"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mercredi 17 août 2016

Hollande ? combien de divisions ?



Le Bureau des Paniques Générales est désormais ouvert non-stop (H24, 7/7, y compris le 1° Mai et pendant le Ramadan…) Il est vrai que je ne sais pas trop où se trouvent exactement ses locaux, là où transpirent les têtes d’œuf qu’il emploie pour bricoler des "actions de retardement" avant de devoir se résoudre à une reconversion en cellule d’assistance psychologique. Logiquement et pour des raisons pratiques, ses locaux devraient se situer, à portée de scooter, entre l’Elysée, Matignon et Solferino. Mais on s’en fout…

C’est vrai que le Bureau porte bien son nom au vu de ce qui en sort : Ça saute du coq à l’âne, des communiqués comprenant mais sans se mouiller le psychodrame estival du Burkini à l’obligation de n’utiliser que des coton-tige à manche en carton. Quant à la réactivation de la Fondation subventionnaire pour les œuvres de l’Islam de France sous les auspices de Chevènement, elle prend l’eau de partout avant même de toucher les flots…  

Bon, alors que reste-­t-il à sortir du chapeau, euh, de la boîte à outils ?  

"- Le Pape ? Combien de divisions ? " a dit un jour Staline. Le Pédalonaute en était resté là. Mais aujourd’hui, une seule brigade, une compagnie, euh, rien qu’une section de grenouilles de bénitiers, même homophobes pourrait suffire à faire la différence ; parce que les divisions de Solferino, hein…

Il avait déjà instrumentalisé "Charlie" pour réunir autour de lui à Paris, non pas un G7 ou 8 où l’on bosse, mais un G34 ou plus où l’on n’avait qu’à défiler pour qu’il soit pris en photo entouré des grands de ce monde…
Aujourd’hui, avec son cynisme qui n’a d’égal que son mépris pour les sans-­dents en général et les Cathos en particulier, c’est sans vergogne qu’il ose instrumentaliser le martyr du Père Hamel à des fins exclusivement électoralistes.

Car il n’y a aucune autre explication possible à sa visite d’aujourd’hui au Pape. Regardez l’historique :

- D’abord, en ce qui concerne les usages :
Dans un pays qui-n’a-pas-de-racines-chrétiennes-mais-où-c’est-quand-même-pas-rien, aucun de nos présidents successifs n’a manqué d’aller rencontrer le Pape. Ce n’est évidemment ni le premier déplacement à l’étranger réservé à Berlin ni les suivants. Mais ça a lieu en général au bout d’un an de mandat. Le Pédalonaute, pour sa part, a effectué cette visite – vite fait et fort discrètement – en janvier 2014, bien après sa visite à… Monaco.
A l’occasion de cette visite protocolaire au Vatican, contrairement à tous ses prédécesseurs, il avait refusé d’entrer dans l’église Saint-Louis des Français ; église qui appartient à la France et dans laquelle se trouve, parmi d’autres, mon tableau préféré : La vocation de St Matthieu du Caravage. Toussa, par respect pour la laïcité… Sans oublier qu’avec le Pape, contrairement à ses prédécesseurs tout le monde, il s’était assis le premier sans qu’on l’y invite (mais c’est vrai qu’il fait pareil avec la reine d’Angleterre…)

- Ensuite, en ce qui concerne le mépris constant affiché à l’égard de l’Eglise et de ses chefs :
            Ne nous étendons pas sur les déclarations et propos tenus par les plus hautes autorités de l’Etat sur l’arriération mentale et la nocivité haineuse des prélats et de leurs ouailles lors des MPT…
            Ne nous étendons pas non plus sur la chasse aux sorcières "prêtres = pédophiles" et les encore récente propos quasi hystériques de la secrétaire d'Etat à l'aide des victimes (j’ai découvert que ça existe ; Juliette Méadel, retenez son nom) Piétinant la présomption d’innocence, cette donzelle que nous payons on ne sait trop pour faire quoi, s’est payée le ridicule de réclamer es qualité la démission de Mgr Barbarin accusé dans une affaire qui vient d’être purement et simplement classée sans suite…

- Enfin, en ce qui concerne l’impact de ce mépris sur les intérêts de la France :
            Grave pour la France a été le comportement de Hollande et de sa clique sur un plan diplomatique : En janvier 2015, sans concertation préalable, Paris notifie au Vatican le nom de son nouvel ambassadeur. Comme le veut l’usage entre chancelleries, le pays de destination donne expressément son agrément, au plus tard dans les deux mois. Or la diplomatie est quelque chose de feutré ; on répugne à devoir exprimer un désaccord… Contrairement aux usages administratifs pour économiser bestialement du papier, dans les usages diplomatiques qui ne dit mot dans les délais ne consent pas… Pile au bout de deux mois de silence du Vatican, comme c’est curieux, les médias font leurs choux gras en titrant : "Le Vatican refuse un ambassadeur parce qu’il est homosexuel" La volonté kss kss de faire céder le Vatican était évidente et cela a trainé pendant près de dix-huit mois avant que Paris ne se décide enfin à proposer un nom acceptable pour les deux partis. Pendant ce temps-là, les relations entre les services se sont relâchés. Si le Saint Siège n’a pas de divisions blindées, il dispose avec son réseau de nonces apostoliques et son maillage d’informateurs dans les églises nationales du monde entier d’un outil d’information et de moyens d’intermédiation que personne ne néglige… Sauf le quai d’Orsay durant ces deux années qui ont été cruciales en matière de choix géopolitiques, stratégiques et tactiques à faire, notamment au Moyen-Orient. Mais cépagrave  

