"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 5 avril 2012

Les pieds dans le pédiluve…

(mais pas les couilles avec les ovaires de ces dames...)

Juste en passant…

A force de vouloir ratisser large, on se prend parfois un râteau… C’est le fameux syndrome des deux Français sur trois cher à Giscard. Ça n’a jamais fait bander personne, pas même un Français sur trois aujourd’hui coincé entre le boboïsme mâtiné de féminisme à la con d’une part et la diversité d’autre part… Non content de s’être viandé l’autre jour en voulant pour qu’on l’entende crier plus fort que les loups après la bête immonde toujours féconde, Le Béarnais des marais, toujours fidèle à la maxime de son héros de canton Henri de Navarre "L’Elysée vaut bien une messe", en a remis ce matin un couche de larve prête à tout.

C’était au forum organisé par le magazine Elle à Sciences-Po Paris. Déjà l’idée d’une complémentarité ou d’une copulation entre Elle et Sciences-Po aurait suffi pour me mettre en joie…

Les animateurs lui demandant de développer un peu une de ses vieilles déclarations dans le Monde où il prenait la défense de la mère Aubry sur l’affaire des horaires de piscines non-mixtes à Lille, le François de 2° division, le Baille-Roue donc, s’est emberlificoté dans un argumentaire d’où il ressortait à peu près ceci :

"- Non, non, ce n’est pas une atteinte à la laïcité et ça n’a rien à voir avec l’Islam…"

" -Je connais des femmes qui ont un physique... (rires dans la salle) Non, je ne permets pas qu'on rit de ça. Je connais des femmes plus lourdes que d'autres, qui n'ont pas envie d'avoir le regard des hommes sur elles à la piscine. D’ailleurs les hammams ne sont pas mixtes et ça ne choque personne…" Comme on lui fait remarquer qu’on est à poil dans les hammams, il ne trouve à répondre que "- Oui, bon, c’est comme ça."…

Et à une voix lâchant des gradins "- Et à la mer ?", il répond, et ce sera sa chute finale :

"- Eh ben la mer c'est bien, et la piscine c'est bien aussi."

C’est vrai que Charles De Gaulle himself a un jour lâché : "- Fécamp, port de mer et qui le restera !"

Bon, je passe sur les réactions hallucinées des perchoirs du poulailler garnis de pétasses en batteries représentatives du lectorat du dit magazine. En revanche, je vois là un exemple parfait de la reptation larvaire d’une de ces auto-proclamées statues du commandeur blancheur persil donneuses de leçon mais prêtes à se plier à n’importe quoi pour décrocher un strapontin, qu’il soit ministériel ou cantonal. François Bayrou et Christian Le Bras même combat ! Et même niveau…

Ouais, je sais ; on ne tire pas sur les ambulances (d’abord ça sert à rien…)

1 commentaire:

  1. En tout cas, c'est bien un centriste, lui, et
    particulièrement représentatif. Il a l'avantage, en plus, d'être un peu constipé du bulbe, pour
    faire son métier de candidat à la présidence, si
    l'on tient compte de la morte-saison c'est un atout.

    RépondreSupprimer