"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 10 décembre 2013

Lady Nelson et caisses en sapin…



Aujourd’hui, je m’en veux un peu de venir vous déranger pour des motifs bien futiles. Je sais que nombre d’entre vous ont dû poser une journée de congé ou se faire porter pâle (dame Sécu passera payer) Car je suis sûr que, comme la ménagère de quarante ans, vous êtes tous confortablement calés dans le canapé du salon devant la télé. Elle restera allumée toute la sainte journée et vous devant…  Comment vous le reprocher ? Ce n’est pas tous les jours, même pas une fois par génération, que l’acuraba a l’occasion fugace d’assister en direct et en mondovision aux obsèques de Lady Diana version Banania (machettes hors champ des caméras)
C’est dans des occasions comme ça qu’on regrette Léon Zitrone.

Mais bon. Il y a tant de belles choses à apprendre au cours de cette cérémonie de panthéonisation planétaire. Et puis, il y aura tous les scoops à attendre des envoyés spéciaux plantés comme des pieds de tomates devant un décor qui parle, repassés en boucle par les chaînes d’infos en continu et, surtout, les débats entre experts convenables, convenus, con… Vous savez déjà que le Chinetoque a atterri à Soweto  avant Obama qui n’a pas eu la galanterie de laisser Merkel se poser d’abord. Quatre-vingt autres chefs d’Etats suivent, notre pédalonaute quelque part au milieu.

Mais je ne sais plus pourquoi je vous parle de ça… Ah! Si ! Le fait que la journée d’hier ait été entièrement consacrée à la valse-hésitation sur l’utilisation des avions présidentiels a prouvé que c’était vachement important. N’oubliez-donc pas de suivre aujourd’hui le feuilleton du retour. Notre pwésident profite en effet de l’occase pour aller se montrer à Bangui en rentrant.
D’où la nécessité des deux avions, les quelques membres du gouvernement accompagnant le chef aux obsèques n’ayant pour la plupart rien à foutre en Centrafrique, qui sont ceux qui vont devoir se coller Sarko ? (ça c’est pour ma séquence people et je m’en excuse, faut bien meubler)

Reste la question dont vous aurez sans-doute la réponse ce soir : Quel est le programme de l’escale à Bangui ? N’oublions pas que si la mission officielle de nos troupes au Mali est de détruire les méchants, celle de nos troupes en Centrafrique n’est que de s’interposer entre les factions en restant neutre… Sauf incohérence diplomatique (une de plus) Hollande ne devrait donc pas rencontrer son homologue local qui a été porté au pouvoir par un coup d’Etat soutenu par ceux-là mêmes que nos soldats affrontent. Il n’y va donc que pour rencontrer nos troupes et s’incliner devant les photographes deux premiers cercueils de nos soldats tombés là-bas sans qu’on ose nous dire vraiment contre qui on se bat.
Mais sa cote remonte d’epsilon dans les sondages, cébien.   

J’allumerai la télé demain.     

4 commentaires:

  1. "Lady Diana version Banania" j adore !

    RépondreSupprimer
  2. Pour Soljenitsyne c'était plus calme:
    http://www.lekiosk.com/article-58065.html

    RépondreSupprimer
  3. Uns question inutile : Les gens du cabinet élyséen se sont ils bousculés pour être plus prêt du commandant du pédalo ou bien ont ils tout fait pour échapper à la corvée ?

    RépondreSupprimer