Et voilà que, huit mois et demi avant la fin de son mandat, François Hollande se rend en audience privée chez le Pape !
Et il y met la sauce ! Il commencera ce bref déplacement à Rome par… une visite à Saint-Louis des Français pour s’y recueillir en mémoire des victimes du terrorisme !
Le communiqué officiel de l’Elysée est court : "Le président de la République se rendra à Rome le mercredi 17 août. Il sera reçu en audience privée par le Pape François au Vatican." Point barre. Mais les médias relaient avec gourmandise les propos des communicants du Château :
"Cette audience privée marquera un resserrement des liens", "sur les crises écologique ou migratoire comme sur le terrorisme, les positions se rejoignent" et patati et patata...

En revanche, il s’agira bien d’une audience privée qui répond à des règles bien précises :
Tout d’abord, le Pape n’invite pas ; c’est son visiteur qui a demandé audience et sa demande a été acceptée.
Le visiteur peut être accompagné par un nombre limité de personnes (maxi 8 ou 10), sachant que l’audience proprement dite se veut une rencontre courtoise sinon amicale et éminemment personnelle avec le Pape
(bien entendu, la technique fait l’objet à cette occasion d’entretiens bilatéraux entre leurs collaborateurs)
A titre d’exemple, Obama avait amené toute sa famille, Sarko divers intellectuels dont Denis Tillinac… Hollande, lui, outre deux autres personnes dont les noms n’ont pas été indiqués, se fait accompagner par Bernard Cazeneuve en sa qualité de ministre des cultes… Autant dire qu’il n’a rien compris à ce qu’est une audience privée chez le Pape…

Il n’a rien compris non plus aux motivations profondes, aux fondamentaux, de ce qu’il imagine être un « vote catholique » Planant hors sol, il n’a rien compris non plus aux effets de ces quatre ans d’ironie méprisante à l’égard de cette lui-disant "communauté". Et rien compris à l’inanité des pauvres carottes verbales qu’il cherche à leur tendre…   

Il y va pour la photo…

Et c’est une insulte de plus…


4 commentaires:

  1. Une nullité absolue. Il y a eu des rois de France plutôt nuls (pas à ce point tout de même), mais c'était la faute aux règles de succession héréditaire, et non pas la faute de la connerie d'une courte majorité d'électeurs dépités du prédécesseur. Au chapitre "Républiques", il me paraît indétrônable sous ce rapport. Il y a peut-être quelque chose qu'il commence à comprendre (une fois n'est pas coutume), c'est que dans neuf mois il dégage du poste qu'il occupe de façon indue et proprement scandaleuse. Je sais que parmi les catholiques, il y a aussi de fieffés cons, mais je doute qu'ils soient nombreux à tomber dans le panneau ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef18/08/2016 11:17

      j'en mettrais pas ma tête à couper , si j'étais vous
      suffira qu'un papet quelconque prononce une fatouha contre Marine et ça fera la blague
      rendez vous compte , une mécréante ( hé oui , elle est divorcée , vit en concubinage , toussa ) qui veut pas accueillir toute la misère du monde....dont elle est responsable en plus, vu les antécédents de son père , le bas sagouin !
      il se trouvera bien quelques pour cents des cathos pour mettre leur obole dans le tronc républicain
      disons 10%
      comme en même temps 100% des misilmons auront signé pour gras du bide....

      Supprimer
    2. Mettre sa tête à couper, ça a été supprimé par la Mitte inspirée par cette baderne de Badinter, mais ça vient d'être rétabli pour faire plaisir à Allah (qui est grand et miséricordieux et toussa, comme chacun sait) et actuellement c'est très "tendance" ... Notez bien, cher kobus van cleef, que je n'ai pas dit qu'il n'y aurait aucun catho pour (re)voter Hollande ; croire en Jésus-Christ et professer la religion millénaire de la France n'a jamais été un brevet de discernement et d'intelligence dans les aures domaines, notamment le politique. Et même sur le plan religieux, pour certains d'entre eux, l'intelligence est surtout avec l'ennemi, ils ne se sont pas aperçus qu'Allah (qui est grand et miséricordieux et toussa, comme chacun sait) n'a rien à voir avec le Bon Dieu cher à Sainte Thérèse. Mais il est vrai que le discours qui vient de haut lieu a une nette tendance à brouiller les cartes et ne facilite pas la distinction.

      Supprimer
    3. kobus van cleef19/08/2016 00:38

      remarquez , dans division, il y a division, justement
      y a pas multiplication
      acceptons en l'augure

      Supprimer