"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 8 janvier 2012

Boutique franchisée et sentiment d’appartenance…

L’Epiphanie de Notre Seigneur étant passée, vous aurez peut-être remarqué que j’ai enlevé et rangé jusqu’à l’année prochaine le sapin reacospherus persistant que je sors pour les fêtes dans la colonne de droite (forcément de droite..)


Occasion de réfléchir au contenu de cette foutue colonne où j’entasse notamment divers panonceaux sensés éclairer l’éventuel chaland sur les fondamentaux de la boutique, à l’instar des bouts de tôle du Touring Club de France et autres guides gastronomiques sur les façades des auberges, ou de la quincaillerie aux plastrons des maréchaux soviétiques trop longtemps alignés en brochettes sur le mausolée de la place Rouge…


Cela m’a fait repenser au vieil époux de ma marraine, grand vieillard encore de belle allure mais aux gestes devenus avec l’âge aussi hésitants que sa mémoire. Accroché aux brumes de ses souvenirs, lorsqu’il s’apprêtait à recevoir chez lui un hôte qu’il considérait de marque pour un événement qu’il jugeait exceptionnel, il s’évertuait d’une main malhabile à épingler sur le veston de son complet élimé la batterie de ses croix de guerre et autres médailles militaires… Cela, évidemment, à la grande gêne de son épouse…

Je me souviens en particulier du jour où j’étais venu leur présenter la future Mme Plouc. Quand il est apparu dans l’encadrement de la porte du salon avec sa volonté de ne pas voûter les restes tassés de son ex-mètre quatre vingt cinq, j’ai bien vu qu’il avait dû passer un bon moment à astiquer les croix sorties de leurs écrins pour l’occasion…

Sa femme, rouge de confusion, l’avait rabroué. Mais lui s’en foutait. Et il avait raison…

Franchement, pourquoi lui aurait-on refusé cette petite manie, d’autant qu’elle exprimait de sa part l’importance qu’il accordait à notre visite ? On passe sa vie à soigner l’altérité qui est essentiel à la Vie. Mais il arrive un âge où l’on doit pouvoir se permettre de dire "- Si je vous choque, allez vous faire foutre !"

Ça fait du bien et entretient l’énergie vitale chez les vieux. Surtout aujourd’hui où ça devient suspect de dire qu’il fait jour à midi…


Mais je m’égare. Revenons à ma colonne de droite.


Lorsque j’ai commencé ce blog, il y a bientôt deux ans, je n’imaginais pas garder sous le coude mes divers sentiments d’appartenance… Je ne me souviens pas de l’avoir fait dans aucun domaine et c’était donc valable aussi dans celui de la blougi-boulgasphère. C’est ainsi qu’au bout d’un ou deux mois d’activité j’ai pris la liberté de visser ici sans rien demander à personne la plaque à l’effigie Johnny Walker carte rouge dont j’ignore d’ailleurs qui en fut l’initiateur.

Mais ça me laissait un peu sur ma faim… Admirateur timide de certains, outre mes sentiments d’appartenance, j’ai aussi des envies d’appartenance ; car bien que résolument sorti de l’adolescence depuis fort longtemps, je reste encore un grand enfant…

Bref, sans rien demander à l’Amiral, oh combien démoniaque père du concept (1) ; maintenant qu’Albertine est partie chercher son Salut sur d’autres routes que celle de Stello ; maintenant que Fromage+ à qui nous devons le graphisme du label a suspendu sa production ; avec mon autorité de membre du triumvirat fondateur et d’actuel président du soviet suprême devenu unipersonnel du FOPOD (Front Ouvriériste Populacier d’Oppression Démocraticide, rappelons-le) et à jour de ma cotisation au MERDE (Mouvement des Etudiants Recalés à Divers Examens, autre structure historique), j’ai envoyé balader mes derniers scrupules et décidé ce jour, tout seul comme un grand, de m’auto attribuer le panonceau qui me faisait tant envie : celui de la Confrérie des Punks à diplômes


Que les autres franchisés de la marque que ça dérangerait m’envoient du papier bleu ! Ils auraient tort : Il faut passer leurs caprices aux vieux… Et puis il se pourrait même peut-être bien que je puisse siéger dans la Confrérie avec le titre respectable sinon respecté de doyen d’âge… L’idée d’être le doyen d’une telle bande de oufs est un ravissement qui réchauffe mes vieux os…

1 : ici puis .

12 commentaires:

  1. Vous vous rendez compte qu'à cause de vous j'ai dû passer les 15 dernières minutes à corriger des fautes d'un billet écrit en 2008 alors que j'étais sur un clavier qwerty? Z'êtes un monstre. Bienvenue au club! Même s'il est toujours de bon ton de refuser de rejoindre un club qui accepte des gens comme vous (pour paraphraser Groucho Marx dans je ne sais plus quel film)

    RépondreSupprimer
  2. Je confirme Plouc, vous êtes parfaitement punk! Tout ceci est scandaleux, évidemment.

