"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

dimanche 23 juillet 2017

- Oh oui ! Raconte-moi Mossoul !



Mardi dernier, malgré un agenda que l’on espère chargé, malgré la crise non alors encore résolue avec son chef d'état-major des armées, le cyborg-président a consacré sa soirée à assister à une projection privée à l'Élysée de la dernière production vidéo de Bernard-Henri Lévy ! Ce n’était pas une avant-première puisqu’il s’agissait du documentaire intitulé La Bataille de Mossoul déjà diffusé en mars sur Arte. Comme ladite chaîne - bonne fille – a dû être la seule ayant consenti à payer les droits, la séance élyséenne a sûrement contribué à accroître l’audience cumulée de cet opus. Sous réserve, ne soyons pas excessifs, d’éventuelles reprises, çà et là, dans quelques salles de MJC de province en manque de matériaux de propagande…

Pour visionner en bonne compagnie cette œuvre magistrale qui nous interpelle au niveau du vécu, le Président de la République avait convié une brochette d’invités : Bien sûr Béachelle soi-même, tout frétillant d’être à l’honneur. Mais aussi une tripotée d’autres convives bien obligés de devoir répondre à l’invitation et de se farcir la séance en faisant bonne figure et sans trop regarder leurs montres : Il y avait là son chef de cabinet militaire (un amiral) et plusieurs membres de son cabinet ayant dû laisser leurs dossiers en suspens ; un neveu du chef kurde Barzani avec une délégation de ses combattants à qui ça n’apprenait rien et qui ont dû bien se marrer ; et diverses personnalités bien de chez nous dont l’architecte Jean Nouvel et… Christine Angot…

Un esprit naïf aurait pu penser que Béachelle était définitivement démonétisé depuis ses catastrophiques pantalonnades libyennes. Ne rêvons pas. En revanche, aussi méfiant soit-on, on aurait aussi pu penser que le Cyborg-président avec ses logiciels intégrés n’accorderait aucune importance à ce ludion grotesque, pas même 40’ de son temps par pur souci de mondanité politicienne. Eh bien, l’insertion de cette "projection privée" dans son emploi du temps m’inquiète…
Et elle me rassure tout à la fois : Demain sera bien comme aujourd’hui
___

C’est l’occasion de vous ressortir quelques photos :


Là, nous sommes à Sarajevo. Notre héros est encore un beau jeune homme. La photo de gauche a été publiée. Le héros prêt à tout pour la Cause est interviewé, planqué derrière un mur pour s’abriter des tirs des méchants Serbes. Celle de droite ne l’a pas été. Les deux flics derrière le muret ont l’air cool. Ils doivent griller leur clope en réglant la circulation…


Là, je ne sais plus où c’est. Sans doute devant une barricade du côté de la place Maïdan à Kiev.


Celle-là n’a pas été publiée…




5 commentaires:

  1. Que c'est beau ! J'en chialerais !!!

    RépondreSupprimer
  2. un clown invite des clowns ,ils se racontent des histoires de clowns

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. kobus van cleef24/07/2017 19:08

      le problème,lorsque CES clowns là se racontent des histoires de clowns, c'est que nous en sommes l'objet (pas le sujet, un sujet est ,par essence au dessus de l'objet)

      l'objet de leurs histoires et de leur attention

      et jusqu'à présent , l'étude de l'histoire , petite , grande ou moyenne , montre que leur attention ne se porte pas sur le bien des objets, voyez?

      ça se porte plutôt sur d'autres éléments , genre , cadastre , recensement des biens et acquisitions , et en définitive , échéancier de la dette par eux constituée....


      ça va couiner très fort dans les chaumières lors du prochain tiers provisionnel....c'est pas faute de l'avoir prédit

      Supprimer
  3. J'hésite à faire un commentaire, parce que ça se passe de commentaires.
    Je ravale donc mon vomi. C'est pas beau, n'est-ce pas!

    RépondreSupprimer
  4. La presse est complice!!! C'est ça le plus grave. Libre à BHL de jouer son propre rôle, si ça lui donne l'impression d'exister, mais que des professionnels de l'information relayent pour nous faire avaler de la propagande, non! Et après, on conspue ceux qui doute et la théorie de complot. La faute à qui?

    RépondreSupprimer