"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

samedi 4 mars 2017

Parfum de "quasi guerre civile" ?



- Couvrez ! Couvrez ce parfum nauséabond ! Aspergez-vous d’Eau de Racisme, de Black Opium de Sopo, de Androgyn d’Elgébété, de N°5 de chez Najat, d’Eau de Fumée de chez Macron, voire, faute de mieux, d’extraits de fleur d’oranger de chez Le Maire… Bref, vous avez tout ce qu’il faut en magasin pour masquer cette odeur pestilentielle descendant des collines, remontant de la mine et même du RER à Châtelet-les-Halles…

- Oui, M’sieur. Z’êtes bien gentil de nous proposer ces fragrances mais elles ne font que masquer (de plus en plus mal) cette écœurante odeur qui nous importune tous. Vous feriez mieux de chercher d’où ça vient ! Il y a forcément quelque chose qui pourrit dans la cave. Sûr que ça doit grouiller d’asticots et vos parfums n’y feront rien ! Et si ça sent si mauvais, c’est que vous ne permettez plus qu’on descende à la cave pour y faire le ménage ! Paraît que c’est inutile puisque ça ne se voit pas… QUI EST RESPONSABLE ?  


« - Comme des lapins dans les phares, depuis Charlie-Hebdo et l'Hyper-Casher, le gouvernement-Hollande est assommé, KO debout, incapable de se reprendre, de rendre à la France sa sécurité. Il ne fait que de la communication, rites funéraires, défilés, cérémonies, gesticulations. Nulle réforme des services antiterroristes. Un empilage toujours plus branlant de boutiques sécuritaires rivales, jamais réformé depuis N. Sarkozy. Rien de décisif. Pire que tout, impéritie qui ferait virer sur l'heure tout DRH d'entreprise, une situation inouïe qui voit TOUS les patrons des services à vocation antiterroriste partir au même moment, dans les pires dangers. DGSE, DGSI, DRPP, DRM, tous partants dans deux mois ! Du jamais vu : ce ne serait pas si affreux, on pourrait demander à ce que MM. Cazeneuve, Le Roux & Cie. entrent au livre des records. 

- Depuis le KO de janvier 2015, la gauche de gouvernement s'est repliée sur elle-même, évoluant dans un tout petit bocal, dans l'entre-soi d'une connivence quasi sectaire avec quelques journalistes de la presse à sa botte, tous issus des médias-des-milliardaires à la Niel-Drahi ou des radios d'Etat. Là se trouvent ses dernières troupes. Là, Elle recrute confidents, amants, maîtresses. Ceux-là lui énoncent doctrines et ligne de conduite. Tout ce que dit, pense, veut et propose la gauche de gouvernement émane de ce marigot où pataugent aussi des artistes et sportifs d'autant plus prompts à donner des leçons, qu'il leur faut faire oublier exils helvétiques, filouteries et affaires de mœurs. Tel est le syndrome de Byzance :  rencognés au palais, le Basileus et sa cour dissertent du sexe des anges. En vain, d'ultimes fidèles un peu lucides leur crient que les Turcs grimpent aux murailles. Aveugles et sourds, ils périront sans avoir rien compris.

- Mehdi Meklat et escrocs du clan Théo sont les formidables révélateurs de la corruption morale d'une infosphère (symbiose de ceux qui gouvernent et informent) désormais incapable de flairer voyous et filous dès lors qu'ils avancent sous le masque de "malheureuses victimes de l'exclusion et du racisme". Alors que la France rurale et périurbaine est au quotidien pillée, agressée, braquée, que fait le président de la République ? Il pleure sur Théo, dîne à l'Elysée avec la brute éthylique Joey Starr dont les victimes féminines, molestées, rossées, ne se comptent plus. Il a comme confidents et porte-parole un Cambadelis dont même M. Montebourg clame qu'il est une crapule et un Julien Dray, icône de l'antiracisme-monochrome au mille carabistouilles financières genre Sentier, l'homme qui a initié notre monde politique aux us et coutumes des pirates à la taxe-carbone.

Tel est le seul problème de la France. (…) »
Xavier Raufer – le 3 mars sur Atlantico

4 commentaires:

  1. C'est vrai que ça me fait tout drôle - si je peux m'exprimer ainsi - de me dire que je vis dans ce qu'on appelle encore "la France", pour moi, la France, c'était autre chose, je dois être un vieux schnock, imperméable à toute idée de progrès, c'est pas possible autrement ...

    RépondreSupprimer
  2. Dommage que le déjeûner de blogueurs n'ait pas eu lieu hier, tu aurais fait d'une pierre deux coups, avec le rassemblement Fillon.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas ! J’ai failli hier prendre un billet pour remonter mais j’ai renoncé (j’suis obligé de veiller à ma santé…) Inch Allah… Figures-toi que notre prochain déjeuner est en principe… la veille du 1° tour ! (je n’y serai pas, étant de fête de famille en province…) Et toi ? Tu te fais rare !

      Supprimer
    2. Je suis avec vous par la pensée.
      Je ne suis pas dans l'hexagone.

      Supprimer