    RépondreSupprimer
  3. Merci Amiral pour votre accueil un peu "forcé"… Et aussi pour le labeur imposé. Peut-être devriez-vous d’ailleurs songer à faire azertyfier l’ensemble de vos archives pour l’éducation des générations futures. Ce serait un bon exercice pour le Petit Mousse…

    Crevette, en êtes-vous bien sûr ?

    RépondreSupprimer
  4. ben j'y pense et j'y travaille mollement dans le but d'en faire un bouquin... J'ai la matière, mais je ne suis pas sûr de la qualité et je suis sûr de ne pas avoir assez de temps pour le moment.

    RépondreSupprimer
  5. Vous m'avez donné des idées. Désormais, mon blog sera plus "imagé".

    RépondreSupprimer
  6. Au fait, comment sait-on qu'on fait partie de la réacosphère ? Y a une sorte d'intronisation ? Faut-il être adoubé par ses pairs ? Je suppose qu'en ce qui me concerne, je suis plutôt une sorte de sympathisant.

    RépondreSupprimer
  7. Mat – Bonne et superfétatoire question !
    - Point de départ : On "sent" qu’on "en est" ou qu’on n’en est pas… De quoi ? de quelque chose qui n’existe pas concrètement, tangiblement, "administrativement", "complotistement" parlant, sinon pour quelques guignols apeurés du Monde et de Rue 89… Mais qui existe quand même…
    J’oserais m’avancer en disant de cette "so gennant" Réacosphère est une nébuleuse dont les contours (le périmètre, donc les frontières…) sont définis différemment dans l’esprit de chacun de ceux qui s’estiment en être comme de ceux qui la regardent de l’extérieur…
    On y trouve de l’observation du réel, du commentaire, de la politique, du contenu à valeur ajouté comme de la vaine critique, du sarcasme et de la posture, de l’esthétique et de la référence culturelle, des filles à poil et que sais-je encore…
    Le lien entre tout ça ? Cf. le billet de l’Amiral. C’est à mon sens rien de plus mais rien de moins que la prise de conscience, que le constat fait par chacun de ses "affinités électives" avec une bande de réacs qui sont des esprits libres aux multiples chapelles…
    S’il y avait un consistoire d’initiés ou d’élus en charge de valider des dossiers d’admission formelle au club et d’adhésion à une charte ou quoi que ce soit de ce genre, il est probable que tous les impétrants partiraient en courant…

    - Pour répondre concrètement à votre question, je ne peux donc vous faire part que de ma propre expérience personnelle de démarche pour me "prétendre" du club :
    1° lire tous les autres, 2° une fois mon blog à peu près sur ses rails, voir QUI vient commenter et comment, puis QUI prend l’initiative de me référencer dans son blogroll… Partant de là, tout seul comme un grand, je me suis cru autorisé à affirmer : "je suis des vôtres"…
    - Point barre…

    RépondreSupprimer
  8. Vous avez tout à fait raison. Ne nous interdisons
    plus rien. De toute façon il se trouvera toujours
    de jeunes crétins pour nous traiter de vieux cons.

    RépondreSupprimer
  9. Cher Plouc, c'est un plaisir de vous voir arborer cet étendard.

    PS: Quelles conditions pour adhérer à votre MERDE?

    RépondreSupprimer
  10. Je vais tacher de me dessiner une guillotine sur fond de Cathédrale d'abord parce que j'ai déjà assez de diplômes comme ça et en plus je suis vraiment hérétique. A ce sujet, je trouve le "Jesus inside" un peu limite mais bon, nous sommes libres et surtout très intelligents.

    RépondreSupprimer
  11. Merci Naïf. Mais pour le MERDE, mmh… difficile, difficile… Je suis à jour de ma cotisation puisqu’elle n’était réclamée qu’une seule fois lors de l’admission (avec parrainage et tout et tout…) Et je n’en connais pas trop les arcanes bien que très proche du fondateur, n’étant pas au comité directeur faute de chanter juste (le côté corps de garde était très pratiqué…) Je me souviens que d’avoir seulement été recalé au permis de conduire ne suffisait pas pour intégrer^^
    Quoi qu’il en soit, le MERDE n’a jamais été dissous mais est "dormition" depuis que ses membres éminents sont devenus des "grandes personnes"
    Je suis navré…

    RépondreSupprimer
  12. Pierre, j’attends avec impatience de voir si sur votre blason la guillotine est sur fond de cathédrale ou la cathédrale sur fond de guillotine. Je dis ça par souci pour la cathédrale, parce que le Nazaréen, qu’y soit inside ou pas d’icelle, il échappera facilement à la veuve qui vous est chère !

    RépondreSupprimer