"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

lundi 2 décembre 2013

On n’en a pas beaucoup bavassé à la télé…



Hier dimanche, les Croates étaient appelés aux urnes. Maipourkoi ?

Ben pour répondre à un référendum d’initiative populaire. Heureux Croates qui ont ça dans leur arsenal constitutionnel. Ce n’est pas comme chez nous où l’exécutif et la majorité en place gardent de toute façon la main en cas de "référendum d’initiative partagée", une singerie toujours pas applicable et ne pouvant traiter que de questions qui ne se posent pas avec des exigences dans une fourchette où le plancher est au-dessus du plafond…
Chez eux, même pour modifier la Constitution, dès lors que le nombre de signatures valides de la pétition est atteint, l’exécutif est obligé d’organiser le scrutin et d’en appliquer le résultat qui s’impose à lui. Et cela sans quorum de minimum de participation (tant pis pour vous, z’aviez qu’à aller voter…) !

Un nombre suffisant de citoyens s’étant pour cela personnellement fendus des démarches individuelles nécessaires, le peuple avait donc à se prononcer hier sur la question suivante :
"Faut-il inscrire dans la Constitution que le mariage est l’union d’un homme et d’une femme ?"

Bien sûr, les militants des dwoidlomme™ ont transpiré et le chef du gouvernement de centre gauche a sermonné les masses et déclaré solennellement en appelant à voter contre :
"C'est un référendum triste et insensé. (...) J'espère que c'est la dernière fois que nous aurons à organiser un tel scrutin de cette manière et sur ces questions".

Plouf…  Le oui l’a emporté avec 65,7 % des suffrages exprimés et va falloir intégrer ça dans la Constitution. Du coup, Josip et Dimitri devront aller se marier ailleurs, sauf à attendre une majorité des deux-tiers pour remodifier la Constit’. Mais soyez rassurés : Ils ont un bon motif pour obtenir l’asile politique en Fwance…

J’ai aimé ce qu’a dit Tomislav Karamarko, le chef du principal parti d'opposition :
"Il s'agit de maintenir notre droit d'être ce que nous sommes. Malheureusement, nous devons, pour ce faire, introduire dans la Constitution quelque chose qui est naturel"…

J’ai surtout adoré l’aveu totalitaire contenu en arrière-pensée dans la finale du propos d’un de leurs militants des dwoidlomme™ :
"Je m'aperçois que l'on utilise des méthodes démocratiques pour menacer des  valeurs fondamentales de la démocratie. C'est à la majorité qu'il revient de lutter pour les droits des minorités"

Reste une question : Comment vont réagir la Reding et les autres gnomes de la Commission ? La Cour européenne de justice ? Sûr que si ces cons de Croates avaient voté ça au printemps dernier on aurait différé leur adhésion ! Mais ils sont dedans depuis le 1° juillet ! Que faire ? Salauds de Croates !  

5 commentaires:

  1. Ben ça alors, nous sommes en transmission de pensée ma parole !

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que c'est la dernière fois que nous aurons à organiser un tel scrutin de cette manière et sur ces questions" ce qui veut dire que cela ne va pas se passer comme cela : On va vous concocter une nouvelle constitution parfaitement démocratique vive les doigtdl'homme et le c** dla fem'

    RépondreSupprimer
  3. ils montent dans mon estime ces Croates..quoiqu'ils en ai rien à faire, mais c'est pas grave

    RépondreSupprimer
  4. Ca fait du bien de savoir qu'il y a encore des gens dans leur bon sens en Europe.

    RépondreSupprimer