvernement commun. Sachant, entre autres, que CSU et FDP sont vent debout contre l’immigration et que les Verts veulent encore ouvrir plus grandes les portes… Imaginez chez nous Macron cherchant à constituer l’équipe qui gagne avec Juppé-Bayrou (CDU), Fillon (CSU), un type qui serait à la fois un clone de Gattaz et Zemmour d’origine turque (FDP) et… Duflot (Grün), tous d’accord pour mener la même politique pas seulement avec la bouche. C’est à peu près ça…
- Du coup, on nous ressort depuis hier soir l’hypothèse de la groβe Koalition, solution il est vrai fréquente chez les bière-et-saucisse. Oui ! Mais ils en sortent ! Ils y ont tous perdu des plumes et le SPD qui vient de se prendre une gamelle historique n’en veut plus et est bien décidé à faire une cure d’opposition pour se refaire en critiquant le bordel qui vient…
A moins que… Après tout, cela reviendrait un peu comme si chez nous Macron réunissait autour de lui dans une union parfaite tout ce qui composait encore l’an dernier le PS et l’UMP… Ce qui n’a jamais été le cas dans notre culture politique mais qui, entre nous, existait déjà à bien des égards…

Bref,
- Soit un accord est trouvé in extremis à l’arrache pour éviter le retour aux urnes. C’est très peu probable, le FDP ayant claqué la porte et le SPD ne pouvant rien en attendre. Seuls les Verts n’ont pas encore coupé les ponts (comme chez nous ils aiment bien les places…) mais non seulement ils ne suffiront pas mais les concessions qu’il faudrait leur faire pourraient entraîner ce qui ne s’est jamais produit depuis que la RFA existe : que la CSU ne suive plus la CDU ! (il faut savoir que débaucher des individualités genre "constructifs" ou autre "prises" est sans effet, ça ne marche pas comme ça chez eux) Dernier espoir du système pour que demain soit comme aujourd’hui… Peut-être…
- Soit le Bundespräsident convoque de nouvelles élections. Et alors tout est possible :
* La logique voudrait que l’électeur ne se déjuge pas en quelques mois. On se trouverait alors avec une Allemagne encore moins gouvernable et, crainte du système, une AfD ayant augmenté son poids et son nombre de sièges.
* Soit, par souci des électeurs d’en finir et de sortir de la crise, un reflux de l’AfD, mais au profit de qui ? La CDU étant quelque part aussi usée que le SPD ?
* Cette dernière hypothèse n’excluant pas un retour aux affaires du SPD avec l’appui des Verts et de trois pelés de die Linke (les Mélenchon de là-bas)

L’avenir de la France et de l’Europe n’est pas serein…



mercredi 15 novembre 2017

Comment pouvez-vous retrouver Charlie ?



En ces temps où il importe avant tout de s’occuper de balançage porcin (du verrat, pas de la truie…), de s’esbaudir devant un chef d’Etat occupé à lâcher des ballons roses, ou encore de s’astiquer la zigounette en se demandant s’il faut être ou ne pas être Charlie pour une histoire de moustache, il est mal venu, oui je sais, de relever, de ci de là, certains rapprochements arithmétiques, certes d’une trivialité bestiale mais qui ne sont pas neutres dans la vie quotidienne des acurabas.

Voici donc un petit problème (maintenant on doit dire "phare" je crois) pour la résolution duquel la méthode de Singapour ne sera sans doute pas suffisante :

Enoncé :

- Considérant que la population de la ville de Nantes est d’environ 300.000 habitants, celle de l’agglomération nantaise de 940.000 et celle de l’ensemble du département de Loire-Atlantique de 1.350.000. Sachant qu’il s’agit là de données démographiques officielles incluant hommes, femmes, transsexuels, enfants des écoles, nourrissons des crèches, vieillards des hospices, fous internés, grabataires des hôpitaux, députés LREM, et procureurs de la République, ne les oublions pas. Sachant subsidiairement que, par définition, toussa n’inclut évidemment pas les clandestins mais c’est sans importance tant leur nombre est suffisamment marginal pour être négligé…
- Considérant que, dans cette région qui connaît de loin le plus faible taux de dépistage de la drépanocytose chez les nouveau-nés, un individu d’un modèle fort courant est victime d’une agression dans le quartier de la gare. Ayant réussi à mettre en fuite son agresseur et porté plainte, il a ultérieurement été convoqué par la police en vue de tenter de le reconnaître parmi des photos d’individus répondant à la description qu’il en avait faite…
- Les braves pandores lui présentèrent alors une sélection de trombines retenues comme répondant aux critères suivants :
   - Hommes de type africain
   - Âgés de 25 à 35 ans
   - Tailles entre 1 mètre 65 et 1mètre 85
faisant tous partie des personnes "connues de leur service" ayant été au moins une fois placées en Garde à Vue pour faits de violence dans le seul département de Loire-Atlantique…  

Question :

- Combien de photos à visionner notre concitoyen de modèle courant a-t-il été invité à se farcir ?

Ne cherchez pas. Je vais vous donner la réponse :

Plus de 800…