"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

"Il y a deux aristocraties : celle du haut et celle du bas. Entre les deux, il y a nous, qui faisons la force de la France.

mardi 7 mars 2017

La Vacuité, moteur de la sociétale-ploutocratie (c’est scientifique…)



De plus en plus souvent, la fiction devient réelle et le réel dépasse l’affliction. Je vous propose aujourd’hui une contribution universitaire essentielle à la compréhension de l’éternel présent sans souci d’avenir.
Il s’agit d’une synthèse des travaux du Dr Bruce Wayne, professeur, nobelisable, directeur de thèses et chercheur réputé en sociologie politique à la Batman University de Gottham. Validé par le comité scientifique de l’université et par le comité de lecture de la revue, ce document vient d’être publié par l’International Journal of Crowd Control dont la rigueur scientifique n’est plus à prouver :

[NDLR : Comme c’est long à lire et pour la clarté de lecture, j’ai supprimé un graphique, les innombrables renvois et, surtout, les annexes que l’on pourra utilement retrouver dans la traduction française intégrale ici On notera que le style un peu laborieux résulte d'un texte d'origine écrit en anglais américain...]  
______

« Un test a été mis en place dans un pays de l’Europe de l’Ouest (la France) pour évaluer les possibilités de contrôle d’un pays entier grâce à un candidat vide (emptycandidate–EC) dont le manque de cohérence est l’atout principal. Cette approche est basée sur la théorie TLTS classique. Ce papier introduit les résultats préliminaires avant le début de la vraie campagne présidentielle, c’est-à-dire en "mode libre".
Mots clefs : Contrôle des foules – Politique – Election – Communication – Vide – Démocratie.

1.    Introduction
 Depuis les premières révolutions aux États-Unis et en France, l’expansion de la démocratie a permis à un nombre toujours plus grand de gens de participer au processus de gouvernement de leur propre pays. Bien sûr, l’influence n’est pas uniformément distribuée puisque certains systèmes n’accordent pas le même poids à tous les citoyens quand ils sont consultés ou en raison de leur influence personnelle, sur la base des moyens dont ils disposent pour exprimer leur opinion ou influencer celle des autres. Le moyen le plus important, dans de tels régimes dits démocratiques, est l’information. Ce mot peut avoir deux sens : l’information que l’on rassemble à propos d’un sujet, ou bien la capacité à informer autant de citoyens que possible. Pendant longtemps, la presse - soit à travers les journaux, la radio ou la télévision - a eu un quasi-monopole sur le rassemblement et la diffusion de l’information. Cela a permis un contrôle assez aisé des idées politiques dans différents pays, essentiellement grâce à la possession par de grands groupes des marques et moyens de mass-media. Toutefois, Internet a profondément modifié la situation et depuis son avènement une dangereuse autonomie se développe dans les populations de la plupart des démocraties, du fait que l’information peut être proposée et diffusée malgré des moyens très limités à un grand nombre de gens, menaçant la capacité des grands groupes à influencer à leur avantage les politiques de ces pays. Par ailleurs, la situation actuelle dans beaucoup de pays occidentaux est devenue très instable au point d’affecter la globalité du système socio-économique sur une échelle tellement large que le temps est venu de mettre au point de nouvelles stratégies. Dans cette étude, nous analysons les résultats préliminaires obtenus sur un test mis en œuvre en France par l’usage d’un Candidat Vide (Empty Candidate, EC) dont le manque de cohérence est utilisé pour évaluer la possibilité de contrôler un pays entier en utilisant une gestion orientée vers les foules comme vers les individus. Cette approche est fondée sur la théorie TLTS classique.

