"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 20 avril 2010

En Belgique, le Droit est droit dans ses bottes…

L’avantage avec la Belgique c’est que leur bac à sable est nettement plus petit que celui où je patauge en deçà de Quiévrain. Tout m’y paraît donc plus concentré. Le microcosme belge, donc, me facilite la collecte de données sur le réel (en France, je m’y noierais…)
L’autre intérêt de la Belgique est de ne pas être "Une et Indivisible"… Elle "bénéficie" d’un communautarisme linguiste qui régit les rapports de citoyenneté.
D’une part - et c’est vérité d’expérience - loin de conduire à l’apaisement et au "vivre ensemble", le fait que ce communautarisme soit institutionnalisé et codifié ne l’empêche pas de se radicaliser ; au contraire, il permet à ce dernier de prospérer en devenant de plus en plus exigeant et sans nuances.
D’autre part - les "Droits-de-l’Homme" étant ce qu’ils sont - dès lors que l’appartenance linguistique est reconnue par la Loi comme qualité essentielle d’un individu ou territoire, aucun obstacle sérieux ne paraît devoir freiner une évolution jurisprudentielle vers la reconnaissance (éventuellement territoriale) d’autres discriminants tels que l’appartenance religieuse ou ethnique…
Bref, comme je le disais "une fois", la Belgique est sinon l’avenir de l’Europe, du moins son laboratoire… D’où mon intérêt pour nos chers voisins (cf. mes billets des 24 & 26 mars)

Ceci dit, j’accordais le 24 mars le couvre-chef des morts-vivants à la justice belge pour deux de ses jugements de la semaine en précisant : "le jury n’ayant pas estimé nécessaire d’en attendre un troisième pour reconnaître l’héroïcité des vertus de la lauréate et l’élever à la gloire des autels…" J’aurais dû attendre un peu… Voilà le troisième :

Au terme de plus d’un an d’enquête, la police a arrêté huit malfaiteurs oeuvrant dans la vente de kalachnikovs, d’explosifs et autres armes de guerre (l’un d’eux venait d’être acquitté dans un dossier de terrorisme islamique) L’affaire a pu aboutir, sous contrôle d’un juge d’instruction, grâce à un policier infiltré dans la bande à ses risques et périls, ce qui a permis de réunir les preuves et de les piéger.
L'avocate des accusés a dénoncé la provocation policière à la base du dossier et a donc plaidé que les poursuites étaient irrecevables.

La semaine dernière, le tribunal a suivi l'argumentation de l'avocate et décidé l'acquittement. Les huit accusés sont ressortis libres...

Des questions ?

1 commentaire:

  1. Cela étant, Quiévrain est une commune et non une rivière !

    Je vous mets en lien tout de même...

    RépondreSupprimer