"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 28 avril 2016

Explosion de la popularité de François Hollande dans les sondages…



Euh… Oups ! C’est juste un titre de "Une" pour attirer le chaland.

C’était le titre en caractères gras qu’avait choisi Le Monde.fr le 2 décembre dernier pour annoncer que la cote de notre Président avant augmenté de 22 points d’opinions positives en un mois pour tangenter les 50%, son meilleur score depuis juillet 2012, selon le tableau de bord IFOP/Fiducial pour Paris Match et Sud Radio ; établi, il est vrai après les massacres du 13 novembre.
Si je l’ai repris sans en rien changer, c’est parce que nous en sommes arrivés à un tel stade de déliquescence de la fonction régalienne que seule une réédition du 13 novembre puissance 2 (incluant si possible le Café de Flore, France Télévisions, Sciences Po et… la place de la République, ne l’oublions pas) pourrait éventuellement inverser la courbe du fromage pédalonautique…

En attendant, le boxon s’amplifie d’heure en heure et la vente continue pendant les travaux :

Imaginez un grand pays développé, Etat de droit de surcroît, en situation "d’Etat d’Urgence", où tout rassemblement susceptible d’affecter l’ordre public devrait être strictement canalisé sinon interdit, qui tolère et même ferme carrément les yeux, sur le bordel auquel nous assistons.

Ecoutez le préfet de police de la capitale de ce pays. Qu’a-t-il dit dans son "point de presse" résumant la journée ? – Très exactement quatre choses :

1°- Il a dit que les autorités étaient en train de faire "l'inventaire des dégradations" réalisées lors du défilé parisien, sur "les véhicules, le mobilier urbain et les commerces le long du parcours". Pour quoi faire ? Pour les assurances ? Ce "défilé" avait des "organisateurs", personnes physiques et/ou morales ayant obtenu de la préfecture l’autorisation de défilé (nonobstant l’état d’urgence) Rassurez-vous, ils ne seront pas inquiétés et continueront à passer à la caisse des subventions. Delanoë avait tenté de faire payer la réfection de la pelouse du Champs de Mars à la Manif Pour Tous ; mais çanarienàvoir

2°- Il a demandé aux syndicats de condamner les "débordements" Ne répondez pas tous à la fois. L’Humanité (que nous payons pour ça) titre : "Loi "Travail". Face aux matraques, des défilés à l’unité sans faille" et le prébendier qui préside l’UNEF réclame le désarmement de la police…

3°- Il demande aux organisateurs d’être "plus rigoureux avec leur service d’ordre" car "c'est la contrepartie au droit de manifester"… Tout en "reconnaissant leurs difficultés à maîtriser les débordements" d’individus "organisés et méthodiques, cagoulés et casqués" maîtrisant "les techniques pour enlever les pavés" et les utiliser comme "projectiles pour attaquer les forces de l’ordre"… Ils n’y sont donc pour rien, ils font ce qu’ils peuvent…

4°- Enfin, il a quand-même rendu hommage aux forces de l’ordre qui ont su se maîtriser et… "assurer la sécurité des manifestants"…

Et, cerise sur le gâteau, Manu-la-Mâchoire soi-même y est allé de son tweet :

"Je condamne avec force les violences d'une MINORITÉ d'irresponsables. Ils devront rendre des comptes devant la justice Soutien aux policiers"

Un vrai petit bijou. Vous noterez le "avec force" qui se voudrait plus fort que le "fermement" habituel mais qui ne s’en traduit que plus qu’il condamne "par principe" ou "bien obligé"…
Puis "une MINORITE d’irresponsables", sublime formule qui dédouane tous ses potes, pue le foutage de gueule et ne trompe personne…
Ensuite "rendre des comptes devant la justice" ! Qui ? Où ça ? Défense de rire…
Enfin "Soutien aux policiers" Sec. Y avait plus de place dans les 140 caractères…

De tous les tweets que le sien a suscité, j’en ai retenu un. Celui d’une fille qui lui écrit :

« @manuelvalls vous dites que si le FN passe ce serait la guerre ? mais pour le moment on est avec la gauche et c'est déjà la guerre. Merci »

Ah oui ! La popularité de François Hollande :

Dans la famille des chefs de guerre, je prends…
Tant qu’à faire je prends, j’sais pas, moi… Euh… Bokassa ?


1 commentaire:

  1. kobus van cleef30/04/2016 11:01

    je t'en foutrais , moi , de la popularité....
    rendez vous en 2017, bandes de désinformateurs....ce sera Marine, point barre !
    le pays dusse-t-il en crever!
    zavez pas encore pigé le truc , pas vrai?
    qu'on paye 40 ans d'immobilismes et d'attermoiements ?
    serait temps d'ouvrir les mirettes

    RépondreSupprimer