2.    Théorie TLTS :
 Dans cette section, nous rappelons brièvement les bases de la théorie TLTS (The Larger The Stupider ou Plus c’est Grand, plus c’est Stupide). Cette théorie fait l’hypothèse que les échantillons de population de grande taille ont des capacités cognitives diminuées. Grossièrement, si pour des groupes de taille suffisamment petite les capacités cognitives sont augmentées par comparaison avec celles des individus isolés, une valeur optimale critique existe au-delà de laquelle la capacité cognitive du groupe diminue de "supérieure à la moyenne" à "moyenne" puis à "inférieur à la moyenne". Cette diminution est non linéaire.
La théorie TLTS doit toutefois être étendue pour des groupes plus larges - puisqu’elle n’est valide que pour des échantillons de taille d’environ 1000 individus. À l’échelle d’un pays, un autre phénomène apparaît : la transition IDGAF (I Don’t Give A Fuck ou transition Je N’en Ai Rien à Carrer). Cette transition signifie que non seulement les gens sont passés sous le niveau des carottes en termes de capacité cognitives, mais ils cessent purement et simplement de recevoir d’input significatif et passent dans l’état IDGAF. L’ordre de cette transition est toujours objet de débats, mais le désordre qui en découle peut prendre des proportions cataclysmiques. Au-delà de la transition IDGAF, une échelle négative des capacités cognitives doit être utilisée. D’après cette théorie, il devient beaucoup plus facile de communiquer des idées prédéfinies à de larges groupes de personnes. Qui plus est, des développements récents en dissémination de l’information par la télévision et les mass-media ouvrent de nouvelles perspectives sur la façon de promouvoir ou suggérer des comportements qui seraient autrement inimaginables. C’est de cette dernière stratégie que l’approche EC tire ses principaux concepts.

- Le candidat vide et sa stratégie : Le but principal de l’approche EC est d’essayer de placer au pouvoir un individu apparaissant de nulle part et, potentiellement, capable de faire n’importe quoi, puisqu’il ne serait porteur d’aucune idéologie significative connue du public. L’essence de cette stratégie est donc de trouver cet individu exceptionnel, capable de parler sans communiquer de sens ou capable de dire une chose et son contraire sans rougir.
- Le background du candidat ne devrait être porteur d’aucune position idéologique politique claire – comme nous l’avons déjà suggéré – mais il devrait surtout être égocentré et vain, orgueilleux et doué de connaissances historiques et morales limitées. Nous avons, dans un premier temps, considéré un psychopathe non condamné (mais la situation paraissait trop risquée pour une analyse des risques en termes de relations publiques dans le cas de personnalités à tendances psychopathologiques). Le candidat logique suivant était donc un banquier d’affaires ou un analyste des marchés. Une opportunité est apparue quand Emmanuel Macron a déclaré son désir de devenir président et nous avons pris contact avec lui. Sa capacité à produire des déclarations contradictoires était déjà grande en raison de son passé professionnel. Comme l’a dit Alain Minc : "- Non, il l’avait rencontré [Rothschild] mais je lui avais dit : il faut le prendre à tout prix parce qu’il était exceptionnellement charmant et intelligent. Et que ce sont les qualités d’un banquier d’affaires. Un banquier d’affaires doit être intelligent, souple, rapide et s’il peut être en plus charmant – parce que c’est quand même un métier de pute". Nous avions donc grande confiance que,sur la base d’un niveau professionnel aussi élevé en termes de mensonge, une grande carrière d’homme politique s’ouvrirait pour lui. Comme il avait, par le passé, fait des déclarations contradictoires sur le fait qu’il était ou non socialiste, un homme de gauche ou un homme ni de gauche ni de droite, il paraissait évident qu’il avait un indice IFY élevé. Il avait en outre trahi un groupe d’importance stratégique (Alstom) alors qu’il était conseiller du Président de la République française, ce qui a achevé de nous persuader qu’il était l’homme capable de continuer la présidence de Hollande-le-Grand. Qui plus est, ce candidat fait écho à un autre président issu de la banque Rothschild, Georges Pompidou, qui a fait voter en 1973 la loi qui a permis de transférer le pouvoir de battre monnaie de l’État aux banques. Autant dire que Macron est l’homme qu’il nous faut s’il marche dans les pas de son prédécesseur.

