"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 18 mai 2010

LGBT. L-G-B-T-Q-A-I-P-…T-T-T-…Et le H bordel ?

Allo Papa Tango Charly… Au secours ! J’me suis perdu dans le dédale mouvant et sans limites où se cultive hors-sol le no-futur du devenir de l’espèce…

Suite à mon papier d’hier motivé par la Journée Mondiale truc, toujours inquiet après coup d’avoir pu dire des conneries, j’ai commis l’imprudence d’aller voir si wiki-sa-race connaissait le terme "altersexualité". Putain ! J’aurais pas dû ! Bon, le mal est fait, quand le vin est tiré, faut le boire ! Donc, je vais essayer de recopier ce que j’ai lu en faisant de la contraction de texte à mort. Bref, c’est pas moi qui cause :
________________________________

LGBT est le sigle de Lesbiennes, Gays, Bisexuels et Transsexuels. OK. Mais beaucoup de variantes existent, les plus communes comportant un Q pour "Queer", A pour Asexuel, I pour Intersexuel, P pour Pansexuel ou Polyamoureux… Il y a aussi des Trisexuels (rien à voir avec le triolisme, vient de to try pour exprimer : vouloir tout essayer…) et… Autosexuel.
Pour éviter ce sigle à géométrie variable, on utilise parfois les termes Allosexuel et Altersexuel (ouf)

Ouais, mais quid des Trans ?
- Derrière ce préfixe générique désignant ceux et celles qui "estiment que le genre auquel ils ont été assignés - habituellement (?) à la naissance - est une description fausse ou inachevée d'eux-mêmes" se trouvent plusieurs sous-catégories comme les transsexuels, les transgenres et parfois les genderqueers.
- Également, même si leur identité ne correspond pas aux stéréotypes traditionnels, de nombreuses personnes intersexuées rejettent vigoureusement toute assimilation de leur identité à la forme trans. De même, ces groupes rejettent toute forme d'assimilation des parcours trans à une identité de type intergenre. Ils ressentent cela comme un abus de pouvoir et comme une invasion de leur propre identité.
- La définition du terme transgenre ne peut se faire qu'en référence à des expressions identitaires, qu'il s’agisse d'énoncés ou de pratiques. Celles-ci étant très variées et évolutives on ne peut prétendre les énumérer toutes ni en donner une définition figée…
- La personne affirmant une identité transsexuelle exprime le sentiment profond d'être le contraire de l'identité associée à ses organes génitaux. Bien que de nombreux pays ne reconnaissent l'état de transsexualité qu’aux personnes ayant eu recours à un traitement hormonal et chirurgical, des associations d'aide à ces personnes contestent à une autorité administrative de décréter quelles interventions corporelles sont nécessaires, pour un individu, à la mise en harmonie de son corps et de son identité.
- Toutes ces personnes militent pour l’abolition des critères basés sur une conception binaire du genre. De telles discriminations peuvent entraîner les mêmes dérapages que les mentions portant sur l'origine ethnique, la religion ou la sensibilité politique…
- Ces sous-groupes sont des approximations impropres à rendre compte de l'extrême diversité des identités en conflit avec les normes sociales dominantes d'assignation des genres. Catégoriser les personnes suivant leurs pratiques ne renvoie qu’à des a priori faisant l'impasse sur les raisons qui motivent ces pratiques et la signification que les sujets leur attachent…
- Les transsexuels récusent le terme transgenre, arguant du fait qu'elles ne changent pas de genre mais changent de sexe
- Les personnes transgenres préfèrent être nommées selon le genre avec lequel elles s'identifient ou sous lequel elles se présentent. Ainsi, une personne qui s'est vue attribuer le genre masculin à la naissance, mais qui s'identifie comme étant une femme, emploiera le vocabulaire de son genre : hétérosexuelle si elle n'est attirée que par les hommes, lesbienne si elle n'est attirée que par les femmes et bisexuelle si elle attirée par les deux. Pour une personne transgenre non transsexuelle, les notions usuellement employées pour décrire l'orientation sexuelle s'avèrent inopérantes, interrogeant par là même leur universalité. Ainsi, une personne multi-genre, dont le genre d'assignation est masculin, mais vivant socialement de manière équilibrée entre plusieurs genres, peut-elle être qualifiée d'hétérosexuelle si elle est exclusivement attirée par les femmes ?
__________________________________

Euh… Vous me suivez ? Z’êtes toujours là ?

Au fait… C’étaient qui déjà les mecs qui se foutaient de la gueule des vieux cons mitrés qui causaient prétendument du sexe des anges ? Z’étaient pas un peu de la même paroisse que ceux qui ont pondu tout ça ?

2 commentaires:

  1. J'adore "allosexuel", qui a un petit côté "SOS pizza" tout à fait irrésistible !

    RépondreSupprimer
  2. Le pire, c'est que les discussions sur le sexe des anges sont un mythe, tandis qu'apparemment quelqu'un a réellement pondu les altersexualités.
    J'ai essayé de suivre votre brillante démonstration. Si je comprends bien, dans les diverses catégories, il y a la personne née dans un corps de femme mais qui est en réalité un homosexuel uniquement attiré par les hommes, et qui souhaiterait donc se faire opérer pour correspondre à ce qu'elle est vraiment.
    Sinon je croyais qu'un allosexuel se contentait de sexualité téléphonique ou de téléphone rose.
    Sinon, je trouve comme Didier Goux que le terme est amusant. Qu'attend-on pour rebaptiser les autres catégories/genres/spécialités avec des noms rigolos ?
    Barbara

    RépondreSupprimer