"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 11 mai 2017

Renouvellement, le Retour…



Alors même qu’on ne saura pas avant quelques jours quel Premier ministre le Cyborg sortira du chapeau pour préparer ses législatives, toulemonde fait déjà des pronostics quant aux guignols prévisibles pour les différents portefeuilles ministériels. Evidemment, les paris sont ouverts et animés avec des cotes fluctuantes pour les principaux postes régaliens comme l’Intérieur, la Justice ou la Défense (qui conservera peut-être la Bretagne en prime) En revanche, le milieu et le bas du tableau intéressent moins ; sans parler du poste de ministre délégué ou secrétaire d’Etat aux anciens combattants qui, s’il est jugé nécessaire qu’il existe encore, sera sûrement pourvu au dernier moment après avoir failli l’oublier comme c’est déjà arrivé…

Parmi les bruits qui courent, il y en a un qui me met en joie : Celle qui semble tenir la corde pour décrocher par défaut le Mickey de "l’Environnement durable" serait Corinne Lepage !

Outre l’avantage d’apporter la contribution de sa personne au sacro-saint "devoir de parité", ça ferait bien dans le tableau tant elle connaît bien le sujet puisqu’elle en vit !
- Ça me met en joie, disais-je, car nous aurions là un bel exemple du renouvellement des équipes dirigeantes annoncé tambours battants par la République en marche (et nous en verrons d’autres…) En effet, cette chère Corinne avait déjà hérité du poste sous Juppé il y a 22 ans. Déjà le genre de nomination décidée sur un coin de table parce qu’il faut bien un ministre de ce truc qui n’intéressait ni Chirac ni Juppé. Pourquoi elle ? Pourquoi pas ! Sa grande qualité était alors qu’on avait beaucoup parlé d’elle dans la presse, s’agissant du domaine en question…
- La réputation de Corinne tenait à son job d’avocate-associée, son cabinet ayant pris en charge les intérêts des collectivités locales bretonnes lors du naufrage de l’Amoco Cadiz il y a 39 ans. Quinze années de procédures prolongées par des contentieux sur les honoraires pharaoniques du cabinet ont contribué à bien sédimenter son nom dans les médias. Depuis lors, elle a fait son fonds de commerce d’un statut d’avocate incontournable des collectivités et assocs’ parties civiles dans ce genre de procès (naufrage de l’Erika, Creys-Malville, tempête Xynthia, etc.)
- Au total (j’ai pas dit Total), Corinne Lepage a fait toute sa carrière dans la même niche de clientèle : celle des victimes de désastres ou de risques écologiques.
A 68 ans (c’est son anniversaire aujourd’hui !), elle a fait son beurre (et le fait toujours) exclusivement grâce aux dégâts faits à l’environnement.  
Corinne Lepage ministre de l’écologie ? Ministre en charge de réduire les risques dont elle fait son pain ?

Et les conflits d’intérêt, bordel ?

_

A oui ! Une autre petite friandise dans la série "renouvellement des équipes et société civile" :

Le Cyborg ayant nécessairement quitté la présidence de son mouvement En Marche ! , il a désigné pour assurer l’intérim une charmante dame de 68 ans dont on notera qu’elle fut durant cinq ans la directrice de cabinet de Michel Crépeau, ministre subalterne des gouvernements Mauroy et Fabius aux riches heures mitterrandiennes il y a… 38 ans.

Tout baigne.

2 commentaires:

  1. kobus van cleef11/05/2017 20:18

    le seul nom qu'il faille retenir c'est celui du miniss' qui sera le plus haï des fronçés , celui qui annoncera les deux points de CSG en plus et l'ISI , l'impôt sur l'immobilier ( spécial , cet impôt , mais en connait on qui ne le soit pas ?)

    en celà ,on doit reconnaître une certaine mansuétude au petit banquier, en effet , il n'a pas propulsé Manouel le catalan, el blanco !

    tout compte fait , il l'épargne

    RépondreSupprimer
  2. le teint de madame Lepage me fait penser qu'en Bretagne, en plus des catastrophes ,elle géré le stocks de chouchen ...

    RépondreSupprimer