- Plus c’est gros et plus ça passe (PGPP) : L’approche évidente, pour l’EC, était de se présenter comme anti-système puisque Hollande était très impopulaire. Bien sûr, le CV de Macron disait on ne peut plus clairement l’inverse exact, mais telle est la beauté de la technique PGPP, particulièrement efficace sur les citoyens de niveau cognitif égal ou inférieur au niveau "journaliste". Toutefois, il était très important de cacher les gens soutenant ou travaillant pour la candidature de l’EC (cf. Annexe pour une liste) dont il était évident qu’ils faisaient partie du système. Mais ce fut relativement facile puisqu’ils avaient un large contrôle des mass-media et c’est la beauté de cette stratégie : quand on est à ce point un produit du système, on peut le cacher facilement. Même avec 39 unes de magazines au 24 novembre. Nombre qui n’a pas dû aller en diminuant depuis mais nous n’avons pas pris le temps de refaire les statistiques…

- Stratégie :   La question de la stratégie est, en un sens, la plus difficile et la plus facile. La plus difficile parce qu’il est essentiel de contrôler les manifestations publiques pendant les meetings, ce qui a nécessité des investissements significatifs pour faire appel à des sociétés de communication et de relations publiques, spécialisées dans les yaourts ou toute autre stratégie marketing, avec des sociétés telles que Little Wing, par exemple. Il est aussi très important d’éviter que l’EC soit impliqué dans quelque forme de débat que ce soit puisqu’il n’a à offrir que des phrases vides et très peu d’expérience du débat politique. Ainsi, il a refusé à ce jour toute forme de débat. Un contrôle étroit du public des meetings du candidat donne une bonne image à l’ensemble du public du pays, manifestant un hyper-enthousiasme qui est exclusivement le résultat de groupes de fans pré-organisés et soigneusement contrôlés.

- Clairement, le candidat Macron est anti-système et ne reçoit aucun soutien de la presse, sentiment qui doit être renforcé le plus possible auprès du public pour la réussite de la stratégie EC.
- Un échec de stratégie de communication s’est fait jour lorsque le clip utilisé pour vendre la grande force du peuple français (selon le point de vue supposé de l’EC) a été mise à jour comme essentiellement composée de figurants étrangers mais cela a rapidement été oublié. De même que ses affirmations telles que "il n’y a pas de culture française" ou que "l’art français, il ne l’a jamais vu" (on notera la touche PGPP et la logique mondialiste forte qui sous-tend ces propos). Il est bon également d’éviter de rappeler le mépris qu’il peut manifester envers les simples gens, qui ont quand même un bulletin de vote, même en tee-shirt. Finalement, l’absence de toute forme de programme ou d’idéologie assumée facilite les choses : personne n’a à travailler sur des questions politiques et à proposer des solutions difficiles à mettre au point pour résoudre des problèmes tout aussi difficiles et surtout cela rend presque impossible à quiconque d’attaquer l’EC sur ses idées, puisqu’il n’en a aucune. Il a également essayé une approche fondée sur des déclarations contradictoires rapprochées, prétendant être pro-anti-LGBT et pro-LGBT, pro-anti-colonisation et pro-ex-colonisateurs, etc. mais cela semble avoir été un peu contre-productif et conseil lui a été donné de revenir à ses déclarations vagues, suivant la technique WWHF [cf. plus loin]. Il faut noter que certains journaux se font l’écho des contradictions de l’EC de façon quelque peu gênante, en pointant notamment qu’il a pu déclarer au cours de l’année 2016 être pour le maintien et pour l’assouplissement des 35 heures, pour et contre la dégressivité de l’indemnisation du chômage, pour et contre une hausse de la taxation du diesel, pour et contre la suppression de l’ISF. À cet égard, le moment est venu de présenter un semblant de programme fondé sur les éléments les plus consensuels – indépendamment des problèmes de fond du pays – afin de moins prêter le flanc à la critique sur le programme.

