"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 29 avril 2013

Hystérolaïcité dhimmitudisée bunkerisée phobique…



Je pense sincèrement - je l’écris, persiste et signe - que non seulement cela relève grave de la psychiatrie, mais que le délire anxiogène dont souffre le sujet est entré en phase terminale sans autre espoir de soulagement possible que l’administration d’une surdose létale de Valium…
Le sujet en question est évidemment l’individu qui est censé présider à notre destin grâce au seul mérite d’une convergence inopinée : celle de la haine qu’il a contribué à diffuser à l’égard d’un autre et du retour de flamme d’un fait divers aussi sordide que new-yorkais…     
Nous avions déjà perçu nombre de signes cliniques de l’état pathologique du sujet : Les cartes de vœux de Moi-président à la communauté musulmane pour l’Aït et son silence assourdissant pour Pâques, le caprice de Moi-président exigeant qu’on enlève le portrait de l’abbé Pierre quand il fait l’honneur de sa visite au siège d’Emmaüs, etc.

Et voilà qu’à l’heure du café je découvre ce que le misanthrope du Plessis-Hébert a fait de son dimanche… Grâce à lui et à son intérêt pour l’impressionnisme normand, je découvre la dernière de Moi-président :
Certes, la prudente dérobade d’icelui, qui ne sort plus de son bunker élyséen que pour aller respirer à l’étranger en brûlant du kérosène, a permis aux grands media de passer la chose sous silence. Rouen c’est barbant ; en plus de la contrariété due aux manifestants de tous bords, il risquait même de devoir faire un détour pour éviter de passer devant une statue de notre Jeanne. Imaginez la gêne ! Au moins en Chine y  a pas ce genre de risque…

De quoi je cause, là ?
Ben figurez-vous que sa présence était programmée à l’inauguration hier du festival Normandie Impressionniste au Musée des Beaux-Arts de Rouen.
En vue de ce déplacement présidentiel, ses sbires du protocole étaient évidemment venus contrôler les lieux. Découvrant que  François Hollande devait prononcer un discours devant une immense toile représentant une scène à caractère religieux, et devant l’impossibilité technique de déplacer cet énorme tableau, les autorités ont exigé qu’on tende une immense bâche bleue pour masquer cette horreur…
Ce n’est pas un canular. Ce fut fait en dépit de la complexité de la chose et des heures sup’ nécessaires… Finalement privés de leur chef, les trois ministres de service (
la sinistre de la Kultur, of course et les deux régionaux de l’étape) ont donc pu pérorer sur fond bleu comme les shampouineuses reconverties qui meublent la météo à la télé...

Quant à Moi-président, président à sa mesure et doublement pédalophile, son staff de communicants n’a même pas été capable de lui trouver un empêchement mondain de dernière minute pour expliquer son absence. Ce qui fait que, ailleurs que sur le web, les (rares) journalistes qui en ont parlé n’ont pu que dire la vérité : sa peur des français…
Enfermé dans son bunker, le Président, chef des armées (pas le Deus sabaoth…),sort tout au plus occasionnellement sur son perron pour brasser un peu de vent devant une presse triée à cet effet : "S'il y a un fil rouge dans ce que nous avons voulu faire à travers le Livre blanc,…" (la suite dans votre journal habituel)

Il reste encore à tenir quatre ans et six jours…


8 commentaires:

  1. La plupart des plus grandes oeuvres de notre patrimoine artistique sont à sujet religieux. Pour s'en offusquer, il faut ne pas aimer le Beau ou ne pas aimer la France. Je crois bien que Flamby n'aime aucun des deux.

    RépondreSupprimer
  2. Comme je viens de le signaler en commentaire chez moi, la bâche bleueu y est toujours ! Catherine était furax, j'ai pensé un moment qu'elle allait y foutre le feu…

    RépondreSupprimer
  3. Qui a peint la grande toile bleue sur la droite ?
    C'est bluffant, scotchant !
    Un génie !

    Ils ne vont jamais au Louvre ces gens-là ?
    faudrait multiplier le nombre des gardiens, ils vont nous vandaliser les toiles d'inspiration religieuse.

    RépondreSupprimer
  4. la prochaine fois qu'il inaugure un truc d'art mettons lui une reproduction du celèbre tableau représentant un sexe de femme , cela fera un mur des cons !
    cette bêtise dite ,c'est lamentable virer l'abbé Pierre de chez lui ...Il se prend pour quoi ce parangon de vertu laïque ?il croit que la morale laïque a inventé les dix commandements, il ne reconnait pas le mâle de la femelle, et Dieu, c'est quoi pour lui , un concurrent, heureusement que certains ont encore Dieu pour croire en quelque chose car niveau gouvernement , on ne peut ni croire en quelqu'un , ni les croire tous autant qu'ils sont ...et puis quoi encore ?mais il lui reste a foutre le camp et en courant !

    RépondreSupprimer
  5. Je n'ai jamais ouï dire que la laïcité devait mettre au clou tout ce qui était religieux. Notre Hollande national verserait-il dans l'athéisme extrémiste?
    Encore un peu comme ça et on fonce droit en Soviétie.
    Est-il fou?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Est-il fou?" Vous êtes bien gentille d'y mettre la forme interrogative.

      Supprimer
  6. Fou à lier, fou à enfermer, mais ailleurs que dans le bunker de l'Elysée de préférence. Chaque jour qui passe apporte son lot de témoignages comme quoi, non seulement il est d'une incompétence crasse, mais en plus sectaire au plus haut degré. Au secours!!!

    RépondreSupprimer
  7. Fou à lier ? Oh que non ... Seulement agenouillé devant le lobby truelliste comme on ne l'a pas vu depuis la 3ème République, avec le gazeur espingo en courroie de transmission principale...

    RépondreSupprimer