"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 16 août 2016

Au pays de Schengen…



Au mitan de ce mois d’août, une vraie fille de France s’en revint d’un séjour en Pologne à l’invitation d’amis (des expats comme on dit) Après quinze jours de chevauchées entre Poméranie et Petite-Pologne, elle réembarqua donc à Varsovie pour Beauvais. Et qui dit Beauvais évoque évidemment un voyage dans un de ces autobus volants low-cost comme on les fait maintenant où les bons chrétiens ne trouvent jamais la place nécessaire pour garer leurs genoux. Il n’est pas inutile de préciser qu’à l’aller comme au retour, cette Française n’était pas seule mais voyageait en compagnie de son époux et de ses quatre mômes d’âges variés, chacun charriant sa part de sacs à dos, malles-cabine, cages à oiseaux et cartons à chapeaux…
En ces temps d’Etat d’urgence, au look de semi-Romanichels de la bande, on pourrait ajouter, les chiens ne faisant pas des chats, que l’appartenance clanique d’icelle à la tribu ploukèmienne aurait pu éveiller quelque suspicion chez le premier cogne ou gabelou conscient de ses responsabilités….   

Je ne parle pas ici, des procédures de contrôle à l’embarquement (portique, etc.) qui, avec plus ou moins de sérieux, sont les mêmes partout pour s’assurer que les limes à ongle voyagent bien en bagage de soute. Non, je parle des contrôles d’identité, du savoir qui entre et sort d’un territoire… Oui, je sais que France et Pologne sont dans l’espace Schengen que la Turquie nous envie (et quelques autres aussi je crois)

L’arrivée en Pologne ne ressemblait pas du tout à ce que souhaitent Attali et les gnomes de Bruxelles. Bien qu’arrivant de France et non pas de contrées exotiques, les papiers d’identité de chacun ont été scrupuleusement examinés, les bagages manuellement fouillés, etc. Par exemple, les parents ont été fermement invités à soulever chaque môme à hauteur du guichet pour que le fonctionnaire puisse au moins scruter son faciès et évaluer son gabarit pour juger de la cohérence entre le gosse présenté et la date d’émission du passeport… (il est vrai que les papiers du môme de 9 ans dataient de quand il en avait 2…)
Et les procédures de contrôle pour sortir de Pologne ont été aussi consciencieuses que pour y entrer  

En revanche, l’arrivée à Beauvais, c’était cool Dans cette bonne ville qui a si bien su résister aux appétits de Charles le Téméraire en 1472, en débarquant de Pologne, pas de douane, pas de guichet d’immigration, rien. On sort direct dans le hall, on récupère ses bagages et on sort prendre, qui sa bagnole, qui son bus ou son taxi. Ah oui ! dans le hall on croise deux militaires qui font les cent pas avec leur Famas ; on se demande pourquoi, tant ils feraient mieux d’être à l’entraînement en vue des nécessités de leur job…

Mais cépagrave. Les Polonais ont fait le nécessaire n’est-ce pas ? Aux arrivées chez eux comme à leurs frontières, notamment avec l’Ukraine, la Biélorussie, la Lituanie et l’enclave méchamment russe de Kaliningrad… Et on peut d’autant plus leur faire confiance qu’on les accuse de déficit démocratique et de n’être pas assez ouverts aux autres  

Ainsi va l’Europe


4 commentaires:

  1. Schengen ou pas, Beauvais ou Roissy, cela ne fait pas grande différence (j'édulcore), revenant de Turquie il y a quelque temps, j'ai pu constater que même accoutré d'un "kami" (comme on dit, je crois) et affublé d'une imposante barbe noire brute de pousse on n'avait à subir aucun examen stigmatisant de la part des gens sensés protéger les français. Il est vrai qu'en revanche, avant d'embarquer, on subit les contrôles d'agents de sécurité tous plus bronzés les uns que les autres ... allez savoir pourquoi (le contrôle et le bronzage).

    RépondreSupprimer
  2. Votre constat est assez proche de celui fait par la famille Macheprot de l'article "Les Macheprots: rendez-vous en terre inconnue, la civilisation" chez Saucisson-Pinard.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef17/08/2016 20:14

      d'ailleurs , pour aller dans tous les pays du monde , faut un visa
      dernièrement , pour aller en Inde, j'ai dû remplir la case "religion"....
      bon, j'ai mis "catholique" comme un grand , vu que j'ai été élevé comme ça

      je crois que l'Islande n'en réclame pas aux ressortissants européens ( j'ai du mal à m'en souvenir )
      les restes du monde , comme ils disaient sur anal puce .....

      Supprimer
    2. Oui, il faut un visa pour aller en Arabie Séoudite ou dans tout autre pays du Moyen-Orient. Mais c'est prévu pour le cas ou vous auriez le désir et l'intention de vous y installer. Sont malins ! (on ne rigole pas !)

      Supprimer