"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

vendredi 10 février 2012

Méfaits divers et souchiens écrasés…

Jour ordinaire en Frankistan à la rubrique des méfaits divers, pages juridiques, judiciaires et des souchiens écrasés

Le procureur d'Avesnes sur Helpe – Beffy, retenez son nom - a requis une amende de 500 euros contre le maire d’une petite commune du Nord pour " violences volontaires sans ITT par personne dépositaire de l'autorité publique".

Maurice Boisart, édile et officier de police judiciaire de sa ville, au casier judiciaire vierge à 62 ans, était poursuivi pour avoir, l'été 2010, giflé un adolescent de 15 ans qui l'aurait insulté et menacé de mort alors qu’il reprochait au pauvre chou d'escalader le grillage d'un terrain communal.

Bon, la question n’est pas là, la loi c’est la loi et pour tous pareil… Ce qui donne envie de sortir la kalach’ et de nettoyer toussa, c’est la forme, c’est le comportement du procureur, Fouquier-Tinville au petit pied, connard de première imbu de sa position, petite merde dressée sur ses ergots sur le tas de la fosse septique, sachant qu’il aura les autorités morales avec lui et les merdia dans la salle… Occasion peut-être de se refaire une réputation dans sa juridiction de l’Avesnois et de quitter son trou de 5 000 habitants. C’est vrai qu’il traîne derrière lui d’avoir été juge d’instruction dans l’affaire OM-Valenciennes sans qu’on sache très bien s’il y tenait le rôle du manipulateur aux ordres ou du couillon de service…

Quoi qu’il en soit, le compte-rendu du procès est ahurissant. Dans son réquisitoire, le procureur a d’abord expressément reproché au prévenu de vouloir médiatiser l’affaire comme si ce n’était pas un droit inaliénable de la défense (vivement les procès dans les caves de la Loubianka, ce sera mieux…) Ensuite, dans l’illégalité la plus totale, il a publiquement reproché au prévenu d’avoir refusé le plaidé coupable ! Alors que non seulement c’était son droit le plus strict, mais la Loi interdit de faire état de ce refus préalable au cours du procès public ! Enfin et surtout, pour requérir une amende correctionnelle de 500 €, on se serait cru dans un procès d’assise en train d’entendre le procureur général de Paris requérir avec effets de manche contre le plus inhumain des serial-killers !

J’imagine la partie civile dans la salle : La petite racaille en baskets et son père qui avait déposé plainte, sans doute assisté par quelque assoc’, devaient se taper sur les cuisses. Je ne sais rien des dommages et intérêts au civil…
J’imagine aussi les précautions oratoires et procédurales du procureur s’il avait dû requérir pour le même délit contre la petite frappe ou son père ayant giflé un brave homme bien-de-chez-nous de 62 ans…

Pendant ce temps-là :

- A Paris, un récidiviste impliqué dans dix procédures pour un total de 24 vols dont 6 avec violence est condamné à un moins de prison avec sursis. Un exemple parmi quinze autres chaque semaine…

- A Paris, toujours, les sages du Conseil Constitutionnel saisis d’une de ces questions prioritaires de constitutionnalité qui font florès, se penchent sur la grave question de savoir si un étranger en situation irrégulière peut être mis en garde à vue, ce qui est interdit par la Cour de Justice de l’Union Européenne

- La Cour Européenne des Droits de l’Homme (oui, c’est encore autre chose que le truc ci-dessus) a contesté à la France le droit d’expulser un étranger demandeur avant que son dossier ait pu être examiné dans ses grandes largeurs par la Cour Nationale du Droit d’Asile (on manque de magistrats, je commence à comprendre pourquoi)…

- La Commission Européenne (ça sert, vous savez) vient de sommer la France sous peine de poursuites d’agrandir sans délai les cages des poules élevées en batterie. On n’est pas les seuls d’ailleurs, treize Etats sont grondés. Figurez-vous que ça fait douze ans que nos poules devraient bénéficier d’une surface Carrez augmentée et disposer toutes d’un perchoir, d’une litière, de grattoirs et d’un nid pour pondre (oui, toussa est bien dans le texte officiel tiré à n exemplaires dans toutes les langues de l’Union, on ne rigole pas)
Vous rendez-vous compte ? Côté crise du logement, on va relever les Coefficients d’Occupation du Sol alors que les poules attendent…

D’ailleurs à propos du logement, chacun sait que la crise n’est due qu’à la spéculation foncière et à l’égoïsme des proprios refusant de se soumettre aux clauses légales des contrats de bail.
Nulle part on n’évoque parmi les causes multiples de la pénurie de logements l’augmentation exponentielle de la demande liée aux évolutions sociétales : la banalisation-systématisation des divorces, la garde alternée, les besoins d’air nécessaires aux "familles recomposées", l’allongement de la "vie de célibataire" avant une éventuelle "mise en couple", la "cohabitation de week-end" chacun continuant à vivre chez soi, le maintien à domicile des personnes âgées seules, etc… Sans compter les apparts occupés par les milliers de types qui devraient être en taule mais sont en liste d’attente d’une place qu’ils n’auront jamais… C’est vrai que quand Hessel sera en maison de retraite médicalisée et Béachelle au pavillon des agités à Sainte-Anne, ça libérera quelques mètres carrés, mais bon. Prévoir aussi de réserver un châlit quelque part au Procureur Beffy pour quand Bidou sera président…

Tout baigne…

2 commentaires:

  1. Notons tout de même que Mimolette a prévu de faire quelque chose pour le logement. Le
    mariage des pédérastes devrait en effet pousser
    -si j'ose dire- à une cohabitation que l'homophobie la tante, je veux dire latente,
    ne favorise que modérément.
    Comme quoi voter Couille-Molle c'est le changement
    tout de suite et sans barguiner!
    Amitiés.

    RépondreSupprimer
  2. pour le maire, il y a tous les ingrédients nécessaires à l'appel voire à la cassation mais quel désastre d'avoir à supporter ces juges incapables.

    RépondreSupprimer