- Technique WWHF : La technique wet-water and hot-fire (WWHF) est fondée sur l’idée qu’il est possible de parler des heures durant sans proposer de vraie idée politique, sans prendre parti, mais construire simplement sur des propos vides et consensuels (consensual-empty-statements–CES, technique de l’eau ça mouille et le feu ça brûle). L’EC se révèle un pratiquant incroyablement efficace du CES, capable de produire plus de 50 CES par heure, ce qui a permis de résoudre le problème des promesses impossibles à remplir. De fait, jusqu’à aujourd’hui, beaucoup de politiciens se sentaient obligés de dire plus ou moins quelque chose à propos de leurs intentions supposées – même s’ils n’avaient aucune intention de les mettre en œuvre voire pensaient l’exact opposé–mais ces stratégies conduisaient à des débats de fin de règne problématiques qui pouvaient significativement diminuer les chances de réélection. C’est l’approche "sans engagement" de la politique (no engagement approach to politics – NEAP), qui n’avait jamais été introduite à une telle échelle auparavant.

- Environnement de l’EC : L’approche EC est rendue possible par l’environnement politique du pays, qui traverse diverses crises :— absence de confiance dans les hommes politiques, les partis politiques et les journalistes — mépris des journalistes et des politiques pour le peuple et réciproquement— absence de conscience chez la plupart des hommes politiques de niveau national et chez les journalistes — terrorisme et autres graves menaces — désagrégation du parti socialiste et attaque du candidat de droite qui pourrait bien l’empêcher d’atteindre le deuxième tour des élections, puis de Le Pen. Il y aussi des problèmes mineurs comme le chômage, qui atteint des niveaux historiques, la crise de l’éducation nationale et quelques autres considérations mais, comme d’habitude, elles ne pèsent pas lourd dans les centres d’intérêt des hommes politiques donc nous ne perdrons pas plus de temps sur ces détails. Qui se soucie des points de détail, au fond ?

3.    Discussion et conclusion :
- Jusque-là, à travers différents sondages, nous avons été capables de faire croire aux gens que l’EC est un candidat valable et cette stratégie est renforcée par un journalisme biaisé qui ne pousse pas l’EC dans ses retranchements. Le contrôle de la presse via le groupe support de l’EC ne peut pas faire de mal non plus. Ces sondages soulignent un fort aveuglement du pays, puisque la majorité des gens – du moins ceux qui votent – croient simplement ce qui leur est dit ou n’en ont "rien à carrer", grâce à la transition IDGAF et en accord avec le paradigme TLTS. Par ailleurs, quelques signes peuvent susciter l’inquiétude : des rumeurs négatives de toute sorte commencent à apparaître sur le web ou dans quelques médias officiels, certaines d’entre elles directement provoquées par l’EC et d’autres dues à des investigations récentes ou plus anciennes qui sont rendues plus visible du public. Notre recommandation pour le futur du candidat est de conserver les approches PGPP et WWHF qui ont bien fonctionné jusque-là. Il devrait également travailler sa voix qui paraît très fausse dans certains de ses discours publics et faire attention à ne pas s’exploser les cordes vocales en hurlant comme un capricieux-pas-si-adulte. Il doit également continuer à faire en sorte que les gens ne se souviennent pas qu’il était totalement impliqué dans la présidence Hollande, autrement cela pourrait lui faire un tort considérable, et nous aurons alors une grande chance de le voir atteindre le deuxième tour des élections, qui le verrait gagner facilement le prix sans effort puisqu’il serait très probablement opposé à Marine le Pen. De cette façon, nous aurons atteint notre but : démontrer que la démocratie est une farce et reprendre un peu de fromage avant de passer au dessert, aux frais du contribuable. »
B. Wayne

Ce sera tout pour aujourd’hui.


2 commentaires:

  1. Tout à fait excellent! Merci.

    Frans

    RépondreSupprimer
  2. Je dirais même plus, excellent comme à votre habitude ....

    RépondreSupprimer