"Si la capacité des cons à s'auto-éliminer ne doit pas être négligée, la volonté effarante du monde moderne et de l'Etat-providence à les sauver rend vain tout espoir de sélection naturelle"

jeudi 6 février 2014

Saturation indigeste.



J’évoquais hier la programmation ad nauseam des Heures Les Plus Nazies de notre Histoire avec l’indispensable Shoah en tête d’affiche qui meuble l’exception culturelle audiovisuelle fwançaise. Désormais choisi comme décor quotidien et quasi permanent de la scène où les acteurs nous interprètent l’actu, ce paysage en fond d’écran est désormais suffisamment connu pour s’incruster dans la rétine de l’acuraba et lui faire trouver normale une mise en scène des évènements entièrement axée sur l’inquiétude.
C’est ainsi qu’aujourd’hui, après s’être une fois encore inquiétée en compagnie de son invité du jour Jean-Luc Mélenchon, Fwance-Cul’ a consacré sa tranche horaire 12h30-14h successivement et dans cet ordre croissant :
- A détailler les différences et points communs entre le mouvement réactionnaire-religieux-obscur LMPT et le phénomène du Tea Party américain. Et à évoquer leurs inquiétantes stratégies d’entrisme dans les partis conservateurs encore respectables…
- Puis, immédiatement dans la foulée, à un reportage sur la situation en Hongrie "où, ‘apparemment’, l’extrême-droite n’est pas encore au pouvoir" avec témoignages sur un des six meurtres de Roms déplorés ces dix dernières années et sur deux homos tabassés lors de la dernière gay-pride… Il s’agissait là d’un reportage d’une série sur "l’extrême droite en Europe". Le prochain est annoncé pour demain. Y en aura-t-il 27 ?

Il est vrai que l’inquiétude se justifie désormais dans tous les domaines puisque la grille de programme annonce pour cet après-midi une émission intitulée : "L’art contemporain sera-t-il un jour populaire ?"…

On voit bien là le souci d’accélérer le changement vers une société apaisée en favorisant l’inquiétude. La déprime générale constatée par les sondages et l’INSEE comme le recours accru aux anxiolytiques sont la preuve, reconnaissons-le, de la réussite de la politique du gouvernement dans le domaine essentiel de la généralisation de la cure de sommeil. Ainsi, le vivant ne risquerait plus de faire obstacle à la volonté de réforme.   

Au demeurant, le dosage de ce gavage d’inquiétude sans autre pansement gastrique que la réduction de vitesse sur route provoque de plus en plus d’effets indésirables sous forme d’indigestions.
Comme chacun sait, les symptômes cliniques de l’indigestion sont les vomissements ("genre", etc.), la fièvre (écotaxe, etc.), la grosse fatigue (abstention, vote FN, etc.) et une faiblesse générale (fatalisme économique, etc.)

Et, tout généraliste vous le dira, le meilleur moyen d’en guérir est de ne pas hésiter à vomir.

Virez-les tous.  

1 commentaire:

  1. kobus van cleef07/02/2014 21:48

    Ha Maverdave !
    J'ai pas eu le reportage sur l'estremdrouat' magyare !
    Par contre j'ai eu le merluchon poussé dans les filets par un Brice Couturier un peu remonté ( encore un hollandais, le Brice, qui doit penser qu'on écoute trop le front de gaucheu)
    Et le soir y a eu un reportage sur Montreuil avec, devinez qui ?
    Une zosiologue !
    Parfaitement !
    Que ferait vronze cul sans zosiologues, politologues et politrouks ?
    Hein ?
    Rien, bien sûr
    Moins que rien...
    Alors que là, ils me font rigoler !
    À gorge déployée !
    Parfois, j'en perd mes moyens, une fois j'ai évité de justesse le carambolage ( je les écoute en ouature)...
    J'aurais eu l'air finaud, tiens, questionné par les kebourdins...
    "Donnez nous la version exagteu des evennnnements, vous rouliez trop vite, sans doutes ?"
    "Ben non, j'écoutais vronze cul..."

    RépondreSupprimer