"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

mardi 3 décembre 2013

Le Mundial de l’in-ovation…



Pschitt !

Le ravi de la roue à aube ne sait plus quoi inventer pour ramener son pédalo à sa ligne de flottaison. On a presque de la peine pour lui.

Voilà le Concours Mondial de l’innovation. Faut reconnaître que ça en jette. Ça vient de sortir comme par hasard quelques heures avant le classement PISA mais rassurez-vous, ça n’a rien à voir.

- Vu l’impact ? – Oui chef, un coup dans l’eau… Un de plus. Pas un mot en une des quotidiens du matin, de Libé au Figaro en passant par Aujourd’hui en France. Ah si ! Dans un petit coin en une de La Croix pour introduire un article sur… les entreprises qui embauchent. Et rien à l’intérieur sur ce concours…
Et puis, quand-même, France-Cul comme de juste a cherché à y consacrer laborieusement un sujet. Sauf qu’ils ne savaient pas trop quoi en dire malgré les efforts méritoires d’Anne Lauvergeon, invitée du jour.

L’idée n’est sans doute pas mauvaise en soi d’aller chercher jusqu’au fond du Botswana les cerveaux qui nous manquent en matière d’innovation de rupture. Passkeu chez nous, hein ?, faudrait pas changer quoi que ce soit, des fois que ça risque d’en faire émerger de ces foutus cerveaux super innovants.

D’ailleurs, l’hystéro-halluciné Peillon l’a bien dit : Ce classement PISA est inacceptable et nous savons ce qu’il faut faire pour inverser la courbe du PISA. On est en train de le faire et on va accélérer la cadence :
"- Le moment est venu de nous rassembler autour la refondation républicaine de l'école  et... de nos enseignants"…

Quant aux têtes d’œuf en jean et basket qui ont les idées qu’attend le monde de demain, ils trouvent tout ce qui leur faut en Chine, aux USA, aux Indes, au Brésil et bientôt même chez Poutine et Erdogan. Ce serait bien de les avoir chez nous, OK. Mais voilà : Ils n’y trouveraient pas le tiers ou le quart des facilités offertes ailleurs et au prix d’une lourdeur et lenteur administrative double ou décuple. Toussa avec en retour une contrainte de "made in France", certes honnête et légitime, mais dans un contexte de totale instabilité fiscale et règlementaire sans aucune visibilité à terme… Vous iriez chez qui, vous ?

Bref, ce concours mondial qui va sûrement nous coûter un paquet de thunes en commissions et rapports préliminaires finira aux oubliettes. Peut-être même avant Noël. Peut-être même est-ce déjà fait…

Mais bon. Le Pwesident va incognito avec photos bercer des nourrissons. Cébien.

4 commentaires:

  1. Etant donné que les comptes de l'Etat sont largement bénéficiaires, il est normal de lancer ce concours qui aura des retombées bénéfiques pour toute la planète. Il faut penser aux moins chanceux que nous qui se retrouvent avec un budget d'Etat déficitaire. C'est bien cela ?

    RépondreSupprimer
  2. kobus van cleef03/12/2013 22:06

    Vous écoutez vronze cul, vous ?
    Moive pareil !
    C'est pas trop pour les infos, mais surtout pour la façon dont elles sont distordues, tronquées, rabotées
    Pour le pisa en berne, j'ai eu le bonheur, ce soir dans un micro embouteillage, d'entendre, à la grande table ou au grain à moudre, le grand bonheur donc, d'entendre qu'on ne mesurait pas les bons indices/critères/points/trucs et machins
    Il faut mesurer aut' chose que les maths, bon gu de bon gu !
    Aut' chose que la compréhension de textes oraux et écrits, nom de dierche !
    Et là, là.......
    J'ai entendu qu'on avait tenté de mesurer un indice de"bonheur et de socialisation des enfants"

    Un peu comme si, lors d'un match de foutebaule, on décrétait vainqueur l'équipe aux maillots les plus chattoyants,ou aux baskets les mieux cirées

    OK

    Vue comme ça, l'educ naze reste dans la course

    RépondreSupprimer
  3. Et encore une taxe ! Cette fois pour ceux dont la propriété est traversée par un cours d'eau. Et tout cela afin qu'une bande de nullards puisse continuer à jeter l'agent par les fenêtres. C'est proprement insupportable.
    Pour la partie de balle au pied, allons-y avec votre méthode Kobus : ça relancera peut-être la filière textile française et la fabrication de baskets en cuir, parce que cirer celles en plastique ne donne pas un résultat très probant.

    RépondreSupprimer