"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 21 septembre 2013

Quand le vent réinvente…



Le petit-chose avait donné une rédac’ à faire à ses cancres :"- Faites-moi chacun un conte de fée d’anticipation décrivant votre France en 2025" C’est vrai que, lui, manquait d’idées et caressait l’espoir de pouvoir compiler toussa en une belle contraction de texte qui ferait un bon support de communication pour la rentrée, histoire d’occuper les acurabas jusqu’aux municipales sans qu’ils lui causent trop des sujets qui fâchent…
Las ! Désespérément incultes, les mômes ont eu beau sucer leurs crayons, leurs copies se révélèrent toutes affligeantes de banalité bisounoursienne et carrément cucul la praline… Que faire ?
- Simple ! On va faire un clip ! Sur la suggestion de Montebourg de mes deux² (Florange, Peugeot, Mittal, toussa), toujours aussi inventif, on va raquer un max de thunes à quelques communicants, verser un cachet au pote Podalydes pour tenir le micro et payer un paquet de minutes d’antenne aux chaînes de télé.

Et pourquoi donc ? Ben, pour accompagner les "34 plans d’action destinés à doper les filières industrielles du pays" ! C’est bouclé et on a pu dévoiler cette merveille hier jeudi devant un parterre d’industriels convoqués à l’Elysée et qui ont sûrement applaudir sans regarder leurs montres (en général ils ont du savoir-vivre)

Que c’est beau ! La France éternelle ! Curieusement, alors que Peillon s’escrime à vider l’histoire de France de toutes ses réalisations passées, on appelle au secours pêle-mêle Colbert, Louis Renault, les frères Montgolfier, Denis Papin et sa cocotte-minute… De Gaulle et Pompidou !  Sonorisé par Vivaldi avec Hollande et Montebourg en prime…
Mais pourquoi donc ? Ben, faute de savoir inventer, on peut toujours avancer la fiction de inventer… Comme on ne sait se justifier que par le recours compulsif aux HLPSDNH et que ça ne marche plus, essayons-en donc le négatif photographique, y a que ça qu’on sait faire…

Et pendant qu’on y est, rappelons que la France a TOUT donné au monde ! Même la radioactivité…
Finalement, pour réindustrialiser le pays, comme au temps du stakhanovisme soviétique, il suffit de (ré)inventer un slogan. Et le slogan subliminal qu’il y a derrière toussa, ce n’est finalement que :
- "Comme nos prédécesseurs étaient bons, nous le sommes aussi, sachez-le…"

Bon, cépatout, c’est

Même Libé s’est fendu d’un papier où je lis :
"Le rythme tout comme les choix visuels évoquent une sorte d'hybride entre un pur moment de réalisme soviétique et la vidéo d'intro du séminaire de remotivation à Deauville d'un groupe de roulements à billes."

Putain ! Mais qu’on les vire !

8 commentaires:

  1. Damned! Je suis déçu: le lien ne fonctionne pas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci! Il aurait été dommage de louper ça.

      Supprimer
  2. Ben non, c'est pas là. Fallait prier Sainte Rita, patronne des causes perdues et du HTML.

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que Libération a assez bien résumé le truc. Je vais peut être rebondir sur ton billett

    RépondreSupprimer
  4. Ce clip est proprement hallucinant !

    Remarquez, il m'en rappelle un autre, de l'époque de tonton, ou l'on voyait l'origine de la Garonne remonter à Poitiers (la Souterraine, peut-être).

    RépondreSupprimer
  5. Mon Dieu, Mon Dieu, Mon Dieu ! mais quesqu'on vous a fait pour nous coller une engeance pareille hein ?

    RépondreSupprimer