"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 8 novembre 2014

Pelle-à-tarte au pont d’Arcole…



Au pont d’Arcole (province de Vérone), il faut franchir l’Alpone pour repousser les Autrichiens et autres réacs…
Sous la mitraille, avec la dégaine du soldat, le regard du rapace, le drapeau à la main et sabre au clair, Buonaparte s’élance sous les boulets…

Au pont d’Arcole (métro Hôtel de Ville), il faut franchir la réforme pour repousser le chômage et autres réacs…
Sous les sondages, avec la bedaine de l’ENA, les lunettes du Chirac, l’anaphore à la main et la Gayet en bandoulière, Pelle-à-tarte se cramponne au parapet…

P’tain ! C’est pas possible ! Il faut encore que j’en reparle ! Alors qu’il n’y a rien à en dire. Excusez-moi.

Pensez qu’à peine achevée sa prestation dans l’étrange lucarne de Té-hef-un, dans la tranche 21h-Minuit, les commentaires et débats qui meublent le temps d’antenne des chaînes dites d’information ont consacré autant de temps sinon plus à Nabila la divine qu’à lui ! Quand je vois ça, je me dis qu’il devrait m’allouer une pension pour tous les efforts que je déploie pour faire sa promotion comme on dit ! D’autant que ce n’est pas cher vu que c’est l’Etat qui paie

Cette précision rassurante qu’il a apportée à je-ne-sais-qui ne m’avais certes pas échappée. Mais, n’ayant pas suivi la chose en live, j’avais eu du mal à croire qu'une telle énormité avait pu être vraiment prononcée en ces termes exacts par le chef de l’Etat soi-même, es qualité, non seulement devant près de huit millions d’acurabas mais aussi le plus officiellement du monde,  devant tous les journalistes et analystes étrangers, notamment anglo-saxons… J’avais donc laissé ça sur l’étagère pour le creuser un peu et du coup oublié d’en parler hier…

Parce que c’est vraiment the top de la soirée de jeudi. La seule annonce vraie. L’engagement de ne plus augmenter les impôts n’est que parole verbale qui n’engage que le couillon d’auditeur naïf. Le service civique et les jeux olympiques de 2024 ont autant d’effet dans la durée sur la mare aux canards que les ronds dans l’eau faits par le garçonnet impubère pris d’un besoin pressant… Et le reste et à l’avenant…  

Mais ça ! Imaginez l’effet de cette petite phrase anodine sur la Commission de Bruxelles, sur les gnomes de la BCE à Francfort, sur cette chère Angela… Bref, sur tous ceux qui sont en train de se torturer l’esprit pour trouver comment ils pourraient encore accorder un zeste de confiance aux promesses répétées de la Fwance de faire des efforts en matière de déficit budgétaire !
Et, peut-être le pire du pire : Son effet sur la finance internationale qui n’a pas de visage et les analystes des agences de notation ! C’est à dire sur ceux qui, d’un simple claquement de doigt, peuvent dégrader la note de notre dette et, du jour au lendemain, nous mettre dix milliards de charges supplémentaires annuelles dans la vue pour un demi-point de taux !

Avoir laissé passer dans son propos l’ajout de ce complément accessoire : "…et puis ce n’est pas cher vu que c’est l’Etat qui paie", on le pardonnerait à un analphabète trisomique en ESAT. Là, il n’est plus question de l’incompétence du type, chose dont il faut hélas parfois (souvent) se contenter et faire avec. Il s’agit de dangerosité. Non pas d’une dangerosité potentielle, mais dangerosité réelle et immédiate, ici et maintenant !






Si ! Encore plus !

3 commentaires:

  1. Je crois que vous vous êtes alarmé trop vite au sujet de la Commission de Bruxelles parce que le même jour où Président prononçait sa petite phrase on avait appris que Jean-Claude Juncker, président de la-dite Commission de Bruxelles, était aussi le premier ministre du Luxembourg qui avait organisé l'évasion fiscale - pour ne pas dire la fraude fiscale - de 340 firmes internationales favorisant leur implantation au Luxembourg et du même coup spoliant les partenaires européens (et donc les citoyens européens) de milliards d'euros de rentrées fiscales.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que nenni ! Je ne suis pas plus alarmé que la veille. Je suis seulement scandalisé et je grimpe aux rideaux de voir qu’on s’en gausse sans en mesurer la gravité. Si cette casserole que traîne Junker n’avait pas été découverte, c’eut été pareil. Et que Junker soit déstabilisé ne change rien : Le machin UE reste le machin et l’histoire continue…

      Supprimer
  2. "Ce n'est pas cher, c'est l'Etat qui paie".
    Et personne sur le plateau pour s'indigner et remettre les choses à leur place! Pourquoi? Certes pas parce que Flanby en impose, alors pourquoi? La bonne éducation est souvent une tare, je ne vois que ça.

    RépondreSupprimer