"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

samedi 16 septembre 2017

Un week-end à ne pas rater !



C’est que nous avons ce week-end une conjonction de planètes qui mérite d’être soulignée : Nous avons "en même temps"™ les Journées du Patrimoine et la Fête de l’Huma ! Et là, voyez-vous, il y a tout un symbole qui doit vous interpeller au niveau du vécu !

D’abord, si elles ont beau être devenues européennes, les journées du Patrimoine restent des évènements bien-de-chez-nous. Oui Madame, oui Monsieur. En effet, aller fréquenter les monuments et musées ouverts à tous ces jours-là est une des rares occasions qui nous est encore donnée dans les villes de se croire en France au milieu de nos semblables ; j’ai déjà évoqué ça ici.

Ce que je viens d’écrire, entendons-nous bien, n’est certes vrai que pour les vieilles pierres Pas pour la foultitude d’évènements, spectacles soi-disant vivants et autres installations ou performances proposés aux chalands dans un souci suivez-mon-regard…

Les vieilles pierres, donc, et les nostalgies qui sont aussi constitutives de notre patrimoine mémoriel.

A cet égard, je ne sais si nous avons encore cette année la chance de pouvoir aller visiter ce haut lieu de l’Histoire de France qu’est le Temple de l’obsolescence ouvrière. Si c’est le cas, dépêchez-vous d’y aller, il vieillit mal…

Quoi qu’il en soit, il nous reste la fête de l’Huma. Ne mégotons pas :  la fête de l’Huma est un élément vivant essentiel de notre patrimoine, j’en veux pour preuve qu’elle est sponsorisée par radio france en général, france culture et france bleue en particulier (f minuscule dans les logos, svp) et nul ne saurait contester la légitimité de cette aumône d’argent public octroyé à cette vénérable institution nationale.

Je me souviens être allé à son édition de 2012 et avoir alors éprouvé une compassion toute chrétienne pour ses affidés, tous ces fossiles et les marteaux qui me sont chers, étant mes concitoyens. Je vous en avais parlé  Bien sûr, pour "faire le chiffre" et tenter de réduire le déficit annuel abyssal de leur feuille de choux qui perd 50 cts malgré 63 cts de subventions publiques par numéro vendu 2 €, le fête tourne au barnum de festival musical euh… varié.  Au demeurant, on sent bien d’année en année que ça tourne à la patine moussue des vieilles pierres qui nécessitent l’aide des Monuments historiques pour continuer à tenir debout pour servir à l’éducation des jeunes générations.
Pour l’édition de cette année, Polnareff, conscient de ses 73 balais, a raccroché les gants… A la place, outre le chanteur Renaud qui peut encore remplir la salle de seniors à 65 ans, on a en tête d’affiche cet après-midi le retour du monstre sacré du punk, Iggy Pop qui, pour ses 70 ans, peut encore palper un cachet à la fête de l’Huma avant d’aller faire swinguer dans les fêtes de Noël des maisons de retraite…

Faites un effort, allez-y pour contribuer à la pérennité de notre patrimoine… 


3 commentaires:

  1. kobus van cleef19/09/2017 19:16

    saisissante , la photo de l'humma !
    à publier sur les rézozoziaux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef25/09/2017 18:53

      si elle n'est pas de cette année , la faucheuse risque d'avoir fait des coupes dans le paysage
      on doit plus être à 10 pékins plus trois animatreuses ( animer les epad , un métier essenteillement féminin,non?)

      tiens à propos d'epad ,il m'en est venue de bonnes
      vous voulez les entendre?

      "un vieillard qui meurt en afrique, c'est une bibliothèque qui brûle

      un vieillard qui meurt en europe , c'est une place qui se libère en epad"

      Supprimer